Bridgestone annonce la fermeture du site de Béthune et déclenche un tollé

 Le japonais Bridgestone a décidé d'arrêter son site de pneus de Béthune d'ici au deuxième trimestre 2021. Un véritable séisme industriel et social.

 

Le 16 septembre 2020 restera comme un jour noir dans l'histoire de l'usine de pneus Bridgestone implantée à Béthune depuis 1961. Le groupe japonais, numéro un mondial du pneumatique, a annoncé à ses salariés son projet de « cessation totale et définitive de l'activité de l'usine de Béthune », avec une perspective très rapide puisque l'arrêt est envisagé au deuxième trimestre 2021. Le fabricant de pneumatiques justifie sa décision par la chute des volumes, la fermeture « étant la seule option qui permettrait de sauvegarder la compétitivité des opérations de Bridgestone en Europe ». "Malheureusement, il n'existe pas d'alternatiuve qui nous permettrait de surmonter les difficultés auxquelles nous sommes confrontés en Europe. Cette étape est nécessaire pour pérenniser les activités de Bridgestone à long terme", argumente le fabricant, soulignant aussi que l'usine de Béthune est "la moins performante parmi toutes les usines européennes de Bridgestone"

L'usine est un des gros employeurs industriels de la région avec 863 salariés. Avec un nombre d'emplois induits de l'ordre d'1 à 2 selon des experts du monde automobile, l'impact social sur le territoire serait donc vraisemblablement de l'ordre de 2000 emplois. La direction de Bridgestone dit "s'engage(r) à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour définir un plan d'accompagnement adapté à chaque employé", avec entre autre des possibilités de reclassement interne chez Bridgestone France, le reclassement externe et des mesures de pré-retraite. Le groupe annonce aussi un plan de revitalisation "ambitieux pour l'emploi". Enfin, Bridgestone annonce rechercher "activement" un repreneur pour le site.

 

"acte prémédité"

A peine présentée au comité social et économique extrardinaire, la décision a suscité une véritable bronca tous azimuts. Dans un communiqué conjoint inédit entre l'Etat et le conseil régional, Xavier Bertrand, Elisabeth Borne, ministre du travail, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'industrie, contestent « la brutalité, la pertinence et les fondements » de la décision. Dans un tweet, le président de Région va plus loin, qualifiant la décision de « scandaleuse et totalement inacceptable ». Le maire de Béthune, l'UDI Olivier Gaquerre se dit quant à lui « humilié »d'apprendre une telle annonce alors que depuis des années la collectivité était en contact avec l'industriel pour trouver des solutions et un projet industriel.

 

De son côité, le président du conseil déparetemental du pas-de-Calais Jean-CLaude Leroy a jugé la fermeture préméditée : "La fermeture de cette usine emblématique du Béthunois est le résultat d’un sous-investissement sur le site. Un acte prémédité d’un grand groupe international", dénonce-t-il avec vigueur.  Une rencontre entre représentants du personnel et élus locaux sera organisée dans les prochains jours pour « faire le point sur la situation et décider des prochaines étapes ».

 

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Crédit : Stelia
Publié le 15/09/2020 Guillaume Roussange Actualités

Aéronautique : l'énorme trou d'air de la filière

A Albert, dans la Somme, le secteur aéronautique paie la crise au prix fort. Déjà plus de 450 emplois sont menacés dans ce bassin historique de production, soit 15% des effectifs de la zone.

Publié le 15/09/2020 Olivier Ducuing Actualités

Entravée par le virus, Cooptalis accélère dans l'IT

Cooptalis reprend la société ITalent pour surfer sur ce segment très porteur. Son dirigeant Christophe Debray devient directeur des recrutements chez Cooptalis.

Damart repart de l'avant, avec une campagne TV et un ambitieux plan d'investissements.
Publié le 15/09/2020 Olivier Ducuing Actualités

Damart repart à l'offensive

Secouée par la crise Covid-19 qui l'avait contraint à 195 suppressions d'emplois et un retournement rapide annoncé pendant l'été, Damart repart de l'avant, avec une campagne TV et un ambitieux plan d'investissements.

Publié le 09/09/2020 Olivier Ducuing Actualités

Auchan Retail France supprime 1088 emplois nets

Auchan poursuit sa purge tout en accélérant sa transformation digitale. Le groupe annonce ce 9 septembre la suppression de 1475 postes, compensée par 377 créations d'emplois.

Mathieu Tarnus, fondateur du groupe Sarbacane.
Publié le 08/09/2020 Julie Kiavué Actualités

Hem : Sarbacane lève 23 M€

Le spécialiste des solutions marketing et digitales basé à Hem accueille à son capital le fonds IDI. Objectif : accélérer en Europe.

Aucune région ne résiste au recul depuis le début de l'année.
Publié le 02/09/2020 Olivier Ducuing Actualités

L'intérim poursuit sa chute, mais moins vite

La région enregistre une baisse de 30,2% de l'emploi intérimaire en cumul depuis le 1er janvier, et de 24,1% sur le seul mois de juillet.

Sophie Deville est diplômée de NEOMA Business School Roue.
Publié le 01/09/2020 Actualités

Une nouvelle directrice au centre commercial Westfield Euralille

Le centre commercial lillois Westfield Euralille sera désormais piloté par Sophie Deville.

Le siège de Notre Logis est basé à Halluin. Et sera celui de la nouvelle entité. Crédits : Tekhnê Architectes
Publié le 01/09/2020 Julie Kiavué Actualités

Logements : Le bailleur Notre Logis absorbe 3F Nord Artois

Ensemble, les bailleurs Notre Logis et 3F Nord Artois représenteront un parc de plus de 10 000 logements en métropole lilloise.

En juin 2018, le groupe belge Ecophos inaugurait en grande pompe dans un grand événement sa première usine française de Loon-Plage.
Publié le 31/08/2020 Olivier Ducuing Actualités

Aliphos met la clé sous la porte

Quasi neuve, l'usine de phosphates pour alimentation animale Aliphos, à Loon-Plage, est liquidée. Ainsi en a décidé le tribunal de commerce de Dunkerque, faute de repreneurs. Une énorme déconvenue pour cet investissement majeur de 85 M€. 47 salariés sur le carreau.

Publié le 29/08/2020 Actualités

Jérôme Bonduelle disparaît tragiquement

Fils de Bruno et Chantal Bonduelle, Jérôme Bonduelle a été renversé à vélo par un chauffard. Il était l'un des dirigeants du groupe familial, en charge du département Prospective et développement.