EntreprendreEdito n°71- Mai 2017

> Tribune

Le BTP au rendez-vous de la transformation numérique


Par Arnaud Delpierre, associé KPMG à Lille.


Arnaud DelpierreAprès avoir vécu la révolution de la performance énergétique des bâtiments neufs (Normes RT 2005 puis RT 2012), les entreprises du BTP vont devoir faire face au défi de la transformation numérique de leur organisation et plus largement de l’écosystème du secteur.
Les acteurs qui contribuent à la chaîne de valeur de la construction vont être profondément affectés par la technologie BIM (Building Information Model), autrement dit la maquette numérique. Le BIM est certes une représentation numérique d’un bâti- ment mais il va au-delà de la modélisation en 3D du bâtiment en y ajoutant d’autres dimensions : le planning du chantier, les coûts, ou encore des données de performance énergétique. Le BIM donne aussi la possibilité de travailler en mode collaboratif, depuis la phase de conception du bâtiment à construire, jusqu’à son exploitation. Le défi du BIM demeure sa capacité à faire travailler sur une même maquette numérique à la fois le bureau d’études, l’architecte, l’entreprise de construction et les sous-traitants, voire les fabricants de matériaux. Dans une étude sortie en mars, KPMG, en partenariat avec le magazine Le Moniteur, a interrogé 300 dirigeants du BTP pour mesurer le niveau d’équipement en technologies numériques. Plus de la moitié d’entre eux considère que leur société est mature en la même s’il demeure une hétérogénéité entre les maîtres d’œuvre (en avance) et les entreprises de travaux.
Pour les répondants, les bénéfices at- tendus de cette digitalisation progressive sont avant tout d’ordre commercial (image et qualité de services) avant d’être financier (rentabilité) et opérationnels (simplification de la gestion des projets). Ces tendances se retrouvent lorsque l’on parle du BIM. L’amélioration de la qualité des travaux, notamment par une meilleure collaboration des acteurs, ressort comme étant l’atout majeur de la maquette numérique. Celle-ci doit aussi accélérer la réalisation des pro- jets, mieux respecter les délais et les budgets, autant de critères financiers qui devraient amplifier son développement au sein des entreprises du BTP.
Parmi les obstacles à franchir pour réussir leur digitalisation, les entre- prises redoutent de ne pas avoir les moyens financiers pour investir. Beau- coup d’entre elles ne perçoivent pas bien encore les retours. L’autre questionnement majeur est lié à leurs équipes, dont elles mesurent la faible capacité à accepter le changement et le besoin de formation.