La démocratisation : handicap gagnant pour Inesis Park

Crédit : Nicolas Boutteville Crédit : Nicolas Boutteville

Dès l'entrée de son temple golfique à Marcq-en-Baroeul, Décathlon affiche clairement son ambition : "We make golf easier". Comprenez "Nous facilitons le golf". Inesis Golf Park est un peu un labo destiné à rendre la discipline accessible à tous. « En France, le golf a encore une image très select, souligne le directeur de la marque Inesis Jean-Lin Puren. Notre voulons le démocratiser en le rendant plus facile à tous les étages, dans l'achat des équipements, des vêtements et dans la pratique. » Une trentaine d'ingénieurs, chefs de projet ou designers dessinent, prototypent et testent, sur place, l'ensemble des vêtements et accessoires golfiques de l'enseigne nordiste. Avant une commercialisation dans les 1 500 magasins Décathlon dans le monde, dont un sur le site marcquois. En rayon, tout est pensé pour faciliter le choix - et donc l'acte d'achat. Les vêtements hommes, femmes et enfants sont disposés en trois gammes en fonction des températures extérieures. Avec aussi une gamme spécial pluie. Sans oublier les accessoires de tout golfeur qui se respecte : chaussures, clubs pour tous les niveaux, sacs, entre autres.

> A lire aussi : Les golfs régionaux en quête d'un nouveau swing

Tous les ans, Décathlon renouvelle environ 30% de l'offre textile et équipement. Comptez environ 250€ pour l'attirail complet et en moyenne 600€ par an pour les cours animés par deux pros. « Le golf fait face à quatre freins majeurs : trop long, trop cher, trop compliqué et trop éloigné du domicile », poursuit le directeur de la marque. Des raisons qui expliquent en partie, selon lui, le peu de licenciés en France (420 000, contre près de 2,5 millions en Angleterre). « Inesis Golf Park en solutionne deux : trop cher et trop compliqué », poursuit-il. Si bien qu'en local, Décathlon aurait multiplié par 3 le chiffre d'affaires de l'activité golfique. Véritable concept hybride, Inesis Golf Park c'est aussi un practice intérieur de 3 000 m2, un putting green extérieur deux parcours de 6 et 9 trous, un « pitch & putt » de six trous mais également un practice extérieur sur deux niveaux et un restaurant avec vue sur le golf. Le lieu est ouvert 7j/7 et compte près de 600 membres.

> A lire aussi : Trolem, le chariot de golf Made in Picardie

> A lire aussi : 3 questions à Jean-Louis Lignier, président de la Ligue de Golf Hauts-de-France, et membre de la fédération française de golf 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Crédit : Golf de Mérignies
Publié le 30/05/2019 Guillaume Roussange Grand Angle

Les golfs régionaux en quête d'un nouveau swing

Confrontés aux changements des habitudes des joueurs et à des frais de fonctionnement en hausse constante, les structures golfiques tentent de se réinventer pour attirer de nouveaux pratiquants et diversifier leurs activités.

Thomas Thumerelle (Motoblouz), Olivier Ducuing (Eco121), Philippe Vasseur (Rev3), Dominique Soyer (Maisons & Cités), et Wafâa Maadnous (Louvre Lens Vallée).
Publié le 29/04/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Bassin minier : une terre de projets ?

Après plus de deux siècles d’exploitation minière avec de lourdes séquelles environnementales, économiques, sociales, le renouveau de l’ex bassin minier reste un enjeu stratégique. En appui à son enquête du mois, le Club Eco121 a planché sur le sujet au siège de Motoblouz à Carvin.

Publié le 29/01/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Ces lieux où mitonne l'innovation alimentaire

De longue date, la Région a voulu valoriser son puissant pôle agroalimentaire. En témoigne la création de plusieurs structures d'accompagnement.

Patrick Lesueur, directeur R&D chez Bonduelle.
Publié le 29/01/2019 Julie Kiavué Grand Angle

“Les protéines végétales engendrent une vraie révolution”

Rencontre avec Patrick Lesueur, directeur R&D chez Bonduelle.

Crédit : Minus Farm
Publié le 29/01/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Protéine d’insecte : une législation française insectophobe ?

L'OMS recommande depuis six ans l'élevage d'insectes à grande échelle. Alors que des pays font de grands pas sur le sujet comme les Etats-Unis, en France les recherches stagnent.

De g. à d.: Fruits et légumes bio et locaux transformés et conservés par lacto fermentation par La Préserverie. Sauce façon bolognaise 100% végétale à base de pleurotes de chez Pleurette. Sushi Onigiri aux protéines végétales de So'Nigiri. Bra
Publié le 29/01/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Les aliments de demain s'inventent dans le Nord

Au rythme actuel de consommation, la planète ne pourra plus alimenter ses habitants en 2050. La Région entend bien répondre à ce défi immense. Notre enquête.

Publié le 26/10/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Euralille : Le demi million de m2 en 2021

Euralille aura atteint les 16 000 salariés et 400 000 m2 de bureaux d’ici la fin d'année. Et se prépare pour les vingt prochaines années.

Publié le 26/10/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Ekla offre ses nouvelles facettes à Lille

Le bâtiment signé des architectes parisiens Lipsky-Rollet ouvre ses portes en fin d'année.

Publié le 26/10/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Bureaux : 2018, vers un cru historique

Les professionnels du bureau espèrent que 2018 amènera le marché lillois au cap historique des 300 000 m2. Entre janvier et septembre, il a dépassé le score de l'exercice précédent. Décoiffant.

Le directeur de l'Agence de l'eau Artois-Picardie Bertrand Galtier.
Publié le 26/10/2018 Julie Kiavué Grand Angle

“Nous voulons faire prendre conscience aux gens de la valeur de l'eau”

L'Agence de l'eau vient d'adopter son programme 2019-2024 de plus d’1Md€. Son directeur Bertrand Galtier revient sur les grandes actions à mener en région dont le réseau de rivières dégradé s'améliore doucement. Sur fond de dérèglement climatique.