Dans les coulisses d'Ankama

Textes: Etienne Vergne

Photos: Sébastien Jarry

 

 
 
Les jeux en ligne Dofus et Wakfu demeurent le cœur de l'activité d'Ankama. Au premier étage du siège, 25 salariés, animateurs, graphistes ou "game designers", veillent sur le monde virtuel dans lequel évoluent les joueurs. Des parasols y protègent les écrans des reflets du soleil.
 
 
Au rez-de-chaussée, quinze salariés planchent sur la pré-production de la troisième version de Dofus. Aucune date de sortie n'est encore programmée mais cette étape cruciale permet à l'équipe de réfléchir à ses prochains relais de croissance. Depuis sa création, le jeu a connu deux mises à jour.
 
 
En 2006, Ankama a créé sa propre maison d'édition pour publier les premiers tomes de Wakfu et de Dofus. Elle a publié depuis 500 titres et ne se limite à aucun genre. Deux éditeurs supervisent la mise en page et la relecture des planches envoyées par les auteurs.
 
 
Dernier jeu en date: Krosmaga, sorti en février. Les joueurs y collectionnent en ligne des cartes pour s'affronter sur un plateau virtuel. Dans une salle du rez-de-chaussée, 25 salariés s'occupent du bon déroulé du lancement. En avril, le jeu devait sortir sur la plateforme Steam.
 
L'entreprise a installé son studio d'animation dans une maison bourgeoise du boulevard d'Armentières à quelques centaines de mètres du siège. En rythme de croisière, 47 personnes y créent les épisodes de la série Wakfu dont la 3e saison sera diffusée fin 2017. Pour la production du long-métrage Dofus, les effectifs sont grimpés jusqu'à 90 grâce à des free-lance appelés en renfort.
 
 
Ankama s'est aménagé son propre studio de mixage et d'enregistrement. Deux compositeurs s'y relaient pour produire la bande son de l'animation et des jeux vidéos. Les voix des personnages sont enregistrées à Paris.
 
 
Parmi les nombreux produits dérivés, le service communication-marketing développe et teste des jeux de plateaux pour promouvoir l'univers.
 
 
Ankama s'est aussi équipé de son propre restaurant. L'établissement sert une soixantaine de couverts par jour à ses salariés ou aux habitants du quartier dont les start-up de la Plaine Images.
 
 
 
ANKAMA EN CHIFFRES
• CA 2016 : 35 M€
• Effectifs: entre 300 et 350 salariés
• Volume : 80 millions de comptes en ligne et 3,5 M de BD vendues
 
 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/05/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées au mois d'avril.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Portraits express

Publié le 01/05/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Fiscalité locale: 3,5 mds€ prélevés sur les entreprises en 2015

Le Medef Hauts-de-France vient de publier son barome?tre de la fiscalite? locale. Constat inquie?tant : la contribution des entreprises aux collectivite?s a grimpe? de 13,3 % entre 2011 et 2015.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Antonio Molina: "Innover, c'est pour tout le monde !"

Le fondateur du groupe Ma?der, devenu leader mondial des peintures ferroviaires, est aussi pre?sident du po?les de compe?titivite? des mate?riaux Matikem, de l'institut d'excellence IFMAS, du nouvel Institut Ceebios sur la biomime?tique a? Senlis, et membre du think tank « La Fabrique de l'industrie ». Il vient aussi de faire l'objet d'un livre, “la saga de l'innovation”. Cet ardent de?fenseur de la troisie?me re?volution industrielle de?plore le manque de moyens pour de?velopper le chai?non manquant dela preuve de concept entre la recherche et l'industrie.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Hauts-de-France: La résilience au coeur

Lille et le désert des Hauts-de-France? Oui et non. Derrière la dynamique métropolitaine, qu'on rencontre ailleurs en France et en Europe, les territoires secondaires peuvent trouver leur voie. La Région a montré dans le passé une incroyable capacité de rebond. Entre les contrats territoriaux signés par l'Etat, une stratégie régionale qui se met en place, le volontarisme d'élus locaux et l'expérimentation, le rebond est possible. La preuve par l'exemple.

Publié le 01/05/2017 Accueil

“Il faut de l'inge?nierie, des moyens, et une vision strate?gique”

Vale?rie Le?tard, premie?re vice pre?sidente du Conseil re?gional, de?le?gue?e aux solidarite?s avec les territoires, se?natrice du Nord, ancienne pre?sidente de Valenciennes me?tropole.