Le billet de Bruno Bonduelle : NO PASARÁN

bonduelle_bdHagards, les états-majors s'interrogent et s'invectivent : la faute aux Verts, aux Communistes, aux abstentionnistes, à qui d'autre encore ? Tous les médias d'Europe ouvrent leur Une, lundi 7, sur cette nouvelle stupéfiante en pleurant sur cette malheureuse Nord-Picardie, une addition de deux régions pauvres massacrées par la désindustrialisation.

Dans la fièvre on prépare le second tour, le PS bat le rappel du «  peuple de gôche ». LR, celui des chasseurs qui ont pris la clé des champs en ce dimanche ensoleillé digne d'Austerlitz. Mais pas touche aux listes du 1er tour, ordonne-t-on à Paris qui songe à 2017. Un diktat suicidaire.

Comment est-ce possible de prôner ainsi la fermetures des frontières alors que, transfrontalière, notre économie est immergée dans le monde, avec un salarié sur quatre qui travaille dans une entreprise aux capitaux étrangers, alors que nous vantons dans nos brochures ce carrefour ouvert aux quatre vents, notre école bilingue, nos succès à l'exportation ? Ce vote FN, c'est un cri de désespoir face à un chômage qui ronge les familles et désespère les jeunes. On a tout essayé. Alors essayons autre chose ! Réponse de Gribouille, ce sympathique imbécile qui se jette à l'eau pour ne pas être mouillé.

 

 

Fasciste, Marine ? Non, bien sûr ! Pas plus de chemises noires que de chemises brunes dans ses meetings. Le vote FN ? Une addition improbable d'électeurs aux antipodes l'un de l'autre : Un Monsieur propre sur lui qui sort de la chapelle de la rue Emile Zola un gros missel sous le bras, un camionneur en marcel qui roule vers le tunnel et dont la capote a été lacérée par un passeur de migrant, un maçon dont le fils cherche du travail alors que ce couche tôt-lève tôt est réveillé en pleine nuit par un voisin de palier qui fait la java jusqu'à pas d'heure, comme par hasard un feignant d'assisté qui connaît tous les guichets de la ville et du département et ne paye même pas son abonnement au métro, celle enfin de l'éternel râleur du Café du Commerce qui, après sa troisième bière, éructe haut et fort contre les « tous pourris ».

Fachos, tous ces braves gens ? Non bien sûr ! Cependant perception is reality. L'industriel allemand dont le grand-père était chemise brune, le financier américain dont l'arrière grand-père italien était chemise noire, tous ont lu les éditoriaux de cette presse bien pensante du 7 Décembre. Ils prennent peur et s'interrogent. Vont-ils donner suite à cette usine à Maubeuge, ce centre d'appel à Calais, ce parc logistique à Actiparc, ce coup de main à la start-up d' Euratechnologies ?

NO PASARÁN C'était le cri de guerre des républicains espagnols face aux troupes de Franco pendant la guerre d'Espagne. A Lille, ce pourrait être notre cri du cœur le soir du premier tour si le vote FN confirmait les sondages. Monsieur l'élu, vous êtes 3ème. Désistez-vous ou fusionnez avec le second mais ne laissez pas notre économie sombrer dans le repli sur soi!

 

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 29/10/2015 Eco121

Pierre Berthe, dirigeant de Proplast : « Savoir se remettre en question tous les jours »

Le PDG de Proplast explique à Eco121 les recettes de la croissance spectaculaire de son groupe depuis 1990.

Publié le 29/10/2015 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrétions de la rédac'

Publié le 29/10/2015 Eco121

Top & Flop

Les hauts et les bas du mois.

Publié le 29/10/2015 Eco121

Verbatims

Publié le 29/10/2015 Eco121

Les entreprises familiales europe?ennes affichent confiance et capacite? d’adaptation

Le 4e barome?tre KPMG des entreprises et groupes familiaux a e?te? publie? en septembre en partenariat avec le Mouvement des Entreprises de Taille Interme?diaire et le Family Business Network.

Publié le 29/10/2015 Eco121

Portrait Express

Publié le 29/10/2015 Eco121

Carnets

Les dernières nominations en région.

Publié le 29/10/2015 Eco121

Jean-Bernard Bayard, Pre?sident de la chambre d’agriculture NPDC : “La bio-e?conomie est une chance de redressement e?conomique, social et environnemental ”

Dans un secteur chamboule? par l’arre?t de quotas, confronte? a? une concurrence europe?enne et a? une de?saffection du me?tier, le pre?sident de la Chambre d’agriculture Nord-Pas-de- Calais e?voque pour Eco121 ses pistes de re?flexion. Productivite?, me?thanisation, bio, Picardie, tour d’horizon. Interview exclusive.

Publié le 29/10/2015 Eco121

En bref