Edito n°72- Juin 2017

Fenêtre de tir

 

Après les primaires de gauche, puis de droite, après un an de campagne présidentielle au parfum parfois nauséeux, un débat d'entre deux tours indigent, le feuilleton politique s'achève sur une élection législative historique et un dégagisme de masse. Dans la région, la disparition pure et simple du PS relève de l'incroyable, après des décennies de domination outrancière dans ce qui était son bastion historique. Et la droite qui devait emporter la présidentielle puis les législatives devra se contenter de faire de la figuration pendant le quinquennat.

D'une situation politique très complexe avec quatre grands blocs lors de la présidentielle en mai, la magie du scrutin uninominal à deux tours – associée à une abstention massive- a créé un mouvement de fond qui octroie au nouveau Président une majorité jamais vue sous la Ve République. Et prouve, en parallèle, une attente forte des Français en matière de réformes.

A ce paysage politique où l'effet de blast a pulvérisé les positions acquises de longue date, s'ajoute une conjoncture économique chaque semaine plus favorable. Les prévisions de croissance de l'OCDE viennent d'être révisées à la hausse, à hauteur de 3,5% pour la planète.Les tensions géopolitiques, certes encore sensibles, reculent. En Europe, le taux de chômage poursuit sa décrue, et même en France, il est redescendu à son taux le plus bas depuis 2012.

La fenêtre de tir est clairement inespérée pour l'exécutif, qui n'aurait jamais pu rêver une telle configuration astrale. Mais cette situation exceptionnelle à tous égards génère en parallèle une ardente obligation de résultats. Il y a urgence. Depuis les rapports Attali, Camdessus ou Pébereau sur l'état du pays, c'est l'immobilisme qui a prévalu, creusant les déficits de l'Etat mais aussi le déficit de confiance envers les élites. La nouvelle mandature n'a d'autre choix que de se confronter sans concession aux maux du pays.

Olivier Ducuing
Directeur de la rédaction

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/06/2017 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets glanés dans le mois.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Verbatims

Les phrases glanées au cours du mois de mai.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Portraits express

Publié le 01/06/2017 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Logistique : les Hauts-de-France montent en cadence

Externalisation massive de la pre?paration des commandes jusqu'au transport, explosion du e-commerce, course a? la re?duc- tion des de?lais, concentration : le moins qu'on puisse dire est que la logistique est sur une vague porteuse. Avec sa position ge?o- graphique de porte de l'Europe du Nord, la re?gion Hauts-de- France connai?t depuis quelques anne?es un ve?ritable a?ge d'or lo- gistique. Aujourd'hui, l'heure est aux me?ga-entrepo?ts, aux grands projets, et a? la cre?ation d'emplois a? gros bouillons. Notre enque?te.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Hervé Montagne, le roi des toilettes mobiles

A 47 ans, Hervé Montagne ouvre une nouvelle phase dans le développement de son groupe Enygea, leader des toilettes autonomes en France. Ce passionné de chasse a le cap des 30 M€ dans le viseur.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Les filiales à l’étranger de nos entreprises régionales

La CCI de Région Hauts-de-France a analysé le rayonnement des sièges sociaux de la région à l’international en répertoriant l’implantation de leurs filiales à l’étranger... La Chine monte en puissance.

Publié le 01/06/2017 Eco121

" Ce territoire a de belles choses à faire valoir ”

Françoise Paillous, ingénieure de formation, est la déléguée régionale du CNRS sur les Hauts-de-France depuis 2011. Eco121 a voulu rencontrer cette femme discrète pour mieux comprendre les enjeux de la recherche en région. Recueilli par Olivier Ducuing

Publié le 01/06/2017 Eco121

Renflouée, Arc espère maintenant le retour des banques

Arques. L'actionnaire PHP a débloqué 10 M€ au côté d'un consortium de fonds souverains qui injecte 25 M€. Il reste à faire revenir les banques