Actus

> Actualités

Deux aéroports nordistes au crible de la Chambre régionale des comptes

Le 30 novembre 2016


Les magistrats de la juridiction financière viennent de rendre public un rapport sur la gestion des aéroports de Lille-Lesquin et Merville-Calonne. Avec un satisfecit global, hormis une insuffisante transparence commerciale.


La Chambre régionale des comptes Nord-Pas-de-Calais-Picardie s’est penchée sur la gestion des deux infrastructures propriété depuis 2006 du Smalim (Syndicat Mixte des aéroports de Lille-Lesquin et de Merville) composé de la Région Hauts-de-France, la MEL et  la communauté de communes Flandres-Lys. Leur exploitation a été confiée en 2008 à la Sogarel ( Société de gestion de l’aéroport Lille-Lesquin) créée par la CCI de Lille, Veolia et la société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France.

Globalement, les magistrats jugent leur exploitation satisfaisante. Le rapport constate une augmentation du trafic commercial (1,5 million de passagers en 2014) de plus d’un tiers et une trésorerie saine ( 3,7 M€ pour la Smalim) dans les deux entités. Le CA de la Sogarel ( 24,3 M€ en 2014) a quant à lui progressé de 35%.

La Chambre préconise néanmoins d’améliorer les relations contractuelles entre les propriétaires et l’exploitant. Certaines clauses du contrat prévoyant des contrôles du délégataire, des pénalités ne sont pas mises en oeuvre.  Les juges pointent également le mode de gouvernance de la Smalim qui rend « l’autorité concédante parfois peu réactive vis-à-vis des demandes de la Sogarel » selon un communiqué de la juridiction financière.

Enfin, la chambre épingle le manque de transparence de la politique commerciale. Impossible de dresser un bilan complet des aides ( modulations tarifaires, soutiens marketing) accordées aux compagnies pour renforcer l’activité. «  Le coût des aides paraît élevé en regard des résultats attendus, dont une partie n’a pu être mesurée par la Sogarel » soulignent les juges. Les conventions de prestations publicitaires ou de marketing passées avec certaines compagnies n’ont pas fait l’objet de mise en concurrence.