PortraitN° 5 - octobre 2010

> Portrait

Stéphanie Morvan


Cette Bretonne au caractère bien trempé fait entrer sa société Joker dans le top 5 régional des entreprises de services à la personne, par croissance externe.


Quand en 2003 les dirigeants d’Air Liquide lui demandent d’y prendre en charge les  » ventes industrie « , Stéphanie Morvan fait la moue. Normal ! Dany Boon ne vantait pas encore l’accueil légendaire des Cht’is, et elle souhaitait plutôt une nomination dans sa Bretagne natale. Après deux ans au siège parisien pour  » challenger les vendeurs du 75 et du 92 « , cette ESC Brest installe pourtant sa petite famille à Lambersart. Au pire moment ! Car dans son portefeuille de clients figurent … Metaleurop, Comilog ou Noroxo ! De quoi enrayer le dynamisme de cette passionnée de cartes au moment où ces géants industriels perdent pied.

Alors quand en février 2005, Jean Louis Borloo dévoile son plan d’aides aux services à la personne (ménage, repassage, garde d’enfants….), elle saisit la balle au bond et crée Joker. Non sans réflexion ni ambition.
 » J’ai longtemps écouté ma clientèle potentielle avant de me décider. J’ai visé les  » CSP+ « , les femmes débordées qui veulent pouvoir compter sur une professionnelle assidue en qui elles auront toute confiance « . La jeune femme espère alors un développement national rapide qui n’arrivera pas. Mais le modèle prospère à Lille.


Bio Express
1975

Naissance à Carhaix (Finistère)

1999

Diplômée de Sup de Co Brest, option marketing Vente
Entre chez Air Liquide

Juin 2001

Retour en France, d’abord à Paris puis dans la région Nord

Décembre 2005

Crée Joker, au capital de 26000€

Septembre 2007

Lauréate Nord Entreprendre et 1er prix du trophée  » Elles Créent « 

Août 2010

Rachat de  » Ménagez-vous  » et  » Zen à la maison  » auprès de Delphine Tiqueux

Elle intègre un centre de formation interne s’appuyant sur une vingtaine de maisons pédagogiques de l’agglomération. Les pouvoirs publics ont d’abord exprimé leurs réticences, mais elle a su imposer l’idée.  » Nous recrutons le plus souvent des gens en difficulté qui ont besoin d’être valorisés dans leur quotidien . Nous leur proposons un emploi pérenne, en CDI et non délocalisable ». Pour elle,  » c’est un vrai métier, pas une succession de petits boulots qu’on fait au noir « .

Mordue des Vieilles charrues

Ce petit bout de femme aux yeux clairs dans un visage presque enfantin est capable d’une volonté d’action peu commune et communicative. Si elle fait face à un rythme de travail acharné, elle sait aussi préserver sa vie familiale.  » Avec mon mari, on s’efforce d’être le plus complémentaire possible « . Ils se sont connus durant leurs études à Brest. Le diplôme en poche, ils mettent le cap sur le Cameroun  » pour s’ouvrir l’esprit « . Elle, comme responsable du service clients d’Air Liquide, et Hervé son mari, à la direction financière d’Elf.  » Je dirigeais une dizaine de personnes. Jamais en France, on ne m’aurait laissé une telle responsabilité « . Et comme tout expat à Douala, elle a sa propre  » ménagère « .

 » J’avais choisi de prendre une jeune femme qui ne connaissait rien au linge, ne savait manier ni le fer à repasser, ni le sèche-linge ! Je l’ai formée à tout « .

Cette mordue du festival des  » vieilles charrues  » suit le sillon fermement tracé depuis son retour d’Afrique. Une vingtaine de salariés à l’origine, 60 trois ans plus tard et 150 aujourd’hui, elle réalise 650 K€ de CA avec 700 clients. Elle a doublé de taille en août avec le rachat de Ménagez-vous et Zen à la maison, qui partagent les mêmes valeurs (et un brin de féminisme), avec le soutien d’Autonomie et Solidarité monté à 12% du capital et de Nord Actif. Pour 2010, son CA prévisionnel est de 1,5 M€. Elle vise les 1000 clients à court terme et a lancé le recrutement de 40 salariées.
Et ne comptez pas sur elle pour s’arrêter là !