TerritoiresEco 121- n°59- Mars 2016

> Entreprises

L’Ecureuil va fusionner à l’échelle de la grande région


Voilà longtemps que la planète bancaire n'avait pas connu de grand mouvement en région. L'Ecureuil dégaine aujourd'hui un projet de fusion Nord France Europe et Picardie, à horizon 2017.


Le paysage bancaire régional s’apprête à connaître un changement d’envergure : les conseils d’orientation et de surveillance des Caisses d’Épargne Nord France Europe et Picardie ont pris courant février la décision de lancer les travaux préparatoires à une fusion. Celle-ci fera du nouvel ensemble l’une des plus grosses caisses régionales de l’Écureuil en France (la 2e ou la 3e), avec des ambitions renforcées.

Des mutualisations seront ainsi engagées sur les fonctions support, afin d’accélérer à l’inverse sur d’autres priorités comme le digital, enjeu majeur de tout l’univers bancaire. Mais le réseau de proximité n’est en aucun cas menacé, au contraire, affirme Alain Denizot, président du directoire de la CENFE. Pour lui, l’effet d’échelle apportera une capacité supplémentaire pour déployer les ambitions de la caisse, dont plusieurs orientations sont déjà affirmées : l’entreprise, la banque privée, les professionnels, mais aussi le capital investissement, le transfrontalier, un des points forts de la CENFE et l’agriculture. Si la naissance de la nouvelle région administrative n’est pas liée à la décision de fusion, Alain Denizot se félicite néanmoins d’être le premier acteur privé du territoire à se positionner sur le nouveau périmètre régional.

En chiffres, la future caisse, dont le nom n’est pas encore arrêté, affiche une grosse puissance de feu : 33 milliards d’encours de collecte, 21 milliards d’encours de crédit, 3,2 milliards de fonds propres, un PNB de 750 M€, et un résultat net pro forma de 170 M€. Elle emploiera un total de 3300 salariés, pour 2,5 millions de clients. Ce mouvement en suscitera-t-il d’autres chez les rivales de la Caisse d’Epargne ?

Olivier Ducuing