Le Syndicat des Eaux du Valenciennois dans le collimateur de la chambre des comptes

Les magistrats financiers ont rendu un rapport au vitriol sur la gestion de ce syndicat qui gère depuis 2013 l'eau sur une partie de l'arrondissement valenciennois, avec une effarante légèreté.

La chambre régionale des comptes tape fort sur les doigts du Syndicat des Eaux du Valenciennois (SEV) dans son dernier rapport, inhabituellement sévère. Ce syndicat, créé en 2013 par fusion de deux syndicats, basé à Trith-Saint-Léger, couvre 25 communes du Valenciennois et plus de 200 000 habitants. Il ne compte que trois agents à temps non complet (dont aucun ingénieur ou technicien spécialiste de l'eau), et en cumul d'emploi, de façon irrégulière (partiellement régularisé depuis). Un effectif jugé inadapté face aux enjeux qu'il gère, et qui ne permet pas un contrôle suffisant de ses délégations, soulignent les magistrats. Ce n'est pas tout : un ancien commercial de la société délégataire du SEV, devenu collaborateur de cabinet, avait été embauché sur un emploi d'agent non titulaire. Dans le même temps, il a touché pendant six mois un salaire de Suez Eau France, délégataire du syndicat. Une situation de conflit d'intérêt potentielle, même si les intéressés ont souligné qu'il n'avait plus de fonction opérationnelle chez Suez. Sa nomination, déférée pour irrégularité par la préfecture, a pris fin à l'été 2018. 

Marge de 13,6% pour Suez

Le rapport pointe un équilibre économique des contrats « très défavorable  au regard de la marge réalisée par le délégataire », dans le cadre d'une relation « totalement asymétrique ». La marge s'établit quand même à 13,6% du chiffre d'affaires, une rentabilité hors pair. Le rapport relève « une absence de véritable stratégie patrimoniale » et s'interroge sur l'investissement de 30 M€ dévolu à trois unités de décarbonatation, un investissement qui ne se justifie ni par des obligations réglementaires ni par des recommandations de l'agence régionale de santé et qui ne fait l'objet d'aucune subvention. En parallèle, le taux de renouvellement des canalisations est faible par rapport aux durées d'amortissement. Le président du syndicat estime quant à lui que la décarbonatation va permettre aux usagers des économies de l'ordre de 150 € par an, sur l'allongement de durée de vie des équipements et la réduction d'achats de détergents...

Autre grief : une gestion déléguée « pas optimale ». Il aurait fallu fusionner deux traités de délégation de service public à l'échéance du contrat le plus significatif, qui pesait 254 M€. Le rapport évoque « un pilotage budgétaire défaillant » et un « mauvais ajustement des tarifs de l'eau aux besoins réels de dépenses ». Résultat : « Il en ressort un prix payé par l'usager très élevé  comparé aux moyennes nationales », soit 16,6% plus cher. La situation comptable du syndicat est « en apparence saine », mais alimentée par des « augmentations excessives de la surtaxe prélevée sur les usagers et par de faibles dépenses d'équipement. « Les comptes du syndicat ne reflétant pas la réalité de la situation patrimoniale, la programmation des investissements à venir n’étant pas documentée et les risques financiers des délégations de service public n’étant pas maîtrisés, elle est susceptible de se dégrader à court ou moyen terme. » Le rapport note au demeurant que le SEV ne dispose d'aucun plan pluriannuel d'investissement ni d'aucun outil de prospective financière. 

Gros taux de fuite

Quant à la distribution d'eau elle-même, le rapport souligne des incongruités : sur le périmètre de l'ancien syndicat Syrvaep, le SEV fournit ainsi 11,1 millions de mètres cubes, mais n'en facture que 6,9 millions ! Ce qui traduit des défauts de comptage, des volumes prélevés non distribués (tels les vidanges de châteaux d'eau), la défense incendie et « surtout le taux de fuite sur le réseau ». Celui-ci s'avère nettement supérieur à la moyenne nationale, le rendement du réseau nordiste étant chiffré à 74,27% contre 79 ,3% de moyenne nationale. 

La chambre des comptes relève encore des divergences tarifaires sur le territoire sur les périmètre des deux anciens syndicats fusionnés, contraire au principe d'égalité devant le service public. Le président du Syndicat, Jean-Roger Berrier, note dans sa réponse que la SEV a adopté un plan de convergence tarifaire qui se lissera de 2018 à 2023.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Crédit : Supraways
Publié le 27/09/2019 Julie Kiavué Actualités

Téléphériques : le monde économique régional fait son lobbying

Le dirigeant du lyonnais Supraways Clause Escala a rencontré fin septembre le Medef Lille Métropole, la FPI Nord, la CCI Grand Lille et Entreprises et Cités, entre autres.

Evolution de l'emploi intérimaire par régions entre janvier et août 2019 Source : Prism'Emploi
Publié le 26/09/2019 Olivier Ducuing Actualités

L'emploi intérimaire a encore dévissé en août

Mois après mois, la tendance se confirme d'un recul net de l'emploi intérimaire en région, plus marqué qu'à l'échelon national.

Le périmètre de l'alerte sécheresse a été étendu à tout le département du Nord jusqu'au 30 novembre
Publié le 26/09/2019 Olivier Ducuing Actualités

L'alerte sécheresse est étendue à tout le département du Nord

Les quelques pluies de ces jours-ci sont très loin de combler les déficits accumulés depuis neuf mois. Les industriels sont appelés à réduire de 20% leur consommation d'eau sur l'ensemble du département.

Nicolas Hennon dirigeait Kiabi depuis 2014.
Publié le 25/09/2019 Julie Kiavué Actualités

KIABI : Nicolas Hennon évincé

Arrivée à la tête du groupe de prêt-à-porter nordiste en décembre 2014, il laisse sa place au binôme Béatrice Héricourt et Patrick Stassi.

palmarès 2018 des investissements directs étrangers en matière d'emplois
Publié le 19/09/2019 Actualités

Investissements étrangers : Les Hauts-de-France au top

Une étude d'IBM Global Business Services positionne au deuxième rang français notre région en matière d'investissements directs étrangers.

Publié le 17/09/2019 Julie Kiavué Actualités

Emploi : Une étude régionale mesure l'impact de l'IA

Près de 150 métiers existants aujourd'hui en Hauts-de-France sont ou seront affectés par la montée de l'intelligence artificielle, d'après une étude du Medef, Opcalia et la Région Hauts-de-France.

Publié le 17/09/2019 Actualités

Conjoncture : une reprise significative en août

L'enquête mensuelle sur l'activité économique régionale de la Banque de France note une tendance haussière à la fin de l'été sur l'ensemble des secteurs. La demande, elle, est hésitante.

Publié le 16/09/2019 Olivier Ducuing Actualités

Laurent Pruvost (In'Tech Medical) désigné Entrepreneur de l'année par EY

Laurent Pruvost pourra poser un nouveau trophée sur sa cheminée. Le patron d'In'Tech Médical, à Rang-du-Fliers, décroche le prix EY 2019 de l'entrepreneur de l'année.

Publié le 16/09/2019 Olivier Ducuing Actualités

L'ex-Ascoval investit sur fond de retournement conjoncturel

L'aciérie de Saint-Saulve (nouveau nom d'Ascoval) lance un premier investissement de 16 M€ suite à sa reprise par British Steel, dont les ennuis outre-Manche n'entravent pas la remontée en puissance. En revanche, le retournement conjoncturel dans l'acier inquiète.

Publié le 12/09/2019 Olivier Ducuing Actualités

Le World forum  2019 veut un homo œconomicus actif et responsable

« Mobilisez-vous ! » , disait Gérard Holtz. Le millésime 2019 du world forum, du 15 au 17 octobre, est tourné vers le changement de comportements individuels pour améliorer le monde en Hauts-de-France.