EntreprendreEdito n°71- Mai 2017

> Tribune

L’humilité a-t-elle sa place en entreprise ?


Par Florence Crombez Dalmar, consultante chez Quintesens.


florence crombez dalmarManager suppose d’avoir une hauteur de vue, une force de conviction et la capacité d’entraîner et mobiliser une équipe… Cela incite donc très souvent le cadre à penser qu’il doit se montrer « fort » : tout connaître, tout maîtriser et à revêtir une armure.

Alors, humilité et leadership sont-ils contradictoires ? Être humble nécessite d’abord d’écouter ses collaborateurs, collègues ou responsables. Tenir compte de leur avis, c’est accepter que l’on peut apprendre des autres (voire même que l’on a be- soin d’aide !). Cela permet de s’enrichir de nouvelles idées, laisser place à la créativité de l’autre et développer, pour l’équipe, une intelligence collective. Manager avec humilité demande aussi de faire confiance.
Plus le leader fait confiance à ses collaborateurs et plus ils voudront être dignes de sa confiance. Des experts en psychologie positive ont déjà démontré par des travaux appliqués au groupe que cette attitude permet de faire émerger le meilleur de chacun. Être dans cette posture amène aussi à partager les succès plutôt que de se les approprier. La réussite devient ainsi une affaire de coopération et donnera par conséquence envie à l’équipe de s’engager aux côtés de son manager !

Mais attention à la fausse modestie ! Être humble ne s’improvise pas … Cela nécessite d’avoir la juste connaissance de soi-même et de la place que l’on a, en étant bien enraciné dans le réel. C’est s’accepter tel que l’on est, dans la fonction que l’on occupe, sans se gonfler d’orgueil, ni déprimer de ses « pas assez ». L’humilité demande audace et courage !
En effet, il faut accepter ses limites. C’est-à-dire savoir se laisser bousculer pour se remettre en question. Elle invite ainsi à développer une meilleure connaissance de soi-même. « Quel est mon fonctionnement naturel, avec mes atouts et mes imperfections ? Quel type de manager je veux être?» Elle passe en fait par un véritable apprentissage et un chemin de croissance personnelle. Pour être dans une véritable ouverture envers les autres, il est avant tout im- portant d’être en conscience de soi- même. C’est en connaissant et en re- connaissant ses limites que l’on peut en- suite les dépasser …
C’est une magnifique opportunité de grandir soi-même pour ensuite faire encore davantage grandir ses équipes ! « L’humilité, c’est se défaire de l’illusion que l’on est parfait et que l’on peut tra- verser la vie sans faire d’erreur » disait Anselm Grün.