Demandez le certificat de projet !

jbdubrullebignonlebrayJusqu’a? pre?sent, pour les porteurs de projets ayant un impact sur l’environnement, il e?tait souvent de?licat d’appre?hender le nombre d’autorisations ne?cessaires, ainsi que les pie?ces exige?es par l’administration a? l’appui de la demande : dossier de demande d’autorisation loi sur l’eau, autorisation de remblaiement de zones humides, autorisation de de?frichement, de de?rogation « faune/flore », autorisation au titre des installations classe?es.... Pour reme?dier a? cette difficulte?, depuis le 1er mars 2017, il est de?sormais pre?vu la possibilite? de recourir a? un certificat de projet.
Ce certificat de projet, de?livre? dans un de?lai maximal de trois mois, est le pre?alable au de?po?t d’une autorisation environnementale – elle aussi constituant une nouveaute? puisqu’elle inte?gre de?sormais l’ensemble de ces autorisations, a? l’exclusion du permis de construire (sauf pour les projets e?oliens pour lesquels l’autorisation environnementale vaut permis de construire). Le porteur de projet peut donc de?sormais solliciter un certificat de projet, de?livre? par l’autorite? administrative compe?tente. Ce certificat de projet – a? l’instar d’un certificat d’urbanisme - indique les re?gimes, de?cisions et proce?dures qui rele?vent de l’autorite? administrative charge?e de de?livrer l’autorisation environnementale. Ce certificat de projet va cependant plus loin puisqu’il comporte le rappel des pie?ces exige?es et pre?cise les de?lais d’instruction. Ces de?lais sont soit ceux pre?vus par les textes, soit les de?lais « ne?gocie?s » dans un calendrier d’instruction se substituant aux de?- lais re?glementaires et engageant l’administration et le pe?titionnaire. Ce certificat de projet pre?sente de re?els avantages puisqu’il permet au porteur de projet de connai?tre notamment les proce?dures qui lui seront impose?es, et de savoir si le Pre?fet envisage l’organisation d’une concertation avec le public. Enfin, le certificat de projet permet e?galement au Pre?fet de porter a? la connaissance du pe?titionnaire les e?le?ments de nature juridique ou technique d’ores et de?ja? de?tecte?s comme pouvant faire obstacle a? la re?alisation du projet. De plus, l’administration engagera sa responsabilite? en cas d’erreurs, omissions ou d’inexactitudes dans les in- formations transmises par le biais du certificat de projet. Si vos projets sont de ceux qui peuvent be?ne?ficier de ce certificat de projet, il ne faut pas he?siter a? le solliciter.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/05/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées au mois d'avril.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Portraits express

Publié le 01/05/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Fiscalité locale: 3,5 mds€ prélevés sur les entreprises en 2015

Le Medef Hauts-de-France vient de publier son barome?tre de la fiscalite? locale. Constat inquie?tant : la contribution des entreprises aux collectivite?s a grimpe? de 13,3 % entre 2011 et 2015.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Antonio Molina: "Innover, c'est pour tout le monde !"

Le fondateur du groupe Ma?der, devenu leader mondial des peintures ferroviaires, est aussi pre?sident du po?les de compe?titivite? des mate?riaux Matikem, de l'institut d'excellence IFMAS, du nouvel Institut Ceebios sur la biomime?tique a? Senlis, et membre du think tank « La Fabrique de l'industrie ». Il vient aussi de faire l'objet d'un livre, “la saga de l'innovation”. Cet ardent de?fenseur de la troisie?me re?volution industrielle de?plore le manque de moyens pour de?velopper le chai?non manquant dela preuve de concept entre la recherche et l'industrie.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Hauts-de-France: La résilience au coeur

Lille et le désert des Hauts-de-France? Oui et non. Derrière la dynamique métropolitaine, qu'on rencontre ailleurs en France et en Europe, les territoires secondaires peuvent trouver leur voie. La Région a montré dans le passé une incroyable capacité de rebond. Entre les contrats territoriaux signés par l'Etat, une stratégie régionale qui se met en place, le volontarisme d'élus locaux et l'expérimentation, le rebond est possible. La preuve par l'exemple.

Publié le 01/05/2017 Accueil

“Il faut de l'inge?nierie, des moyens, et une vision strate?gique”

Vale?rie Le?tard, premie?re vice pre?sidente du Conseil re?gional, de?le?gue?e aux solidarite?s avec les territoires, se?natrice du Nord, ancienne pre?sidente de Valenciennes me?tropole.