TerritoiresEco 121- n°59- Mars 2016

> Entreprises

Une usine de poudre métallurgique en projet


Leffrinckoucke. MetalValue, une société détentrice d'une technologie disruptive en métallurgie, envisage une usine de 70 M€ dans le Nord ou en Lorraine.


Ici la société Bofors Bruk acquise  par MetalValue en Suède, dont la propriété industrielle a déjà été ramenée en France

Ici la société Bofors Bruk acquise par MetalValue en Suède, dont la propriété industrielle a déjà été ramenée en France

 

 

Une usine capable de produire 50 000 tonnes de poudre d’acier, soit l’équivalent de la production mondiale actuelle, avec 100 à 120 salariés et un investissement de 40 à 70 M€ : voilà en quelques chiffres le périmètre d’un projet à très hauts enjeux. A la base, la société française MetalValue, qui réunit plusieurs anciens dirigeants métallurgiques et Jean-Marie Descarpentries, ex patron de Carnaud Metalbox. Ils possèdent 42 brevets dans la métallurgie de poudre atomisée au gaz : un procédé révolutionnaire associant une compression des poudres dans des presses adiabatiques qui permet d’éliminer beaucoup de cycles thermiques, de gagner 50% de matières et de sortir des pièces à des prix inférieurs à la métallurgie traditionnelle, y compris en Chine. Ces passionnés ont déjà lancé un investissement de 12 M€ à Etain, en Lorraine pour une usine qui fabriquera dès la fin d’année des pièces forgées à base de poudre. Un autre investissement majeur doit être décidé dans les prochaines semaines, en association avec AscoMetal : il s’agit de construire une usine de production de poudre, à partir d’acier liquide, sur un site préexistant et classé. Le projet a déjà été révisé à la baisse en imaginant d’utiliser les capacités disponibles de fours électriques existants (le marché étant très surcapacitaire aujourd’hui), plutôt que d’en construire un ex nihilo. La facture pourrait ainsi passer de 70 M€ en première version à 40 M€. Le choix final serait entre Leffrinckoucke, où AscoMetal compte une usine, et la Lorraine. Le marché visé est considérable : il porte sur les pièces forgées de 50 g à 2 kilos, soit un marché de 10 milliards de dollars et de 1,5 million de tonnes

 

O.D.