La Région veut faire pousser l'agriculture bio

 

 

L'agriculture régionale est ultra-performante pour les grandes cultures. En revanche, sa place dans le bio est marginale malgré les initiatives prises depuis quinze ans par l'Etat, la Région, l'Agence de l'eau, les départements et les associations de promotion (ABP, Gabnor et Aprobio). Elle ne représentait que 738 exploitations en 2016, soit 1,1% de la surface agricole utile.

Aussi le conseil régional et l'Etat ont-ils signé fin février à Saint-Omer un nouveau plan bio 2017-2024 pour doper ce type d'agriculture. “Le Plan de d?eveloppement se veut un outil pragmatique, f?ed?erateur et ambitieux au service d’un mode de production de plus en plus p?ebiscit?e par le consommateur mais aussi les producteurs,” souligne Marie-Sophie Lesne, vice-présidente de la Région (photo). Le plan bio décline cinq grands axes d'action : primo, le développement des productions et des surfaces agricoles (décrété prioritaire «dans les zones à enjeux eau »), qui passera notamment par un accompagnement adapté pour tous les porteurs de projet ; un guide régional des dispositifs d'aide aux agriculteurs bio sera réalisé pour plus de lisibilité. Secundo, le plan vise à « développer et structurer des filières équitables », via des espaces de concertation entre acteurs de la filière. Il s'agit notamment de faire échanger l'amont et l'aval du bio, pour mieux faire coïncider l'offre et la demande dans le cadre d'un projet global de territoire. La création de club des entreprises bio et de contrat de filières sera encouragée. Tertio, le plan vise la formation des acteurs et la diffusion des connaissances. Entre autres mesures, il est préconisé de créer un collectif de référents AB dans les établissements agricoles publics comme privés.

Quarto, le plan bio entend encourager la consommation de produits bio locaux, notamment dans la restauration hors domicile.

Enfin, le plan se dote d'une gouvernance copilotée par l'Etat et la Région, dotée d'un comité des financeurs et d'un comité de pilotage. A noter enfin que le plan bio donnera lieu à une confé- rence annuelle et disposera d'un site Internet dédié

O.D

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/03/2018 Olivier Ducuing Territoires

e-Valley : enfin le décollage ?

Epinoy. L'énorme base de e-logistique attend son permis de construire pour la fin d'année, et les premiers bâtiments pour fin 2019.

Publié le 01/02/2018 Territoires

Transports : le picard Blondel croque Grimonprez

Saint-Quentin. Le groupe de transport-logistique bondit de plus d'un tiers en rachetant 100% des Transports Grimonprez. Objectif : 200 M€€ de CA en 2022.

Tags: