Jean Caby va enfin passer au XXIe siècle

Jean-caby-comines

 

Un camion frigorifique continue chaque jour à traverser la cour pour charger et décharger la viande d'un bâtiment à l'autre sans rupture de la chaîne du froid. L'anecdote suffit à elle seule à éclairer l'urgence de Jean Caby à se doter d'une nouvelle usine. Construite en 1927, désormais cernée par la ville, de hau- teur insuffisante pour installer ne serait-ce qu'un nouveau palettiseur, l'usine andrésienne de saucisses est au bout du bout. Mais le projet parallèle de monter une nouvelle unité de près de 10 000 m2 bâtis à Comines a pris beaucoup de retard. Les banques se sont fait tirer l'oreille pour financer le dossier -car l'usine actuelle est un gisement de pertes- mais finalement début mai la Caisse d'Epargne et le Crédit Agricole ont décidé de faire confiance au dirigeant Eric Steiner, qui a repris l'entreprise en juin 2015 à son ancien actionnaire Campofrio, et qui l'a sans doute sauvée d'une fermeture probable. Une enveloppe de 20 M€ a été débloquée pour achever la construction qui mobilisera au total pas moins de 35 M€, presque une année de chiffres d’affaire (43 M€ en 2016). Si l'obsolescence de l'usine coûte cher en rentabilité, les perspectives sont, elles, alléchantes. Le nouveau site va réduire les pertes matières de 50% au moins, la consommation d'énergie baissera de 70%, tandis que la productivité sur les petites séries sera accrue de 50 à 60%. Les gains devraient être très rapides même si Eric Steiner se donne prudemment un à deux ans pour monter en régime. Et pour gérer le transfert, en accompagnant les 250 salariés avec des mesures d'incitation en cours de négociation. En parallèle, l'entreprise entend jouer sur sa gamme et sur sa marque pour apporter de nouvelles offres, par exemple sur le marché du barbecue avec des saucisses précuites (réchauffables en deux minutes). Déjà leader incontesté de la saucisse cocktail (40% du marché) et des saucisses en marques de distributeurs, Jean Caby veut travailler les formats, les goûts, la granulométrie, et aller vers les repas festifs, même jusqu'aux saucisses végétariennes. Une ambition que permettra le nouvel outil, très flexible.

O.D.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/07/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop de l'été.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées au mois de juin.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Conjoncture : Embellie confirme?e pour l'e?conomie re?gionale en 2016

Malgre? une situation contraste?e selon les secteurs, le dernier bilan annuel de l'Insee montre une reprise de l'e?conomie re?gionale.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Raouti Chehih: " Nous allons damer le pion à bien d'autres régions"

Au moment ou? Euratechnologies va se transformer en socie?te? d'e?conomie mixte avec de nouveaux moyens, son emble?matique directeur dresse un bilan de cet e?cosyste?me unique. Raouti Chehih conside?re venu le temps ou? le nume?rique re?gional va pouvoir impacter en profondeur notre tissu e?conomique. Rencontre avec un ope?rationnel visionnaire.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Stade Pierre Mauroy: Eiffage e?gratigne? par la Chambre re?gionale des comptes

Un rapport de la juridiction financie?re pointe les erreurs du groupe de BTP a? l'origine, selon elle, d'un surcou?t de construction de 132 M€.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Le De?partement du Nord ce?de ses ruches a? la MEL

Nord. Apre?s la voirie de?partementale, la me?tropole re?cupe?re les Fonds solidarite? logement (FSL), Fonds d'aide a? la jeunesse (FDAJ) et trois ruches d'entreprises.

Publié le 01/07/2017 Accueil

Kindy n'échappe pas à la séparation de ses activités

Les pôles chaussures et chaussettes de Kindy sont repris séparément. L'usine de l'Oise voit ses effectifs fondre quasi de moitié.