Aquimer prend la vague de la pisciculture

L'humain est de plus en plus friand de poisson. Les industriels vantent de mieux en mieux ses qualités nutritionnelles et n'ont de cesse d'innover pour faciliter sa cuisson et sa consommation. Résultat : celle-ci augmente de 6 % par an, dans un contexte de raréfaction de la ressource et d'internationalisation – la pêche française ne fournit plus que 15% du marché français. L'aquaculture devient donc incontournable. Mais l'Europe ne fournit encore que 4,5% de la production mondiale.

"Les espèces les plus consommées sont celles qu'on ne produit pas !" constate Thierry Missonnier, directeur d'Aquimer (photo). Le pôle de compétitivité basé à Boulogne-sur-Mer a décidé de relever le défi d'une aquaculture innovante et durable en répondant à l'appel d'offres national "plate-forme d'innovation des pôles de compétitivité". "Nouvelles vagues" – c'est le nom du projet présélectionné – porte sur la création d'une station pilote aquacole associée à une halle technologique regroupant recherche, formation et laboratoires d'analyse.

Alimentés en poissons sauvages

Le défi est de taille. Les pratiques douteuses sont légion dans le monde : exploitation à outrance – le saumon au Chili ou le panga au Vietnam –, associée à des conditions sanitaires inappropriées et une alimentation aberrante – il faut 7 kg de poissons sauvages pour produire 1 kg de poisson d'élevage. La profession piscicole française travaille depuis 2007 au développement d'une filière fiable et éco-responsable, alors que de nombreux freins s'exercent, réglementaires notamment, ont mis en avant les Rencontres de l'aquaculture en mai dernier au Touquet.

 

Le premier port de pêche français et leader européen de la transformation des produits de la mer a dans ce contexte une sérieuse carte à jouer : sur les 370 000 tonnes de poisson qui transitent par Boulogne, seuls 10% sont issus de la pêche locale, le reste est importé dont plus de la moitié provient de l'aquaculture.

Dossier finalisé le 1er septembre

Au rang de l'alimentation des poissons d'élevage, la réponse est en cours via le projet Végéaqua porté par Aquimer, qui vise sous l'impulsion de l'entreprise Aquanord (voir Éco121 n°1, avril 2010) à substituer des protéines végétales à l'alimentation animale. Mené avec l'Ifremer et l'Inra pour 3 M€, il doit s'achever à la fin de l'année.


Aquimer en chiffres
72 projets labellisés pour 135 M€
43 financés, 21 terminés
Budget global :
75 M€ A travaillé avec 110 entreprises et 80 labos et centres de recherche

Sur le volet environnement, "on ne maîtrise pas toutes les technologies, commente le directeur du pôle. Il s'agit de trouver de nouvelles formes in shore". D'où le grand intérêt du projet de station pilote à Boulogne, qui déploierait deux bassins en circuit fermé, un laboratoire avec bac et permettrait la formation des aquaculteurs. L'ambition est de créer un outil performant mutualisé sans équivalent en Europe.

Le dossier doit être finalisé le 1er septembre pour une décision de l’État en fin d'année. L'investissement de 10 M€ associerait la Caisse des dépôts, les collectivités territoriales et les entreprises, apports auxquels s'ajouterait le chiffre d'affaires généré par la vente des prestations par la société d'exploitation.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 15/07/2011 Eco121

Diversifions les secteurs de l'innovation!

par Jean-Claude DURIEZ, Directeur de l'Ecole des Mines de Douai

Publié le 15/07/2011 Eco121

Dans les coulisses de ... Proscitec

Derrière son nom abscons, la petite association trentenaire est un acteur déjà ancien du tourisme de patrimoine économique. Depuis 2006, cet acteur sans équivalent ailleurs en France a changé de braquet pour accroître ses actions.

Publié le 15/07/2011 Eco121

Vigie Villages ancre son développement dans ses valeurs

La pme villeneuvoise a conduit un travail en profondeur pour exprimer ses valeurs dans un livre. De cette initiative originale dans l'univers de la sécurité, primée par un trophée national, elle tire désormais argument de différenciation.

Publié le 15/07/2011 Eco121

"Je veux prendre mon bâton de pèlerin"

3 questions à... Didier Dumont, nouveau président du CJD Nord-Pas-de-Calais

Publié le 15/07/2011 Eco121

Produits sous licences : Polymark change de braquet

Templeuve. L'entreprise spécialiste des produits dérivés de licence cinéma espère bien surfer sur la série télé "Petit Prince". Elle vient de lever un million d'euros en capital.

Publié le 15/07/2011 Eco121

L'export, une porte de sortie de la crise

96% du chiffre d'affaires export du Nord-Pas-de-Calais sont le fait d'un quart des entreprises régionales qui exportent. Plus structurées et pour la moitié présentes dans plus de dix pays, elles ont moins subi la crise que les autres.

Publié le 15/07/2011 Eco121

Ardor veut bâcher facile

Vincent Martellière. L'ingénieur n'a pas ménagé sa peine pour mener à bien son projet au service d'un transport sûr et productif.

Publié le 15/07/2011 Eco121

Orlando : une routière puissante et généreuse

La familiale de Chevrolet affiche un confort intérieur et des qualités de conduite remarquables. Avec un niveau de prix d'entrée de gamme accessible. Mais avec une conso un peu élevée.

Publié le 15/07/2011 Eco121

Stratégie : Les 12 grands travaux de la CCIR

Philippe Vasseur, président de la nouvelle CCI de Région, a clos un travail collectif de six mois par une grande convention à Arras le 24 juin. Avec 12 grands projets sur le métier, dont une perspective de façade portuaire unique.