Le BTP au rendez-vous de la transformation nume?rique

Apre?s avoir ve?cu la re?volution de la performance e?nerge?tique des ba?timents neufs (Normes RT 2005 puis RT 2012), les entreprises du BTP vont devoir faire face au de?fi de la transformation nume?rique de leur organisation et plus largement de l’e?cosyste?me du secteur.
Les acteurs qui contribuent a? la chai?ne de valeur de la construction vont e?tre profonde?ment affecte?s par la technologie BIM (Building Information Model), autrement dit la maquette nume?rique. Le BIM est certes une repre?sentation nume?rique d’un ba?ti- ment mais il va au-dela? de la mode?lisation en 3D du ba?timent en y ajoutant d’autres dimensions : le planning du chantier, les cou?ts, ou encore des donne?es de performance e?nerge?tique. Le BIM donne aussi la possibilite? de travailler en mode collaboratif, depuis la phase de conception du ba?timent a? construire, jusqu’a? son exploitation. Le de?fi du BIM demeure sa capacite? a? faire travailler sur une me?me maquette nume?rique a? la fois le bureau d’e?tudes, l’architecte, l’entreprise de construction et les sous-traitants, voire les fabricants de mate?riaux. Dans une e?tude sortie en mars, KPMG, en partenariat avec le magazine Le Moniteur, a interroge? 300 dirigeants du BTP pour mesurer le niveau d’e?quipement en technologies nume?riques. Plus de la moitie? d’entre eux conside?re que leur socie?te? est mature en la me?me s’il demeure une he?te?roge?ne?ite? entre les mai?tres d’œuvre (en avance) et les entreprises de travaux.
Pour les re?pondants, les be?ne?fices at- tendus de cette digitalisation progressive sont avant tout d’ordre commercial (image et qualite? de services) avant d’e?tre financier (rentabilite?) et ope?rationnels (simplification de la gestion des projets). Ces tendances se retrouvent lorsque l’on parle du BIM. L’ame?lioration de la qualite? des travaux, notamment par une meilleure collaboration des acteurs, ressort comme e?tant l’atout majeur de la maquette nume?rique. Celle-ci doit aussi acce?le?rer la re?alisation des pro- jets, mieux respecter les de?lais et les budgets, autant de crite?res financiers qui devraient amplifier son de?veloppement au sein des entreprises du BTP.
Parmi les obstacles a? franchir pour re?ussir leur digitalisation, les entre- prises redoutent de ne pas avoir les moyens financiers pour investir. Beau- coup d’entre elles ne perc?oivent pas bien encore les retours. L’autre questionnement majeur est lie? a? leurs e?quipes, dont elles mesurent la faible capacite? a? accepter le changement et le besoin de formation.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/05/2017 Eco121

Edito n°71- Mai 2017

Publié le 01/05/2017 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Verbatims

Les phrases glanées au mois d'avril.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Portraits express

Publié le 01/05/2017 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Fiscalité locale: 3,5 mds€ prélevés sur les entreprises en 2015

Le Medef Hauts-de-France vient de publier son barome?tre de la fiscalite? locale. Constat inquie?tant : la contribution des entreprises aux collectivite?s a grimpe? de 13,3 % entre 2011 et 2015.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Antonio Molina: "Innover, c'est pour tout le monde !"

Le fondateur du groupe Ma?der, devenu leader mondial des peintures ferroviaires, est aussi pre?sident du po?les de compe?titivite? des mate?riaux Matikem, de l'institut d'excellence IFMAS, du nouvel Institut Ceebios sur la biomime?tique a? Senlis, et membre du think tank « La Fabrique de l'industrie ». Il vient aussi de faire l'objet d'un livre, “la saga de l'innovation”. Cet ardent de?fenseur de la troisie?me re?volution industrielle de?plore le manque de moyens pour de?velopper le chai?non manquant dela preuve de concept entre la recherche et l'industrie.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Hauts-de-France: La résilience au coeur

Lille et le désert des Hauts-de-France? Oui et non. Derrière la dynamique métropolitaine, qu'on rencontre ailleurs en France et en Europe, les territoires secondaires peuvent trouver leur voie. La Région a montré dans le passé une incroyable capacité de rebond. Entre les contrats territoriaux signés par l'Etat, une stratégie régionale qui se met en place, le volontarisme d'élus locaux et l'expérimentation, le rebond est possible. La preuve par l'exemple.

Publié le 01/05/2017 Eco121

“Il faut de l'inge?nierie, des moyens, et une vision strate?gique”

Vale?rie Le?tard, premie?re vice pre?sidente du Conseil re?gional, de?le?gue?e aux solidarite?s avec les territoires, se?natrice du Nord, ancienne pre?sidente de Valenciennes me?tropole.