Dans les coulisses de Beck Industries

Photos Se?bastien Jarry / Textes Julie Dumez

 


C’est l’une des pe?pites industrielles de notre région. En presque un siècle d'existence, le groupe Beck Industries est parvenu à décrocher la place de leader européen et à se hisser dans le top 3 mondial. Karine Charbonnier préside aujourd'hui l'industrie familiale, fondée par son arrie?re-grand-me?re en 1919. Nous sommes alors au lendemain de la guerre et cette visionnaire se lance dans le cre?neau lie? aux besoins en boulons pour les mines et les chemins de fer. Le de?but d’une longue aventure pour ce groupe qui compte de?sormais 600 salarie?s re?partis sur 8 sites et re?alise 85 M€ de chiffre d’affaires. Sa force ? Capacite? d’adaptation, innovation et export. Le simple boulon a aujourd’hui laisse? place a? un produit hyper technique, reconnu pour sa haute inte?grité pour les secteurs de la pe?trochimie, de l’e?nergie et de l'industrie mécanique. Pour accompagner au plus près ses clients le Nordiste s'est implanté en Belgique, en Angleterre, en Allemagne et au Maroc. Et vient de conclure à Singapour l'acquisition de Crawford. Une socie?te? de distribution d’une quinzaine de collaborateurs re?alisant 1,5 M€ de chiffre d’affaires, avec l’optique de de?crocher de nouveaux marche?s autour de cette plaque tournante de l’industrie pe?trolie?re. Malgre? un ralentissement cyclique, Beck-Industries entend bien re?aliser une progression de 10% chaque anne?es a? venir. Dans cette logique, elle programme un investissement de 2 M€ pour re?volutionner l’atelier de fabrication de tiges filete?es en 2016. Pour rester inde?boulonnable sur la place.

 

BECK INDUSTRIES EN CHIFFRES
•8 sites dont 3 en France (Armentie?res, Bogny-sur-Meuse, Luxeuil)
Belgique, Angleterre, Alle- magne, Maroc, Singapour
•600 salarie?s •85 M€ de C.A

 

Les boulons subissent un traitement thermique, autrement dit une cuisson qui optimise la re?silience et l’e?lasticite? de l’acier. D’autres traitements de surface comme la phosphatation peuvent aussi e?tre applique?s.

 

L’usine d’Armentie?res se compose de trois ba?timents de 20 000m2, dont un consacre? au stockage. Chaque site produit en sur-mesure, tout en e?tant capable une fois mis en re?seau d’offrir une prestation globale pour les clients internationaux. La taille de la socie?te? permet de mettre en stock des produits tre?s rares pour e?tre compe?titive. 1 000 tonnes d’acier sont achete?es tous les mois.

 

L’e?tape du contro?le qualite? est primordiale. Beck-Crespel dispose donc d’un laboratoire d’essais me?caniques labellise? Cofrac. Une culture de la su?rete?, du respect des proce?dures et de la pre?vention du vice cache? est largement inculque?e aux e?quipes. Le premier manuel qualite? date me?me de 1972, bien avant l’arrive?e des normes Iso 9000. Ici la qualite? de l’acier est par exemple ve?rifie?e.

 

La production fait l’objet d’une trac?abilite? pre?cise, ici visible par les inscriptions. Objectif : e?tre capable de rappeler l’ensemble des lots de?fectueux si besoin. La fabrication totalement sur-mesure de?bute a? partir de 6 mm de diame?tre.

 

L’ope?rateur re?alise une magne?toscopie. Cela permet de de?celer les de?fauts de surface sur les tiges.

 

De multiples machines a? commandes nume?riques jalonnent les ateliers. Elles tournent, usinent, sculptent l’acier pour lui donner les spe?cificite?s ne?cessaires. L’une d’elles, tout spe?cialement venue du Japon, a produit les goujons pour fermer le cœur du re?acteur de l’EPR de Flamanville. La socie?te? vient par ailleurs de conclure un contrat historique pour fournir l’ensemble des sites europe?ens de Total pour cinq ans.

 

A fois me?canicien et me?tallurgiste, Beck-Crespel compte aussi surfer l’e?conomie de la fonctionnalite?. Elle a de?pose? un brevet dans le domaine des e?quipements de serrage pour offrir une prestation globale a? ses clients et assurer encore un peu plus de se?curite? dans l’e?tape de fixation.

(Retrouver les photos de notre photoreportage via les liens PDF disponibles dans la colonne de droite)

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/12/2015 Accueil

Indiscrétions

Les derniers indiscrets glanés en novembre.

Publié le 01/12/2015 Accueil

Top et flop

Les hauts et les bas du mois.

Publié le 01/12/2015 Accueil

Verbatims

Les petites phrases du mois.

Publié le 01/12/2015 Accueil

Portraits express

Dominique Givois et Patrick Scauflaire prennent du galon.

Publié le 01/12/2015 Accueil

Saint-Maclou re?nove son offre

Wattrelos. Le spe?cialiste des reve?tements de sols mise sur son offre de service pour mieux se diffe?rencier.

Publié le 01/12/2015 Accueil

THIERRY WEIL “L'industrie franc?aise est arrive?e a? un point bas”

Le de?le?gue? ge?ne?ral de la fabrique de l'industrie, think tank de?die? aux proble?matiques de l'industrie franc?aise re?pond a? Eco121. Thierry Weil est professeur a? Mines Paris Tech en strate?gie d'entreprise et management de l'innovation, et membre de l'acade?mie des technologies.

Publié le 01/12/2015 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/12/2015 Accueil

SDIS : vers un retour au calme et a? l'e?quilibre ?

Lille. Grosses secousses sur l'un des principaux SDIS de France. Son pre?sident Joe?l Wilmotte de?misssionne alors qu'il lanc?ait une restructuration lourde.

Publié le 01/12/2015 Accueil

Gastronomie : nos toques au top !

Alexandre Gauthier, chef de l’anne?e, la nais- sance du Clarance a? Lille, nos chefs a? l’honneur dans les e?missions de te?le?, Mange, Lille... La gastronomie re?gionale gagne chaque anne?e un peu plus ses galons d'excellence. Ce rayon- nement nouveau s'appuie aussi sur des inves- tissements sonnants et tre?buchants. En ces temps de barbarie, Eco121 a voulu glisser un peu de douceur dans son dossier du mois. Por- trait des 10 chefs les plus en vogue du moment dans notre re?gion.