La chartreuse de Neuville engage sa résurrection

la chartreuse de Neuville
Mécénat

A l'abandon depuis 2004, la chartreuse de Neuville située à quelques kilomètres de Montreui-sur-Mer, entame une nouvelle vie. Grâce à une poignée de passionnés dont l'objectif est d'en faire un lieu privilégié pour " donner du sens à l'homme qui entreprend ".

Au bout d'une longue allée bordée d'ormes, se dissimulent derrière un portail monumental les murs de la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil. 22.000 mètres carrés de bâtiments disséminés dans un parc de 12 hectares clos de murs. Eglise, cloître entourant les maisons et cellules des moines, espaces communs, un vaste ensemble fondé en 1323 à sauvegarder d'urgence car attaqué par la mérule, un champignon xylophage vorace du bois de la charpente.

Depuis l'après-guerre, la Chartreuse était la propriété du Centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil dont il abritait les pensionnaires du secteur psychiatrique. Vendeur depuis quelques années, l'organisme cherchait un acquéreur respectant l'intégrité du site et prêt à l'ouvrir à un large public. Parmi les candidats, la SNC Parc Notre-Dame créée spécialement pour porter le projet imaginé par François Pin, architecte parisien de renom plusieurs salles au Musée du Louvre portent sa griffe. La vente fut signée en décembre 2008 au prix de 3,7 M€. Un prix modique au premier abord... Mais les travaux prévus font monter la facture à près de 30 M.

Portage privé temporaire C

'est le lancement d'un programme immobilier qui va sauver le site. Sur les 105 appartements, anciens logements des frères, commercialisés en défiscalisation de monuments historiques, 90 sont déjà vendus. Ce portage par des acteurs privés sera temporaire : les acheteurs s'engagent à revendre leurs biens à un prix prédéfini d'ici 15 à 20 ans à l'Association de la Chartreuse née en 2007 et dont le président est Yves Ducrocq, ex-pdg de Conté et Président de Nord France Innovation. " Notre mission est de faire renaître la Chartreuse autour de la thématique de l'humanité de l'homme dans le monde économique, de rendre ce joyau au patrimoine commun tout en sauvegardant le caractère symbolique du lieu " explique avec ardeur Alexia Noyon, sa jeune directrice générale. La résidence de tourisme en charge de la location des logements dès 2012 sera exploitée par une entreprise insérante. Une règle de silence sera instaurée tout autour du cloître pour respecter la beauté et la quiétude du lieu. La Chartreuse accueille des visiteurs de plus en plus nombreux : 10 000 personnes prévues en 2010 (+ 30 %).

L'association sera propriétaire des espaces communs (51 % du bâti) qu'elle va rénover. Musée de la Chartreuse, organisation d'évènements culturels, potager, centre de ressources " Futur en Vie ", ouvert aux chefs d'entreprise, chercheurs, universitaires, syndicalistes...la nouvelle image du lieu sera aussi novatrice que l'était celle des chartreux en son temps.

Un besoin de 150 K en 2010 " Nous estimons les besoins de l'association sur dix ans pour l'achat et la restauration des espaces communs à huit millions d'euros dont cinq à six millions seront, nous l'espérons, financés par les collectivités, notamment le conseil général et le conseil régional ", indique Alexia Noyon. Reste à trouver trois millions d'euros. Essentiellement par un appel au mécénat et aux fondations. Certains mécènes s'engagent de manière globale et pluriannuelle pour une somme de 10 à 50 000 versée pour une durée de trois à cinq ans. C'est le cas de l'IRD, de Vilogia ou de Colam Initiative. D'autres choisissent de soutenir une action particulière comme les Fondations de la Macif et du Crédit Coopératif qui ont choisi d'accompagner la création du centre de ressourcement " Futur en Vie ". Pour boucler le budget 2010 (350 K), il manque encore 150 Kpour compléter les 200 K déjà décrochés en mécénat, subventions de la DRAC et de la communauté de communes du Montreuillois. Armelle Roussel Le projet affiche l'ambition de mettre en oeuvre in situ l'enseignement de Saint Augustin :"le présent du passé, c'est la mémoire, le présent du présent, c'est l'action et le présent du futur, c'est l'imagination".

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 20/04/2010 Eco121

Schaeffler Calais repart de l'avant

Le tribunal de commerce de Boulogne a accepté le plan de continuation du fabricant de chaînes de distribution pour moteurs automobiles SCDS. Cette décision intervient un an après le placement en redressement judiciaire de l'équipementier calaisien, entraîné dans les difficultés de son principal client, General Motors...

Publié le 20/04/2010 Eco121

Genfit alourdit ses pertes en 2009

La biopharma lilloise Genfit vient de publier ses comptes 2009. La société aura réalisé un chiffre d'affaires en repli de 25,7% à hauteur de 10,8 millions contre 14,6 millions un an plus tôt, notamment du fait du non renouvellement de certains contrats...

Publié le 16/04/2010 Eco121

SeaFrance sous protection du tribunal de commerce

La direction de la compagnie calaisienne transmanche SeaFrance a présenté vendredi matin une demande de mise sous sauvegarde auprès du tribunal de commerce de Paris. La filiale de la SNCF, est dans une situation critique, avec un passif de 185 millions et une trésorerie négative de 58 millions d'euros.

Publié le 15/04/2010 Eco121

Carré des Halles ouvre un deuxième magasin à Béthune le 20 avril

"Carré des Halles", enseigne régionale spécialisée en produits frais, va ouvrir le 20 avril prochain une deuxième surface de vente à Fouquières-lès-Béthune.

Publié le 15/04/2010 Eco121

Toyotomi Europe double son usine d'Onnaing

L'équipementier Toyotomi Europe, spécialiste en emboutissage de pièces de carrosserie de rechange pour les concessions Toyota en Europe, va investir 20 millions d'euros dans une nouvelle unité de production.

Publié le 09/04/2010 Eco121

PSA s'offre un moteur à 175 M€ à la Française de Mécanique

La Française de Mécanique, à Douvrin (Pas-de-Calais), a annoncé vendredi 9 avril un ambitieux programme d'investissement.

Publié le 08/04/2010 Eco121

Maud et Aquimer défendent leur label

Aquimer et le pôle MAUD, les deux pôles de compétitivité régionaux toujours en attente de labellisation par l'Etat, doivent passer leurs « entretiens contradictoires » le 14 avril...

Publié le 07/04/2010 Eco121

Droit au but