Le Comité Grand Lille se réveille autour du Brexit

brexit coeur bd

 

 

Le Comité Grand Lille a retrouvé l'intensité et l'élan des grandes heures du binôme Pierre Mauroy-Bruno Bonduelle, le 20 octobre à Londres. Une très grosse délégation de 250 décideurs de la métropole et de la région, emmenée par un Jean-Pierre Letartre très en verve (lire son interview par ailleurs), est venue défendre les arguments des Hauts-de-France comme territoire d'appui ou de repli pour les chefs d'entreprise britan- niques mis en difficulté par le vote des Britanniques de quitter l'Union euro- péenne. Les conditions du Brexit sont toujours en discussion, mais la Région unanime pose ses jalons. Xavier Bertrand, Damien Castelain, Martine Aubry avaient fait le voyage pour marquer l'engagement transpartisan à tendre la main aux Anglais. Avec une première cible en vue, l'Agence Européenne du Médicament, et ses 900 salariés, pour laquelle Lille a été «short-listée». L'occasion de réclamer un soutien plus manifeste du président Macron, plus désireux de récupérer en France l'Agence Bancaire européenne. Au-delà de l'AEM, il s'agit désormais de poser les bases d'une relation renforcée et durable avec les Anglais.

«Un seul conseil, soyez ambitieux, ayez confiance dans vos atouts, de ceux de votre région, du littoral, de Lille et de la métropole», déclare Jean- Pierre Jouyet, ambassadeur de France à Londres. «Nous ne sommes pas en concurrence avec l'Île-de-France, on peut trouver notre place en back office. Tout nous intéresse », proclame Xavier Bertrand, qui annonce la création d'un groupe de liaison entre élus français et britanniques pour cette opération qu'il souhaite «win-win». Le préfet de région Michel Lalande a profité de cette tribune pour lancer un appel aux ac- teurs économiques afin qu'ils lancent des projets franco-britanniques de développement, éligibles aux fonds Interreg. «J'ai de l'argent qui ne m'appartient pas, plusieurs dizaines de millions d'euros, et qui est sous-utilisé », déplore le représentant de l'Etat, qui souligne le risque de perdre ces crédits s'ils ne sont pas engagés

Olivier Ducuing

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 05/11/2017 Accueil

Pierre Coursières, président du Furet du Nord: «  On ira le plus vite possible aux 100 M€  »

Alors que le Furet du Nord (420 salariés, 90 M€ de CA) vient d'ouvrir son 17e magasin, à Saint Quentin-en-Yvelines, Eco121 interroge son président Pierre Coursières.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets glanés au mois d'octobre.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Portraits express

Les deux portraits express du mois.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Olivier et Sophie Lebreuilly multiplient les pains et les boulangeries

Ce couple parisien a décidé une reconversion inattendue dans la boulangerie. Trois ans après, ils sont 120 salariés et veulent doubler en un an.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Jean-Pierre Letartre : "Les Anglais sont toujours dans l'Europe!"

Le président depuis un an du Comité Grand Lille vient de conduire une délégation exceptionnelle à Londres dans le cadre du Brexit. Un seul objectif : créer du réseau et du business. Pour celui qui est aussi le président d'EY France, la dynamique métropolitaine doit entraîner toute la région.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Bureaux: Le marché métropolitain en pleine euphorie

Les anne?es de crise sont (tre?s) loin. Le marche? du tertiaire lillois affiche une sante? insolente qui le positionne au deuxie?me rang de province apre?s Lyon.

Publié le 05/11/2017 Accueil

Promenade de Flandre ouvre ses 45 boutiques

Neuville-en-Ferrain. Le retail park transfrontalier a e?te? enfin inaugure? dans la ZAC de Petit-Menin. Ce complexe de 60 000 m2 va ge?ne?rer 650 emplois.