EntreprendreECO121 N°41 - Mai 2014

> Créateurs

Eco-brico, pour gagner de l’argent avec vos surplus de bricolage


Laurent Marcant, Michaël Pouchelet et Franck Maiani ont créé un site qui vous débarrasse de vos surplus de fins de chantiers. Ils cherchent 2 M pour se développer.


Signe distinctif d’Eco-brico ? Dès la première page du site, l’internaute doit renseigner son code postal. « Rien ne sert de faire des kilomètres pour un demi pot de peinture, quinze mètres de parquet ou un radiateur. » Chacun des 2500 produits actuellement en ligne est géolocalisé. La cible visée : les artisans, mais aussi les particuliers. A la genèse de l’idée, Laurent Marquant. Emballé par un discours du Premier Ministre norvégien qui s’offusquait des stocks dormants dans les garages, il se lance dans l’aventure avec deux amis : Michaël Pouchelet, bourguignon d’origine, créateur d’un groupe de com qui prend 30 % des parts et Franck Maiani, qui joue le rôle d’investisseur dormant pour les 20 % restants. Ils obtiennent un prêt bancaire de 100 K€, « même si un refus au niveau national par une grande banque nous a fait perdre quatre mois précieux », déplore Laurent Marcant, gérant de la SARL créée fin novembre 2013 à Leffrinkoucke, près de Dunkerque. Leur modèle économique est simple : « tout est gratuit pour l’internaute, la mise en ligne du texte et deux photos. Le paiement s’effectue via Paypal. Eco-brico se rémunère par le passage de bannières publicitaires ». Les résultats des premiers mois sont prometteurs : déjà plus de 500 visites par jour pour 601 000 pages vues. Eco-brico amorce la seconde phase avec une levée de fond progressive de 2 M€ d’ici fin 2015 auprès de fonds d’investissement. Ils visent d’ici septembre une présence virtuelle dans toutes les villes du Nord Pas-de-Calais avant d’attaquer la région parisienne et le reste de l’hexagone. D’un salarié aujourd’hui, l’effectif de Eco-brico déclinable en Eco- baby, Eco-auto… vise les 45 personnes début 2016. A.R.