Attractivité : Jacques de Chilly "Le soutien public reste essentiel"

Jacques de Chilly est un des initiateurs de l’aventure « ONLYLYON » et l’un des spécia- listes français de l’attractivité territoriale. Ex-DG de « Aderly-Invest in Lyon » (Agence pour le développement économique de la région lyonnaise) et ex-DG-adjoint de la métropole Grand Lyon, il observe le sujet lillois avec intérêt et esprit critique.

Rappelez-nous le contexte du lancement d’ONLYLYON...

Cette aventure s’est construite en 2006, appuyée sur une étroite collaboration entre le monde politique et l’éco- nomique. Cette dimension collective est un des éléments clef de la réussite de ce projet. Lyon progressait alors sur de nombreux plans (industriel, technologique, culturel...) mais souffrait d’un vrai déficit en matière de marketing international. Un faisceau d’acteurs lyonnais (l’Opéra, l’Ecole de Management, le Centre des Congrès, l’Université...) souhaitait rejoindre le top 10 européen. Une aspiration forte à la promotion internationale s’est alors exprimée. L’exemple de Barcelone et de son rayonnement nous aséduits et convaincus d’agir. Tout est parti de là : il ne suffit pas de bien faire ; il faut le dire également. ONLYLYON, marque unique du territoire, est née de cette volonté  commune. Elle s’est immédiatement positionnée au plan international, débordant rapidement sa vocation économique et touristique initiale.

Quels ingrédients font son succès ?

Une marque simple (un anagramme), construite sur un principe parfaitement partenarial : les 9 grands acteurs du territoire -devenus 13 - ont porté le projet de A à Z. Nous avons également agi au bon moment : le besoin était réel et les forces vives mobilisées. Nous nous sommes inspirés de la séquence « I Amsterdam » -autre référence- et de sa dynamique. La question des moyens est également clef : 500 K€ au lancement ont rapidement laissé place à un budget annuel de 5 à 6 M€. Une équipe dédiée et indépendante a également été constituée dans la durée. Des outils ont été mis à son service : un puissant réseau d’ambassadeurs -pas très original mais très efficace- et l’usage appuyé des réseaux sociaux.

Enfin, une stratégie de développement économique claire et concentrée, afin d’éviter la dispersion : 3 axes prioritaires correspondant à nos vrais avantages compétitifs et des territoires de conquêtesprécis et cohérents. J’évoquerai la Chine, appuyé sur l’industrie de la soie et une proximité universitaire de longue date, et les Emirats, dans la continuation de la desserte de Dubaï par Emirates.

 

Quel regard portez-vous sur l’attractivité lilloise ?


Je dois avouer qu’au départ, notre concurrent direct était plutôt Toulouse, voire Marseille. Depuis trois ou quatre ans, on a vu Lille revenir fortement, notamment sur l’immobilier. Je suis aujourd’hui convaincu que nous jouons dans la même « classe ». Nous partageons une position géographique privilégiée, des actifs forts dans le domaine de la santé et des potentiels-perspectives très similaires.

Je pense que Marseille, Bordeaux, Toulouse, Nantes ou Montpellier sont derrière, malgré leur avantage en matière d’attractivité « climatique-Sud » qui reste un vrai sujet pour Lille, notamment sur la cible des cadres. Il faut attirer les talents pour attirer les entreprises et la question de l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle pèse de plus en plus lourd. Enfin, il nous semble que Lille a souffert d’un manque d’incarnation politique sur le sujet, à l’instar de Marseille, pour d’autres raisons. Heureusement, les entrepreneurs de la métropole lilloise ont largement pris le relais ; c’est même une caractéristique forte au Nord : c’est le monde économique qui porte la dynamique d’attractivité (un peu à l’inverse du cas lyonnais). Mais le soutien public reste essentiel, notamment pour inscrire la démarche dans la durée, la soutenir par des moyens budgétaires et lui permettre de communiquer efficacement.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Crédit : ML
Publié le 25/02/2019 L'enquête

Attractivité : que manque-t-il à la métropole lilloise ?

Barcelone, Amsterdam, Munich, Hambourg, Lyon... Autant de métropoles qui s'affichent européennes et en ont acquis la légitimité. Et Lille ? Perdante de nombreux combats comme l'Idex ou l'Agence du Médicament, peu audible au national, elle se contente trop souvent de miettes. Or la métropole a tout d'une grande, comme le prouve une étude d'EY. Alors qu'elle vient de se doter d'une marque et bientôt d'une agence de l'attractivité, à quelques mois de la capitale mondiale du design, que manque-t-il à Lille pour changer définitivement de division dans la guerre feutrée du soft power ?

Publié le 27/11/2018 L'enquête

"Aider les commerçants à tenir leur place dans les cœurs de ville"

La maire de Beauvais est devenue le porte-drapeau des villes périphériques, à travers la présidence de la Fédération des villes de France depuis 2014.

Publié le 27/11/2018 L'enquête

Commerce : Le Hainaut fait le pari du projet collectif et de l'ingénierie

Face au déclin des centres-villes et au développement du commerce de périphérie, la CCI Grand Hainaut se veut force d'expertises et de propositions.

Publié le 27/11/2018 L'enquête

La Bassée : bon élève des villes périphériques

La commune multiplie les initiatives pour dynamiser son tissu commercial et mise notamment sur le réaménagement des berges du canal et de l'ancien port.

Publié le 27/11/2018 L'enquête

Armentières : « le commerce : un enjeu, un défi, un combat »

La ville mise sur le volontarisme de long terme pour redynamiser le commerce intra-muros, entre nouveaux équipements et gestion fine de l'accès automobile.

Ci-contre la transformation du rez-de-chaussée de l'hôtel consulaire de Lille en cellules commerciales.
Publié le 27/11/2018 L'enquête

Mobilisation générale sur nos coeurs de villes

Fragilisés par les centres de périphérie et par l'essor fulgurant du e-commerce, les commerces de nos centres-villes asphyxient. Plan national, nouveaux dispositifs régional, locaux, la bataille est engagée pour régénérer nos villes.

Publié le 26/09/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Le temps des mets : un miel de Provence ... nordiste

Le patron de Guy Demarle est un serial entrepreneur. Dans le Var, il développe une activité de produits gastronomiques dont un miel IGP de haut vol.

Publié le 24/08/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Dunkerque, le réveil

Mais que se passe-t-il donc à Dunkerque ? Record de production d’acier, implantations industrielles à répétition, ambition portuaire adossée à un hinterland régional en convergence, positionnement toujours plus limpide sur la transition énergétique et l'économie circulaire : le littoral nordiste affiche le beau fixe économique.

Publié le 24/08/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Transports en commun : Dunkerque en mode gratis

A partir de septembre 2018, l'agglomérat dunkerquoise joue la gratuité intégrale des transports en commun, pour sortir du tout voiture.

Publié le 30/03/2018 Sylvain Marcelli L'enquête

Une nouvelle génération très indépendante

omment la "génération Z", née après 1995, imagine-t-elle son avenir professionnel ? L'Edhec pose la question depuis quatre ans aux élèves de prépa. Même s'il s'agit d'un profil particulier, les résultats sont riches d'enseignement…