Edito n°67-Décembre 2016 et janvier 2017

Quelle merveilleuse langue ve?hiculaire que l'anglais, qui nous permet de converser avec le monde entier ! Au fin fond de la Birmanie, en Allemagne, sur les re?seaux sociaux, dans les entreprises internationales, l'usage de l'anglais est un vrai bonheur pour nouer des liens, travailler, e?changer, apprendre au-dela? des barrie?res linguistiques ou culturelles.
Mais pourquoi diantre se croit-on oblige? de?sormais en toute circonstance de faire assaut d'anglicismes jusqu'a? l'indigestion totale ? Ventre-saint-gris ! Vertuchou ! Scrogneugneu ! Notre langue est magnifique, toute en nuances, en richesse lexicale, en subtilite?s. Que n'exploitons-nous cette mine ine?puisable de mots, d'expressions, de me?taphores – pour les anaphores, on a de?ja? donne?, il a cinq ans !- , d'euphe?mismes et autres litotes. Associe?e a? la de?gradation spectaculaire de l'orthographe et la pousse?e du langage sms, la mutation de nos modes d'expression devient saisissante.

Porosite?
Et l'univers de la vie e?conomique est sans doute l'un des plus poreux - avec ceux de la te?le?vision et de la pub - a? ce de?ferlement d'anglicismes, pourtant combattu avec vigueur chez nos cousins que?be?cois. Ici, on ne pre?sente plus son projet, on pitche. On n'est plus en surmenage mais en burnout. On ne fait pas une se?ance d'accueil mais une welcome session. On ne de?nigre pas la France, on fait du french bashing. On monte un Leverage buy out et non une ope?ration a? effet de levier. Private equity, low cost, retail, newsletter, smileys, joint-venture, foodtruck, rewriting... Les exemples sont si nombreux qu'il faudrait leur consacrer un dossier entier dans notre magazine. Et, porte? hors de ses frontie?res initiales par la fusion picardo- nordiste, Eco121 (addition de 59 + 62) s'est lui-me?me laisse? entrai?ner dans
ce mouvement insidieux en prenant un instant pour « baseline » One-to-one. Erreur bien fugace que nous corrigeons aujourd'hui en reprenant notre nom originel et original, devenu une marque de re?fe?rence dans le paysage de la presse e?conomique re?gionale. Avec son histoire ne?e en Nord-Pas-de-Calais et son avenir dans les French Highlands. Welcome to our english friends in the Hauts- de-France region, of course ! Mais si entre nous, nous pouvions parler franc?ais ?

Olivier Ducuing, directeur de la rédaction

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/12/2016 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets glanés en novembre.

Publié le 01/12/2016 Eco121

Arnauld Dubois, pdg de Dhimyotis

La discre?te ascension d’un champion de la confiance nume?rique.

Publié le 01/12/2016 Eco121

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/12/2016 Eco121

Verbatims

Les petites phrases du mois.

Publié le 01/12/2016 Eco121

Portraits express

Publié le 01/12/2016 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/12/2016 Eco121

Photoreportage: dans les coulisses de Sasa Industrie

Chaque mois, Eco 121 braque ses objectifs sur une ETI de la re?gion. Ce mois-ci, focus sur Sasa industrie, fabricant de supports de cuisson anti- adhe?sifs pour les professionnels de la boulangerie et de la pa?tisserie.

Publié le 01/12/2016 Eco121

"Nous véhiculons de la french touch"

Questions à Rudy Boussemart, directeur général de Sasa Industrie

Publié le 01/12/2016 Eco121

Le Douaisis s’e?quipe d’un nouveau centre aquatique

La communaute? d’agglo du Douaisis inaugure le 17 de?cembre, “Source?ane”