Conjoncture : bonne tenue des affaires en novembre

 

 

 

La dernière enquête de conjoncture de la banque de France laisse apparaître « des performances correctes dans l'ensemble » en novembre pour l'économie régionale, avec toutefois de grosses disparités. Très bonne activité dans le bâtiment, bonne croissance dans l'hébergement restauration ou de l'industrie agroalimentaire mais nouveau recul de la production automobile.

 

Malgré l'émergence de la cinquième vague pandémique, la conjoncture s'est bien tenue en moyenne en novembre, selon la dernière enquête de conjoncture de la Banque de France, menée auprès de 8 500 entreprises régionales. L'activité s'est accrue sur la période avec au demeurant des signes de tension toujours forts dans le recrutement, avec des difficultés pour 51% des entreprises, mais aussi des difficultés d'approvisionnement pour 57% des industriels.

Au global, l'activité industrielle a « timidement progressé » en novembre, mais avec des variations fortes d'un secteur à l'autre : les constructeurs de matériel de transport reculent, les autres secteurs font du sur-place, tandis que l'industrie agroalimentaire enregistre à l'inverse une forte hausse. La filière automobile montre des signes inquiétants : la branche poursuit son recul significatif, le prix des matières premières monte, les effectifs sont à la baisse, les carnets de commande « sont jugés insuffisamment remplis », les stocks de produits finis sont faibles.

 

Du côté des services marchands, l'activité a plutôt bien performé en novembre, notamment dans deux secteurs, l'hébergement-restauration et l'intérim. Les effectifs des services marchands ont progressé, les prix des prestations ont été revus à la hausse, les trésoreries se sont musclées et sont jugées assez satisfaisantes. A court terme, le secteur tertiaire prévoit encore une forte poussée des recrutements et des hausses de tarifs.

 

Du côté du bâtiment, la Banque de France observe une progression générale, tant dans le gros œuvre que dans le second œuvre, avec des recrutements à la hausse, mais aussi des prix de devis en progression et des carnets de commande « bien étoffés ». Le secteur s'attend à une progression dans les prochaines semaines. Dans le secteur des travaux publics, l'activité s'est en revanche légèrement tassée au troisième trimestre. Mais les devis sont à la hausse, comme les effectifs, et les entrepreneurs prévoient une activité en progression sur cette fin d'exercice avec des embauches et des devis qui devraient poursuivre leur remontée.

La note de conjoncture complète est disponible sur le site de la Banque de France