Gaz Service explose les compteurs

«En un an, non seulement nous avons pérennisé nos 130 emplois menacés par un dépeçage du groupe Néothermie dont faisait partie la société, mais nous en avons créé cinquante », se félicite Sylvain Kwiathowski (photo), Président de la SAS, née de la reprise de Gaz Services. A l’instar de Sylvain entré en 1992, comme aide comptable, les sept repreneurs ont tous entre 15 et 25 ans de maison. Ils sont chefs d’agence, directeur financier, directeur opérationnel ou responsable SAV. « La passion pour notre boîte est la première clé du succès de la reprise. Nous travaillons sans compter, entre douze et treize heures par jour. »

Un prêt de 2 M€

Créée en 1971 par la famille Visée, Gaz Service avait été rachetée en 2010 par le groupe Néothermie détenu par un fonds luxembourgeois dont la seule motivation était, selon Sylvain Kwiathowski,  de « toucher le maximum de dividendes». Après la vente des deux agences du sud, Carqueiranne et Toulon, jugées peu rentables, les dirigeants ont stoppé tous les investissements avant de décider de se séparer du groupe. Alors DG de Gaz Service dont la CA atteignait déjà 10 M€ dans cinq agences avec un excédent brut d’exploitation de 8%, Sylvain Kwiathowski réunit une équipe de choc pour racheter l’entreprise. Autour de la table : les 7 cadres Gaz service pour 34% des parts, Nord Capital Partenaires et Croissance Nord Pas de Calais pour chacun 33% du capital. En plus d’une mise de départ conséquente mais dont le montant reste confidentiel, ils contractent ensemble une dette sénior de 2 m€ auprès des Banques Populaires du Nord et CIC Nord Ouest. De quoi partir du bon pied.

Politique de développement offensive

Première décision : réveiller la belle endormie par une politique d’investissement musclée. Une centaine de véhicules sont changés et équipés d’étagères. Certains dépassaient les 200 000 km. Le SAV est restructuré, centralisé avec la création d’un centre d’appel autonome de sept opératrices qui gèrent plus de 500 appels quotidiens. De nouveaux marchés ont été gagnés comme Vilogia, de plus anciens se sont étoffés comme SIGH. 22 000 logements ont ainsi été ajoutés aux 120 000 déjà entretenus par Gaz Services. « Nous nous battons avec acharnement contre des nationaux, filiales de très grandes entreprises ».

Pour répondre à ces nouveaux marchés, deux agences ont été ouvertes en mai dernier, à Boulogne et à Saint-Laurent Blangy, totalisant une quarantaine de nouveaux emplois. Elles sont venues s’ajouter aux 4 existantes à Marly (la maison mère), Maubeuge, Cambrai et Villeneuve d’Ascq. D’autres suivront dans la région selon l’obtention de nouveaux contrats. Encore faut-il trouver les bons techniciens. « Ce qui est extrêmement difficile », regrette Sylvain Kwiathowski.

Autre axe de développement, les particuliers qui, s’ils ne représentent que 20% des ventes, génèrent une marge plus intéressante que les collectivités.
Cette politique offensive a permis de revoir à la hausse les prévisions formulées lors du rachat lorsque la société atteignait 10 M€ de CA. De 11,5 M€ prévus initialement pour 2021, cinq ans après la reprise, les dirigeants de Gaz Service, tablent aujourd’hui sur un minimum de 14,5 M€.

Armelle Roussel

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/06/2017 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets glanés dans le mois.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Verbatims

Les phrases glanées au cours du mois de mai.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Portraits express

Publié le 01/06/2017 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Hervé Montagne, le roi des toilettes mobiles

A 47 ans, Hervé Montagne ouvre une nouvelle phase dans le développement de son groupe Enygea, leader des toilettes autonomes en France. Ce passionné de chasse a le cap des 30 M€ dans le viseur.

Publié le 01/06/2017 Eco121

Les filiales à l’étranger de nos entreprises régionales

La CCI de Région Hauts-de-France a analysé le rayonnement des sièges sociaux de la région à l’international en répertoriant l’implantation de leurs filiales à l’étranger... La Chine monte en puissance.

Publié le 01/06/2017 Eco121

" Ce territoire a de belles choses à faire valoir ”

Françoise Paillous, ingénieure de formation, est la déléguée régionale du CNRS sur les Hauts-de-France depuis 2011. Eco121 a voulu rencontrer cette femme discrète pour mieux comprendre les enjeux de la recherche en région. Recueilli par Olivier Ducuing

Publié le 01/06/2017 Eco121

Renflouée, Arc espère maintenant le retour des banques

Arques. L'actionnaire PHP a débloqué 10 M€ au côté d'un consortium de fonds souverains qui injecte 25 M€. Il reste à faire revenir les banques