TerritoiresEco121 - n°57 - Décembre-Janvier 2016

> Entreprises

Saint-Maclou rénove son offre


Wattrelos. Le spécialiste des revêtements de sols mise sur son offre de service pour mieux se différencier.


Jusqu’à préAxel Canosent très discret, le spécialiste des revêtements de sols Saint-Maclou sort doucement de son mutisme. Pour faire oublier son célèbre jingle au profit d’une image plus moderne, l’étoile de la galaxie Mulliez parie sur sa valeur ajoutée : son savoir- faire. Et semble décidée à le faire savoir. « On a compris qu’aller uniquement sur un métier de distribution n’était pas un bon levier », expliquait en novembre Axel Cano, DG, lors de la signature d’un partenariat avec les Compagnons du Devoir. Et le patron d’affirmer : « nous sommes la première entre- prise de pose de sols en France ». Mission formation, c’est ainsi que pourrait s’appeler l’opération menée avec les compagnons du tour de France. Au programme : doper les compétences des 350 soliers-moquettistes de la marque nordiste, favoriser la promotion interne et aider à la création d’une filière au sein des Compagnons. « Nous n’arrivons pas à créer une seule section en France », déplore Jean-Claude Bellanger, secrétaire général des Compagnons. Mauvaise image, métier difficile, Saint-Maclou valorise pourtant ses « chefs de projets » avec une rémunération attractive, autour de 2 500€ bruts. Et estime son besoin de main d’œuvre entre 60 et 100 poseurs.

 

Offre globale

 

A travers ce partenariat se joue finalement une partie de la stratégie de transformation de l’enseigne, initiée depuis trois ans. « Nous avons historiquement une image de vendeurs de tapis et de moquettes mais nous disposons surtout d’une offre globale, du pro- duit à la pose », insiste Axel Cano. Avec son catalogue riche de 800 tapis, 8 000 sols, 8 000 tissus, plus de 10 000 papiers peints et une gamme de peinture, Saint-Maclou tire son épingle du jeu grâce à son offre de service. Cette dernière représente 20% d’un CA tenu secret tandis que 50% des ventes sont réalisées sur du “sur-mesure”. « Une proposition unique en France », défend le patron qui a parallèlement lancé un programme de rénovation des magasins. Sept ont déjà terminé leur cure de jouvence, une dizaine d’ici février. «Le nouveau merchandising est efficace, il y a maintenant un enjeu d’accélération», prévoit Axel Cano, dirigeant depuis quatre ans du groupe aux 1 450 salariés, dont 150 dans le Nord. De quoi doper un peu plus un chiffre « en progression depuis trois ans ». Evidemment J.D.