Actus

> Actualités

Amiens ambitionne de devenir la « capitale européenne » du stockage énergétique

Le 30 novembre 2016


La ville abrite des laboratoires leaders en matière de stockage de l'énergie. Elle lance un cluster dédié, baptisé Energeia.


Mathieu Morcrette, directeur du LRCS, remet une "batterie du futur" à Alain Gest, président d'Amiens Métropole

Mathieu Morcrette, directeur du LRCS, remet une « batterie du futur » à Alain Gest, président d’Amiens Métropole

 

 

L’ambition n’est pas démesurée. En affirmant qu’elle souhaite devenir la «capitale européenne du stockage de l’énergie », Amiens Métropole se positionne sur un secteur d’avenir, certes, mais sur lequel elle dispose d’atouts essentiels. Au premier rang desquels, le Laboratoire de Réactivité de Chimie des Solides (LRCS), rattaché à l’Université de Picardie Jules Verne et aujourd’hui dirigé par Mathieu Morcrette. Ce laboratoire travaille depuis sa création sur les nouveaux modes de stockage de l’énergie, par exemple sur de nouvelles batteries Ion Sodium, qui pourraient bien remplacer un jour celles à base de Lithium, matériau rare et polluant. En outre, l’agglomération abrite également le RS2E, un réseau national de centres de recherche, dont le LRCS fait partie, fédérant une quinzaine d’industriels, dix-sept laboratoires et trois établissements publics, tous engagés dans la recherche sur les batteries et les supercondensateurs. Pour héberger ces chercheurs, les collectivités territoriales ont engagé la construction d’un centre, baptisé le Hub de l’énergie, dont la construction devrait être achevée avant la fin de l’année. « Notre rêve est de changer radicalement notre façon d’envisager les nouveaux matériaux, l’élaboration d’électrodes, l’assemblage des batteries / supercondensateurs. Ces technologies dessineront un nouvel horizon d’ici dix à cinquante ans », explique Jean-Marie Tarascon, professeur au Collège de France et initiateur du RS2E.

La nouvelle stratégie de développement économique de la Métropole, initiée avec le basculement à droite de la ville il y a deux ans, s’appuie sur ce tissu de recherche unique pour créer un cluster dédié à l’autonomie énergétique. Lancé le 25 novembre sous le nom d’Energeia, ce pôle va regrouper des acteurs de l’innovation (laboratoires, centres de transfert… ), des financeurs (BpI, Caisse des Dépôts, Picardie Investissement…), mais aussi des industriels tels qu’Enedis, Mersen, Renault, ou le fabricant d’éoliennes Enercon. Le cluster Energeia s’intéressera à l’ensemble des problématiques énergétiques, comme l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux, les batteries, les smart grids ou la mobilité. Enedis et la Métropole collaborent déjà sur le futur bus à haut niveau de service qui entrera en fonction en 2018. Celui-ci sera 100% électrique.

 

Guillaume Roussange