DétenteEdito n°73- Juillet et août 2017

> Culture

“Le mécénat a toujours été plus difficile à attirer vers le théâtre”


Questions à Christophe Rauck, directeur du Théâtre du Nord.


chrauckQuels seront les temps forts de la saison 2017-2018 ?

Difficile de hiérarchiser quel temps serait plus fort qu’un autre dans cette saison ! Nous sommes un Centre dramatique national et donc un théâtre de création : la moitié des spectacles présentés ne sont pas encore créés. Ce sont des rendez-vous importants : je pense à France-Fantôme, texte d’anticipation écrit et mis en scène par Tiphaine Raffier, jeune auteure que l’on soutient depuis ses débuts ; à ID, le spectacle d’Alain Fleischer dans le cadre des 20 ans du Fresnoy, notre nouveau partenaire ; à Comme il vous plaira que je vais monter ou Périclès, cet autre texte de Shakespeare très peu joué que va mettre en scène Declan Donnellan… Parmi les spectacles invités, La Comédie-Française viendra pour la première fois, à Lille avec 20 000 lieues sous les mers mis en scène par Christian Hecq et nous ouvrons la saison avec Les Trois Mousquetaires dans le cadre des Journées du patrimoine avec les onze jeunes acteurs du Collectif 49 701 qui investiront aussi la Vieille Bourse, l’Hôtel de ville et l’ENSAM…

Vous êtes reconduit pour un nouveau mandat de trois ans à la direction du théâtre. Quelle est votre vision en matière de mécénat ?

Le mécénat a toujours été plus difficile à attirer vers le théâtre, considéré comme un art plus rude, plus âpre que la musique ou l’opéra ou encore les grandes expositions dans les musées. Nous avons deux partenaires historiques que sont le Crédit du Nord et le Crédit Agricole qui nous soutiennent fidèlement dans le cadre de soirées « clés en main » pour leurs clients. Cette saison, le Crédit Agricole est allé plus loin en engageant sa toute nouvelle fondation sur le plan de l’action artistique, en soutenant 2017 comme possible, un spectacle participatif au long cours rassemblant une vingtaine de jeunes, un projet cofinancé également par la Fondation de France et la Caisse des dépôts. Le rêve serait qu’un jour l’un de ces partenaires participe directement à la création d’un de nos spectacles comme cela se fait dans d’autres pays d’Europe ou même en Russie, où j’ai pu le constater récemment à Moscou…

Envisagez-vous de créer un club d’entrepreneurs ?

Cela fait partie de nos projets et nous y travaillons comme des fourmis. Nous avons un peu de retard car cette démarche vers les entreprises est récente pour le Théâtre du Nord mais la baisse des subventions la rend aujourd’hui nécessaire. Depuis 2014, nous développons une politique de location de nos salles et du hall. Récemment nous avons accueilli un congrès médical et le World Forum revient au printemps prochain… Nous sommes un théâtre en plein cœur de la ville de Lille qui peut être la plus belle des vitrines pour une entreprise. Nous sommes désormais ouvert à toute proposition émanant des banques, des cabinets, de la PME aux professions libérales. Notre volonté d’ouverture au monde entrepreneurial commence à être connue et nous y croyons ! 

 

Recueilli Par Etienne Vergne