Armentières : « le commerce : un enjeu, un défi, un combat »

La ville mise sur le volontarisme de long terme pour redynamiser le commerce intra-muros, entre nouveaux équipements et gestion fine de l'accès automobile.

« C'est un combat ancien et de tous les jours que de résister aux grands malls commerciaux ». En l'occurrence à Auchan Englos, ouvert en 1974, puis aux Portes des Flandres à Nieppe dans les années 90. Ce combat, les prédécesseurs de Bernard Haesebroeck, maire d'Armentières, l'ont engagé en autorisant l'implantation d'un hyper Carrefour au cœur même de la ville, considérant les commerces de centre-ville comme sa galerie marchande naturelle.

> A lire aussi : Commerce : Le Hainaut fait le pari du projet collectif et de l'ingénierie

> A lire aussi : Mobilisation générale sur nos coeurs de villes

Dès 2004, une étude sur le commerce armentiérois révélait que 58% du pouvoir d'achat local se dépensaient à Englos. Un chiffre ramené à 50% en 2008, Nieppe en attirant 17%. A quoi se sont ajoutés la crise des années 2008, la rénovation des places centrales, un taux de rotation famélique de 1,1 voiture par jour et par place de stationnement : le chaland extérieur rechignait à venir en ville. La municipalité a commencé par le stationnement. Toutes les pratiques y sont passées : zone bleue, payante, gratuité partielle, maintien et création de places... « Le sujet reste très passionnel », constate le maire qui vient de généraliser la demi-heure de gratuité à tout l'hypercentre, outre la gratuité à l'heure du repas. La qualité de l'accueil et de l'accessibilité reste la clé de l'attractivité commerciale. « Le tout voiture, c'est culturel encore, mais il y a un point d'équilibre à rechercher. on ne peut pas ambitionner d'être une ville, un centre-ville galerie marchande et avoir un comportement de ville traversée. L'avenir de nos linéaires commerciaux, c'est la limitation de l'accessibilité dans ces rues traversantes et le retour du piéton à la condition de pouvoir stationner dans la proximité », juge l'édile.

> A lire aussi : Caroline Cayeux, maire de Beauvais : "Aider les commerçants à tenir leur place dans les cœurs de ville"

> A lire aussi : La Bassée : bon élève des villes périphériques

Equipements attractifs

Autres cibles de la résistance, l'urbanisme, avec la volonté de protéger et même d'étoffer le linéaire commercial en équipements attractifs : ici une médiathèque, là un cinéma de 5 salles, une politique volontariste d'habitat neuf favorable au retour en ville et d'animations dominicales, l'obtention d'un soutien du FISAC, générateur d'un observatoire local du commerce et d'une gestionnaire de centre-ville, ou encore le maintien d'une direction économique au sein de la ville alors que cette politique est de compétence communautaire...

Autant d'actions qui ont permis au commerce armentiérois de résister. Une vingtaine de Kbis ont été créés ces trois dernières années ainsi que six restaurants...

Tout n'est pas acquis pour autant : Englos aspire encore 47% des revenus armentiérois, tandis que deux commerces emblématiques de la ville, Evasion et la pâtisserie Charle mettaient la clé sous la porte. « Le commerce, un enjeu, un défi, un combat », résume Gérard Haesebroeck.

Luc Maréchal

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Ci-contre la transformation du rez-de-chaussée de l'hôtel consulaire de Lille en cellules commerciales.
Publié le 27/11/2018 L'enquête

Mobilisation générale sur nos coeurs de villes

Fragilisés par les centres de périphérie et par l'essor fulgurant du e-commerce, les commerces de nos centres-villes asphyxient. Plan national, nouveaux dispositifs régional, locaux, la bataille est engagée pour régénérer nos villes.

Publié le 26/09/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Le temps des mets : un miel de Provence ... nordiste

Le patron de Guy Demarle est un serial entrepreneur. Dans le Var, il développe une activité de produits gastronomiques dont un miel IGP de haut vol.

Publié le 24/08/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Dunkerque, le réveil

Mais que se passe-t-il donc à Dunkerque ? Record de production d’acier, implantations industrielles à répétition, ambition portuaire adossée à un hinterland régional en convergence, positionnement toujours plus limpide sur la transition énergétique et l'économie circulaire : le littoral nordiste affiche le beau fixe économique.

Publié le 24/08/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Transports en commun : Dunkerque en mode gratis

A partir de septembre 2018, l'agglomérat dunkerquoise joue la gratuité intégrale des transports en commun, pour sortir du tout voiture.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 30/03/2018 Sylvain Marcelli L'enquête

Une nouvelle génération très indépendante

omment la "génération Z", née après 1995, imagine-t-elle son avenir professionnel ? L'Edhec pose la question depuis quatre ans aux élèves de prépa. Même s'il s'agit d'un profil particulier, les résultats sont riches d'enseignement…

Publié le 30/03/2018 Sylvain Marcelli L'enquête

Le monde du travail fait sa révolution

Ils portent leur bureau sur leur dos, multiplient les projets et ne courent pas après un CDI : les indépendants explorent d'autres façons de travailler. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Publié le 01/03/2018 Olivier Ducuing L'enquête

L'AERONAUTIQUE REGIONALE EN PILOTE AUTOMATIQUE ?

Un marché plus que porteur, des investissements nombreux, des grands noms prestigieux comme Airbus, Dassault, Matra, demain Safran, et une kyrielle d'équipementiers. Qui sait que l'aéronautique régionale pèse près de 10000 salariés ? Mais la force d'entraînement de ce secteur d'excellence n'est mise à profit par aucune politique de filière, notamment pour inciter les Pme à se diversifier dans cette direction ou chasser en meute. Revue des troupes aéroportées de l'économie régionale

Publié le 01/03/2018 Guillaume Roussange L'enquête

La logistique, sur la terre comme au ciel

L'aéronautique régionale a suscité des experts de la logistique dans la région.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 29/08/2014 L'enquête

Qui sont nos start-up les plus prometteuses ?

Ils s'appellent Charles Smadja, Frédérique Grigolato ou Ludwig Czelecz. Seront-ils demain les futurs Steve Jobs ou Mark Zuckerberg français ? Qui sait ? Qui aurait imaginé l'ascension fulgurante d'OVH ou d’Ankama ? Eco121 a voulu pour cette rentre?e mettre en exergue la flamme entrepreneuriale nordiste. Avec l'aide de nos réseaux et notre regard transverse, nous avons choisi de mettre en lumière dix jeunes entreprises du Nord-Pas-de- Calais porteuses de grandes promesses. Rupture technologique, révolution dans notre quotidien, nouveaux modèles économiques, les dix portraits qui vous sont présentées affichent un potentiel magnifique. Comme toute sélection, celle-ci est arbitraire même si nous avons tenté d'être le plus honnête possible. Bien sûr, d'autres parcours exceptionnels mériteraient aussi d'être mis en lumière ici. Mais nous nous y employons déjaà dans chaque numéro. Découvrez avec nous un échantillon d'entrepreneurs hors pair qui portent en eux des avancées "disruptives" comme disent les experts. Baisser de 70% la consommation des véhicules avec un simple kit, pénétrer la pensée des consommateurs pour mieux adapter l'offre des marques, personnaliser le son pour chacun en s'affranchissant du casque, miniaturiser les micro-interrupteurs des téléphones pour avoir enfin des batteries qui durent, mais aussi soigner enfin la douleur des patients incapables de s'exprimer...Sans oublier un nouveau modèle de média professionnel qui trouve enfin la clé de la rentabilité de la presse sur le web... Focus sur les dix start-up les plus prometteuses de la région.