EntreprendreEdito n°67-Décembre 2016 et janvier 2017

> Tribune

La machine à café, 1er réseau social de l’entreprise !


Par Alexis Roquette, directeur associé de Quintesens.


aroquetteA l’heure d’Internet, Intranet, de la messagerie électronique, des conférences téléphoniques et que sais-je encore, la machine à café reste plus que jamais le 1er réseau social de l’entreprise !

 

Pourquoi ? Parce que nos outils de communication, aussi sophistiqués soient-ils, restent des médias, la plu- part du temps froids, ne permettant pas de véhiculer les émotions. Ils permettent essentiellement de descendre de l’information, rien de plus, soyons en conscients.

Or, plus notre monde se virtualise, plus notre communication se dématérialise, plus la capacité à développer et à ressentir les émotions devient indispensable. Si nous avons besoin d’informations, nous avons également besoin de développer notre intelligence émotionnelle.

 

L’indispensable quotient émotionnel en complémentarité du quotient intellectuel va trouver une vraie capacité à se développer dans ces moments informels, presque volés, dans ces quelques minutes de temps, soit disant perdu, mais ô combien efficace, de ce magnifique réseau social que représentent les échanges autour de la machine à café ! Bien sûr, tout ne se traite pas autour d’elle.

 

Cependant, combien d’idées ont-elles émergé, combien de quiproquos ont-ils été levés, combien de conversations profondes et impactantes ont- elles été tenues, autour de ces quelques mètres carrés, de ce café fumant ou de ce thé à la menthe ? Des tonnes ! Et nous, qui courons perpétuellement après le temps, soyons convaincus que nous en gagnons considérablement pendant ces 10-15 minutes de papotage, beaucoup moins anodines qu’elles n’y paraissent. Certaines entreprises l’ont bien compris. Parfois en rendant gratuites les boissons (plus de 20 K€ de dépense par an pour une entreprise d’une centaine de personnes), parfois en allant même jusqu’à repenser l’agencement de leurs bureaux autour de cet espace de convivialité.

 

Soyons honnêtes, les vertus de cet espace d’échange n’existent que si cela s’inscrit dans une vraie démarche globale de l’entreprise, favorisant la capacité à se rencontrer, à collaborer et à nourrir des relations authentiques et assertives.

Dans le cas contraire, cela ne favorisera que les sarcasmes et les rumeurs et ne sera donc que contre- productif.

Et si nous prenions le temps désormais, de nous intéresser, pour la 1ère fois ou à nouveau, à cet espace de convivialité ?

Comme l’exprime si bien Antoine de Saint Exupéry, « Le plus beau métier d’Homme est celui d’unir les Hommes »