Alacrité, un modèle hybride au coeur d'Euralille

sirmatthews

 

Mélangez un magnat des affaires canado-gallois (ci-contre), plusieurs entreprises internationales dans le monde des télécoms, la Région Hauts de France, la MEL, Finovam, le fonds French Tech Accélération (Bpi) et 10 M€. C’est la gouvernance improbable d’Alacrité France, qui se présente comme un accélérateur mais s’approche davantage du start-up studio, au moins en première phase. Les projets ne viennent pas de porteurs extérieurs mais de l’écosystème généré par Sir Terry Mattews, via sa holding Wesley Clover, les entreprises qu’il a créées, comme Mitel, et d'entreprises partenaires comme Hub One (filiale de groupe ADP, ex-Aéroports de Paris). Les projets démarrent de zéro, sans équipe, mais d’idées détectées parmi les entreprises du réseau Alacrity, dont celles-ci seront les premières clientes, un atout capital dans l'univers des start-up. Sir Mattews a déjà suscité trois accélérateurs, Lille étant le quatrième - et d’autres devraient suivre. Déjà 140 start-up ont été créées - systématiquement dans l’univers logiciel, Lille devrait en générer 5 par an.

« On incube des projets pour les aider à devenir des entreprises, et on accélère des entreprises, on n’est pas du tout en concurrence avec l’écosystème qui s’adresse, lui, aux porteurs de projets à différents stades de maturité », expose David Descheemaeker, directeur de l’accélérateur lillois, basé à quelques encablures de la gare Lille Europe, dans un vaste plateau aménagé et adapté aux start-uppers .

Alacrité

 

Pour porter ces projets, Alacrité recrute des talents de différents horizons. Une équipe de quatre personnes, salariées, va d’abord affiner le projet, avant de le faire valider par le comité d’investissement. Elle lui présentera ensuite tous les trimestres l’état d’avancement. Si le projet est transformé en société, Alacrité en est propriétaire à 75%, le quart restant étant partagé par l’équipe. La logique est d’aller jusqu’à une cession ultérieure. Sans vocation à garder la valeur ajoutée dans la région

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 02/10/2017 Eco121

Aquaculture: InnovaFeed va élever des mouches pour sauver les océans

Cambrésis- Originaire de l'Essonne, la start-up InnovaFeed démarrera en octobre une unité de production de larves de mouches pour salmonidés d'élevage.

Publié le 02/10/2017 Eco121

L'Iéseg dope son campus parisien

Rentrée 2017 chargée pour la business school de la Catho qui inaugure un nouveau bâtiment à La Défense et renforce son corps académique.

Publié le 02/10/2017 Eco121

Charles-René Tandé : "Il faut considérer le conseil comme un véritable investissement"

Le président depuis mars du conseil national de l'Ordre des experts comptables vient d'organiser à Lille le congrès annuel qui a rassemblé le quart des experts comptables de l'Hexagone. L'occasion pour Eco121 de l'interroger sur les grands enjeux de la profession et le rapport des experts- comptables avec les chefs d'entreprise. Rencontre. Propos recueillis par Olivier Ducuing

Publié le 02/10/2017 Eco121

Seine Nord : coup de poker gagnant ?

Régionaliser le canal : la proposition, inédite et pressante, lancée par Xavier Bertrand pour sauver Seine Nord, a été reçue 5 sur 5 à Matignon

Publié le 02/10/2017 Eco121

La Région redessine son offre financière aux entreprises

Le conseil régional crée Hauts-de-France Financement pour rendre plus lisible et efficiente ses dispositifs de financement avec 18 partenaires.

Publié le 02/10/2017 Eco121

Chimie : Croda active 18 M€ dans une nouvelle ligne

Chocques. Le groupe britannique a choisi son usine nordiste pour développer une nouvelle technologie qui va doper la capacité du site de 20%.

Publié le 02/10/2017 Eco121

DMT crée une usine de plaques de plâtre

Dunkerque. L’exploitant d’un terminal multivracs va investir 40 M€ dans une unité de production de matériaux de construction sur le Port Est. 70 emplois directs et 250 indirects à la clef.

Publié le 02/10/2017 Eco121

Battais reprend la main avec Nord Capital

Les dirigeants familiaux rachètent les parts du fonds Ardens, au côté de Nord Capital Partenaires

Publié le 02/10/2017 Eco121

Neu s'adjuge le danois JKF Industri

La Chapelle d'Armentières. Le pôle du traitement de l'air du groupe SFPI réalise une très grosse acquisition à travers le danois JKF Industri et ses 280 salariés.