Actus

> Actualités

Bilan électrique 2017 en région : toujours plus d’énergie renouvelable

Le 25 avril 2017


Le délégué régional de RTE Christian Aucourt présentait ce mardi le bilan électrique 2016 de la région. Avec un recul temporaire du nucléaire, mais une poussée durable des énergies renouvelables.


christian-Aucourt-RTE

 

 

Le réseau public de transport de l’électricité RTE présentait mardi son bilan 2016, par la voix de son délégué régional Christian Aucourt (photo). La consommation n’a quasiment pas évolué d’une année sur l’autre, retraitée des aléas climatiques, mais sa répartition cache des disparités : la consommation de la grande industrie est en recul (tendanciel : 16 Gwh en 2012, 15 Gwh en 2016), notamment dans la sidérurgie et le secteur chimique. A l’inverse, l’automobile ou le ferroviaire ont vu leur consommation croître; la consommation des Pme-Pmi est stable, tandis que les professionnels et les particuliers ont accru leur consommation de 2,4% 

l’année n’en a pas moins été riche en nouveautés. D’abord, la part des énergies renouvelables dans la production totale a atteint 13%, couvrant ainsi 11,2% de la consommation régionale. Le parc éolien installé est déjà le deuxième de France et continue à croître. On notera que l’ensemble du parc des énergies renouvelables progresse de 17% en un an et le délégué régional de RTE, Christian Aucourt, attend une poursuite de cette croissance. La part de l’électricité nucléaire reste prépondérante en 2016, à hauteur de 68% du total, mais a fortement reculé du fait de l’arrêt pour maintenance et contrôle de plusieurs réacteurs de l’usine de Gravelines. Néanmoins, à elle seule, la centrale nucléaire pèse 50% des capacités électriques de la région Hauts-de-France, le parc d’EnR atteint quant à lui 28% des capacités, mais intermittentes. 

RTE aura investi quelque 100 M€ l’an dernier (sécurisation du réseau, raccordement des énergies renouvelables au réseau, renouvellement, interconnexions avec les pays limitrophes…), et prévoit un total de 403 M€ d’ici à 2020. Avec parmi les gros projets la réalisation de la ligne très haute tension Avelin-Gavrelle, qui est aujourd’hui le maillon faible du réseau. En cas de saturation, le risque est fort de disjoncter un territoire d’1,7 million d’habitants. Le projet, qui devrait être achevé en 2021, représente un chantier de 150 M€. Parmi les autres grands dossiers figure le raccordement du futur parc éolien offshore de Dunkerque au réseau. De manière générale, la montée en puissance très forte des énergies renouvelables impose une gestion toujours plus fine de l’équilibre consommation-production. Un site pilote de smart grid est développé à l’ouest d’Amiens, où le parc éolien est très important, pour optimiser le réseau.