Grand Lille. Le CETI attend l'équilibre en 2014

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France

Les bruits de couloir sur l'incapacité du CETI à assurer les conditions de son exploitation devraient maintenant se taire. Après avoir finalisé l'investissement immobilier, l'ambitieux projet de Centre européen des textiles innovants, d'envergure mondiale, a bouclé son modèle économique.

Rappelons les enjeux financiers : les deux bâtiments livrables en 2011 (bureaux et laboratoires pour 5700 m2, et halle technologique pour 9400 m2) représentent un coût de 22 millions d'euros. La SCI associe la Caisse des Dépôts, l'UIT et la Sem Ville renouvelée. L'ensemble des subventions obtenues (9,1 M) sur le projet est affecté au bâtiment B pour en faire bénéficier les futurs utilisateurs, un point clé de l'exploitation du pôle par l'association CETI. Celle-ci réunit les trois actionnaires de la SCI mais aussi GPI (groupement interprofessionnel) et le réseau R2ITH. Ce périmètre doit évoluer très vite, la CDC, la Sem et R2ITH devant sortir à court terme tandis que la porte est ouverte à d'autres opérateurs (laboratoires, groupements professionnels, entreprises...) pendant six mois, indique André Beirnaert, président d'Up-Tex et de l'UIT.

La première phase prévoit un investissement de 15 millions d'euros dans des moyens de production exceptionnels à l'échelle mondiale, offrant quarante combinaisons tech niques différentes. Nouveauté par rapport au projet initial : le CETI disposera de son propre laboratoire sur les Matériaux Textiles Avancés, avec deux chercheurs recrutés dès 2010. Au terme d'un business plan très dense, validé par un grand cabinet d'expertisecomptable, le CETI équilibrera ses comptes en 2014, sur la base de 140 jours d'utilisation de ses moyens, loués à des utilisateurs ou dédiés à la recherche. Trop optimiste ? Pas du tout, rétorque André Beirnaert qui s'appuie sur l'activité du centre européen des non tissés (CENT), lancé fin 2004 à Tourcoing et qui génère un chiffre d'affaires annuel de 350000 euros. "L'outil va créer le besoin. Le projet est parfaitement boulonné", assure-t-il. Seule difficulté immédiate: trouver 2 à 3 millions de fonds propres pour assurer la trésorerie avant le versement des subventions.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Droit au but

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Yves Besse de Laromiguière

Le fondateur du leader français de la décoration murale Plage SA dévoile un peu de sa personnalité pour Éco121.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Damart sur les starting blocks pour un nouveau départ

Comme la Lainière de Roubaix ou la filature Saint-Liévin, Damart aurait pu être un grand nom de plus au Panthéon des victimes de la déprise textile. Malgré des pertes abyssales à la fin des années 90 puis une sérieuse rechute, le spécialiste du sénior relève aujourd'hui le gant de l'innovation et le défi de l'image.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Des résultats économiques très encourageants

+29,73% :les actionnaires de Damartex (code DAR) ont fait un triomphe le 26 février aux résultats de l'enseigne, dont la valorisation boursière s'est envolée de près d'un tiers ce jour là.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Etablir son bilan carbone :

Réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 14% d'ici 2020 et de 75% d'ici 2050 : l'objectif de "facteur 4", même éloigné dans le temps, a un niveau d'exigence tel que nombre d'entreprises ont commencé à s'en soucier. Les spécialistes sont unanimes : le bilan carbone est un excellent outil pour une première approche environnementale.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Le bilan carbone dépasse largement la problématique environnementale

Pour Alain Verrier, directeur du cabinet conseil Per4mances, né à Valenciennes en 2002 et présent dans plusieurs régions françaises et en Belgique, la démarche bilan carbone participe à un objectif global de rentabilité.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Groupe Supinfocom s'offre un campus à l'américaine en Inde

Après Arles, le groupe consulaire de formation de managers en création numérique attend beaucoup de son nouveau campus dans l'Oxford de l'Inde, à Pune.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Les étudiants de Supinfocom volent

Témoignage.Shelley Page, cofondatrice du studio californien Dreamworks, membre du conseil scientifique.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Un portefeuille de marques segmentées

Qui connaît les marques Sédagyl, Jours heureux ou Maison du Jersey ? Grandies dans l'ombre de Damart, leur notoriété est encore modeste. Mais leur potentiel est très important...

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Focus : La griffe de Patrick Seghin

Patrick Seghin a la simplicité discrète des esprits brillants. A 45 ans, ce Belge natif de Charleroi a pris la présidence du directoire de Damart à l'automne 2008, apportant une méthode de travail inconnue jusqu'alors rue de la Fosse aux chênes à Roubaix.