Gilles Bernard "Une entreprise centenaire se fait moins surprendre »

"Les entreprises centenaires sont capables de voir loin " "Les entreprises centenaires sont capables de voir loin "

Trois questions au président du Club des Entreprises centenaires, qui réunit une cinquantaine d'entreprises régionales, Gilles Bernard, par ailleurs dirigeant des Briquèteries du Nord.  

Devenir une entreprise centenaire, est-ce le fait de la chance ou est-ce lié à une organisation particulière, une gouvernance à part ?


Je vous répondrai en reprenant les paroles du patron d'IBM, une entreprise née en 1911. Il disait, j'ai deux discours : le premier, à usage externe, « on est les meilleurs, les plus forts, on a 100 ans », et le second, à usage interne, « on peut être centenaire, même juste avant de mourir! ». Une entreprise centenaire est plus expérimentée, se fait moins surprendre. De fait, il y a quelques valeurs que le club essaie de professer, la vision à terme, la préoccupation des personnes, le courage, l'humilité, voir loin, pérenniser. Ces valeurs sont relativement naturelles, mais ni absolues ni uniques. Le start upper qui fait fortune, qui touche 5 M€ et qui va créer une nouvelle boîte, produit un effet de multiplication, ça me va. Celui qui se retire sur la Côte d'Azur pour flamber me fait moins rêver. La raison d’être du Club est un partage de valeurs, et d'entretenir ce goût des valeurs. Notre rencontre annuelle prévue le 19 novembre 2020 portera sur l'art de traverser les crises.

 

Faites-vous une différence entre les centenaires à capital familial et les autres ?


La moitié de nos membres ne sont pas des entreprises purement familiales. Mais elles ont néanmoins toutes les caractéristiques de gestion des entreprises familiales. Prenez Looten Industries, rachetée par Eric Mériau qui y travaillait, il a trouvé les valeurs qui lui convenaient et les a conservées, ou Cuvelier-Fauvarque, où deux beaux-frères ont décidé ensemble de reprendre cette « vieille dame », en recréant quelque chose de familial. Ils rajoutent juste un « s » au mot famille. Dans notre club, nous avons retenu un critère, celui de la pérennité du nom et de l’esprit.

Qui dit famille dit souvent dilution de la propriété dans le temps avec un nombre croissant d'actionnaires...

C’est un sujet très pointu et délicat, qui ne concerne qu’une partie de nos membres.... Chaque entreprise concernée a trouvé une réponse propre à sa situation. Il nous est arrivé d’aborder ce sujet entre nous pour échanger nos expériences sachant que les solutions ne sont pas interchangeables. Par exemple, je sais qu’il peut y avoir dichotomie entre le staff et la famille pendant un certain temps, en cas de trou entre deux générations, et c’est peut-être ce qui arrivera dans mon entreprise (de taille moyenne) et c’est arrivé à d’autres. Il n’y a pas de règle universelle. En revanche, plus il y de personnes physiques actionnaires, plus il faut se pencher sérieusement et assez tôt sur le sujet de la gouvernance en famille

 

Briqueteries du nord : de l'industrie à l'économie circulaire

Les Briqueterie du Nord (BdN) ne sont pas nées pour la reconstruction du pays après la première guerre mondiale mais deux ans avant. Elles comptent alors 10 sites de fabrication de briques pleines cuites au four Hoffman, la méthode traditionnelle. A l'époque, presque chaque village a sa briqueterie car les moyens de transport sont peu développés. L'entreprise prospère avec la reconstruction. Ses briques ont par exemple bâti l'hôpital Huriez. Mais face à la déferlante du béton, à une rentabilité insuffisante, et à la pression foncière d'une urbanisation galopante, les unités de production vont peu à peu fermer et se concentrer. Heureusement, dès les années 20, BdN avait développé une activité de négoce. Celle-ci ne pesait qu'un quart du chiffre d'affaires en 1994, quand l'actuel dirigeant, Gilles Bernard, arrive aux commandes. 26 ans plus tard, le négoce a plus que surclassé la production, puisqu'elle compte pour les trois quarts des ventes, sur un chiffre d'affaires de 24 M€, avec 70 salariés. L'entreprise s'est en effet positionnée sur un autre marché dès les années 2000, celui de l'environnement. D'abord pour enfouir des déchets inertes du BTP, puis pour leur recyclage et leur négoce. Toujours opportuniste, l'entreprise a utilisé le temps du confinement pour mener à bien des travaux de 200 K€ sur son site de Templeuve pour y installer une plateforme d’activité. « C'est là où les entreprises centenaires sont capables de voir loin. Si j'avais été un fonds de pension, je n'aurais pas été pressé d'investir des centaines de milliers d'euros », lance le dirigeant de BdN.

.

 

 Ces entreprises qui ont survécu à tout

Le secret de Rabot Dutilleul : gouvernance et valeurs  

Winckelmans : montée en gamme et international  

Descamps, une centenaire en bois massif  ... et digitale 

1918 : L'appareil de production de Roubaix totalement à sac  

Looten : une adaptabilité à toute épreuve 

Jean Caby : morte à ... 99 ans

Meert : le choix du luxe

Daudruy, le rebond permanent 

Beck Industries : le projet d'entreprise avant la famille

 

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Rania Labaki, directrice du centre de l'Edhec sur les entreprises familiales : “Une vision court termiste est une catastrophe pour les entreprises familiales”
Publié le 26/06/2020 Olivier Ducuing Interview

Rania Labaki "Les crises permettent de construire une résilience dans le temps"

Pour la chercheuse de l'Edhec, la vision de long terme des entreprises familiales est aussi gage de capacité très forte d'innovation et d'adaptation pour construire de nouveaux modèles.

Publié le 26/03/2020 Olivier Ducuing Interview

Comité régional des banques : "On va vous accorder la trésorerie qui va bien"

Les banques sont très attendues face aux besoins urgents des entreprises confrontées à la crise sanitaire. Trois questions au président du Comité régional des banques, Laurent Roubin.

"En Hauts-de-France, j'évalue entre 100 et 120 M€ les montants investis par les acteurs régionaux, hors opérations exceptionnelles"
Publié le 27/01/2020 Olivier Ducuing Interview

Au moment où le capital inversement régional monte en puissance, Philippe Traisnel, président d'Ambition Capital, directeur exécutif de Crédit Mutuel Equity (ex CM-CIC Investissements) à Lille, répond à nos questions.

Publié le 26/11/2019 Olivier Ducuing Interview

Aurélie Vermesse : "Avec notre image de bassin minier et de difficultés, on s'est auto-censurés"

La fondatrice du 5 étoiles Le Clarance à Lille, ouvert il y a cinq ans, juge que le luxe est un secteur porteur dans une métropole riche de nombreux atouts, même s'il restera une activité de niche.

Publié le 27/06/2019 Julie Kiavué Interview

“Nous avons besoin du monde économique !”

A moins d’un an des municipales, fragilisé par des procédures judiciaires -interview réalisée quelques jours avant sa mise en garde à vue le 2 juillet, le président de la MEL Damien Castelain revient sur ses 5 premières années de mandat. Il estime avoir assaini en profondeur les finances pour permettre de nouvelles ambitions en terme de développement et d’attractivité. Tour d’horizon.

Publié le 28/05/2019 Julie Kiavué Interview

Questions à Alain Lefebvre, DG de Ports de Lille : "On vise la place de numéro 3 français"

Le patron du port de Lille évoque le lourd programme d'investissement de l'établissement et ses ambitions stratégiques. Rencontre.

Publié le 27/03/2019 Olivier Ducuing Interview

Interview de Laurent Degallaix : “ On n ' a plus besoin de montrer nos papiers !”

Le président de l'agglo, très probable candidat à sa succession, souligne la fierté retrouvée d'un territoire résilient. Et ouvre des perspectives d'unification institutionnelle du Valenciennois.

Publié le 29/11/2018 Olivier Ducuing Interview

Christian VALETTE, nouveau DG du Crédit Agricole Nord de France : "Faire de nos agences des lieux créateurs de lien "

Arrivé depuis deux mois à peine, le nouveau Directeur Général de la Caisse régionale de Crédit Agricole nous a reçus, en compagnie du président de la banque verte, Bernard Pacory. L'occasion de découvrir cet homme au verbe très maîtrisé, et d'évoquer les perspectives de la banque dans le contexte social si particulier du moment en France.

Hélène Natier, présidente de la Ficomel, membre du Ceser
Publié le 27/11/2018 Olivier Ducuing Interview

Hélène NATIER "Il faut un écosystème pour susciter l'attractivité de la ville"

La présidente de la Fédération indépendante du commerce de la métropole (Ficomel), également membre du Ceser, n'est pas une adepte de la langue de bois. Très critique sur le plan de déplacement lillois, elle analyse pour Eco121 les difficultés du commerce de proximité. Avec trois grandes réponses, l'union des forces, le « phygital » et l'articulation avec la culture et le tourisme. Rencontre.

Publié le 18/10/2018 Olivier Ducuing Interview

"Nous voulons donner plus de subsidiarité aux régions"

Les clubs APM de la région tenaient leur rencontre interclubs bisanuelle à Entreprises & Cités le 18 octobre. L'occasion pour Eco121 d'interroger Béatrice Castaing de Longueville, directrice générale du réseau APM