Duyck accélère sa reconquête

matthieu duyck

 

Pionnière de la bière de garde, la brasserie Duyck est aujourd'hui un acteur incontournable du secteur, lui-même en pleine forme : les bières de spécialité grimpent de 15 à 20% l'an en France. Numéro 8 français, elle brasse 100 000 hectos par an (dont 65% de Jenlain ambrée, son produit phare), avec 47 salariés. Avec ses 15 M€ de ventes, elle pèse 2,5% du marché avec une présence très bien répartie sur le territoire. Mais l'entreprise, dirigée depuis trois ans par Mathieu Duyck, 36 ans (3e génération, photo) était prise dans une double contrainte : une forte exposition à la grande distribution (70% des ventes), et la multiplication des micro-brasseries. «Il s'ouvre une brasserie tous les deux jours. L'offre produits explose. On s'inscrit dedans, on doit se moderniser, et apporter notre vision avec notre tradition», analyse Mathieu Duyck. « On fait de la bière mais on vend un moment de partage ».

Côté industriel, l'outil fait l'objet d'une amélioration constante, au rythme d'1 à 1,5 M€ par an, à commencer par une salle de brassage neuve, une station d'épuration et des machines de conditionnement, pour maintenir la compétitivité. Un défi que permet une politique de long terme où les profits vont entièrement à l'investissement. «Sur toute ma vie, j'ai eu 18 euros de dividendes!», sourit le Pdg.

Côté marque, la société a lancé une cure de jouvence, avec un nouveau logo, de nouveaux designs, des visuels originaux sur les bouteilles (avec des photos), mais aussi un choix assumé de ne pas entrer dans une guerre des prix. Ce qui a entraîné la perte de la référence Leclerc (15% des volumes) l'an dernier.

Tout en comptant reprendre sa croissance en grande distribution, Duyck veut aujourd'hui accélérer en cafés-hôtels restauration, mais aussi à l'export, marginal aujourd'hui (3%) qu'elle voudrait pousser sur certains pays. L'entreprise vient de tester une série très limitée (Humeur de brasseur), soit 500 hectos seulement. Mais il s'agit de créer l'événement et de tester le marché avec une bière éphémère, quitte à en faire une bière durable demain

O.D

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/07/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop de l'été.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées au mois de juin.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Conjoncture : Embellie confirme?e pour l'e?conomie re?gionale en 2016

Malgre? une situation contraste?e selon les secteurs, le dernier bilan annuel de l'Insee montre une reprise de l'e?conomie re?gionale.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Raouti Chehih: " Nous allons damer le pion à bien d'autres régions"

Au moment ou? Euratechnologies va se transformer en socie?te? d'e?conomie mixte avec de nouveaux moyens, son emble?matique directeur dresse un bilan de cet e?cosyste?me unique. Raouti Chehih conside?re venu le temps ou? le nume?rique re?gional va pouvoir impacter en profondeur notre tissu e?conomique. Rencontre avec un ope?rationnel visionnaire.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Stade Pierre Mauroy: Eiffage e?gratigne? par la Chambre re?gionale des comptes

Un rapport de la juridiction financie?re pointe les erreurs du groupe de BTP a? l'origine, selon elle, d'un surcou?t de construction de 132 M€.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Le De?partement du Nord ce?de ses ruches a? la MEL

Nord. Apre?s la voirie de?partementale, la me?tropole re?cupe?re les Fonds solidarite? logement (FSL), Fonds d'aide a? la jeunesse (FDAJ) et trois ruches d'entreprises.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Kindy n'échappe pas à la séparation de ses activités

Les pôles chaussures et chaussettes de Kindy sont repris séparément. L'usine de l'Oise voit ses effectifs fondre quasi de moitié.