EntreprendreEco121 - n°57 - Décembre-Janvier 2016

> Export

French Fine Gourmets : Le made in Boulogne gastronomique sort des frontières


Boulogne-sur-Mer. Cinq chefs d’entreprise s’allient pour conquérir l’international.


herve_diers_bd«French fine gourmets » est né de ce célèbre adage, « l’union fait la force ». A la barre, cinq chefs d’entreprise du Boulonnais bien décidés à conquérir les marchés inter- nationaux. Hervé Diers pour JC David, Patrice Durand pour le Comptoir des grandes marques, Didier le Tetour d’Unima, Romain Olivier pour les fromages Philippe Olivier et Christophe Noyon à la tête de la brasserie éponyme unissent leurs forces pour se lancer dans la grande aventure de l’export. Un défi qu’ils n’auraient certainement pas tenté seuls. Premier marché cible : la Belgique, où un volontaire international en entreprise (VIE) vient de s’installer à Bruxelles avec pour mission de faire rayonner les cinq entreprises. Sous la marque French Fine Gourmets, la bière des 2 Caps, les fromages affinés, les crevettes label rouge, le poisson fumé et les bons vins du Comptoir des Grandes Marques partent ainsi à l’assaut des papilles étrangères. Y compris outre-Manche si l’opération de se révèle être un succès chez nos voisins belges.
Pour faciliter les démarches communes comme la création d’une plaquette commerciale en français, anglais et néerlandais ou la participation à des salons professionnels, la fine équipe de gastronomes a monté un GEFI, Groupement d’Excellence de Fournisseurs à l’International. Le tout grâce à CCI International, « un accélérateur d’affaires extraordinaires ! », se réjouit Hervé Diers. Pour ces Pme qui réalisent entre 3 et 15 M€ de chiffre d’affaires, la formule pousse « la motivation et l’émulation ».

 

 

 

« Avancer ensemble »
C’est qu’en la matière, les entreprises du Boulonnais s’y connaissent. Les professionnels des métiers de bouche et restaurateurs se sont par exemple regroupés en association sous la bannière Côte d’Opale Gourmande. En février 2013, cinq copains patrons s’associaient pour lancer la biscuiterie d’Opale. A l’instar des cannelés de Bordeaux, le Boulonnais arbore désormais sa spécialité sucrée, le Soleil d’Opale, représentant les matelotes locales et leurs célèbres coiffes en forme de soleil. Encore une fois, Hervé Diers prend part à l’aventure. « C’est vrai qu’ici on essaie d’avancer au mieux ensemble », souligne ce- lui qui est aussi président du GIE Opale Achats et membre de Saveurs en’Or. Repreneur de la société de salaison et fumage de poisson JC David en 2001, il est depuis passé de 10 à 50 personnes et réalise 8,6 M€ de C.A. La société labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant surfe sur son sa- voir-faire à l’ancienne pour fournir les plus grands comme Ducasse et Robuchon. Décidément, le premium tire Boulogne.  Julie Dumez