Le groupe Ramery en quête de nouveaux marchés immobiliers

rameryPrès de sept mois après la disparition de Michel Ramery, le groupe éponyme-520 M€ et 3000 salariés-réorganise son directoire et ses projets d’avenir. Début 2016, Mathieu Ramery, 39 ans, fils du fondateur et par ailleurs président de Ramery Environnement et nouvel actionnaire majoritaire du groupe, a intégré le directoire aux côtés de Philippe Beauchamps qui en conserve la présidence. Xavier Deltour, secrétaire général du groupe et président de Coexia intègre lui aussi le directoire.

 Dans les prochaines années, le trio se concentrera sur deux axes de développement majeurs:

 D’abord sur les marchés des travaux privés. En particulier en direction des clients industriels et surtout logistiques. Face à la baisse de la commande publique, les filiales du groupe se sont déjà bien positionnées sur ce marché pesant par exemple 56% du CA de Coexia et 52% de Ramery Bâtiment. «  Ce travail nous l’avons déjà fait. Chacun de nos métiers de son côté. Nous avons décidé de les réunir dans un club des industriels pour travailler conjointement sur la commande privée », précise Philippe Beauchamps. Il s’agira donc pour les quatre sociétés du groupe, Coexioa, Ramery Environnement, Ramery Bâtiment et Ramery Travaux Publics de proposer une offre et un accompagnement global allant de la qualification du foncier à la construction. La nouvelle équipe dirigeante mise beaucoup d’espoir sur  la logistique. Dans la ZAC de Seclin, le groupe a obtenu l’autorisation de la MEL pour aménager un terrain de 60 ha susceptible d'intéresser un acteur de la logistique et d'accueillir deux entrepôts de 50 000 m2. Le groupe a signé un autre projet de 100 000 m2 de la métropole. Un troisième de dimension similaire serait en cours de négociation.

 Sur l’activité promotion immobilière, une nouvelle filiale, Ramery Immobilier, sera opérationnelle à partir de janvier 2017. Cette nouvelle entité permettra aux trois autres sociétés ainsi qu’à PREAM Immobilier de se positionner sur projets urbanistiques. Et de développer le métier de contractant général. A l’heure actuelle, ces activités cumulent un CA de 35 M€. L’objectif serait de passer le cap des 100M€ d’ici 2021.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 30/11/2016 Accueil

Amiens ambitionne de devenir la "capitale européenne" du stockage énergétique

La ville abrite des laboratoires leaders en matière de stockage de l'énergie. Elle lance un cluster dédié, baptisé Energeia.

Publié le 30/11/2016 Accueil

Deux aéroports nordistes au crible de la Chambre régionale des comptes

Les magistrats de la juridiction financière viennent de rendre public un rapport sur la gestion des aéroports de Lille-Lesquin et Merville-Calonne. Avec un satisfecit global, hormis une insuffisante transparence commerciale.

Publié le 29/11/2016 Accueil

Groupama met le cap sur la REV3

Groupama rejoint le fonds d'investissements Cap 3RI pour 3 M€.

Publié le 29/11/2016 Accueil

Brexit : le plan d'attaque de Nord France Invest pour attirer les entreprises britanniques

Yann Pittolet, directeur de Nord France Invest, nous explique comment l'agence de promotion économique entend surfer sur le Brexit pour attirer les projets britanniques sur notre sol. Dans le cadre d'un programme recentré sur l'Europe de proximité et moins le grand international. Interview

Publié le 28/11/2016 Accueil

Humanis et la Région signent une convention pour les sportifs de haut niveau

Le groupe mutualiste signe avec la Région un dispositif de soutien aux sportifs de haut niveau

Publié le 25/11/2016 Accueil

Skema à son tour décroche la « triple couronne »

Skema entre ainsi dans le cercle étroit de 1% des business schools mondiales

Publié le 24/11/2016 Accueil

Chômage régional : léger mieux en octobre (-0,6%)

Les séniors restent à l'écart de l'amélioration mensuelle, beaucoup plus forte chez les moins de 25 ans