Les E2C mobilisent les entreprises contre le de?crochage scolaire

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France

Voila? dix ans que le dispositif initie? par Edith Cresson s’est implante? en re?gion. La premie?re e?cole a e?te? cre?e? cre?e?e a? Lille en 2006 sous l’impulsion de Bruno Bonduelle, alors pre?sident de la CCI. Avant d’essaimer dans l’Artois, le Grand Hainaut, et la Co?te d’Opale. Les quatre e?coles se sont adosse?es au re?seau des CCI. Le de?veloppement des deux e?coles picardes a quant a? lui suivi un mode?le diffe?rent en se structurant au- tour d’acteurs associatifs. L’E2C Picardie Maritime est porte? par l’APFE (Association Promotion Formation Emploi). Celle du Grand Amie?nois par l’Amiens Avenir Jeunes. Deux re?seaux appele?s a? se rapprocher dans les prochains mois fusion re?gionale oblige. En septembre, ils devraient signer une charte pour de?finir des futures actions communes. Au total, les six E2C re?gionales, finance?es par la taxe d’apprentissage, le me?ce?nat par- fois par le Fonds social europe?en pour les plus chanceux, comptaient fin 2015 1676 jeunes jeunes. Chacune avec ses proble?matiques spe?cifiques et son re?seau d’entreprises.

Comme le nom le sugge?re, chacune des structures vise a? rapprocher du monde du travail des jeunes sans diplo?me a?ge?s entre 18 et 25 ans souvent issus de quartiers prioritaires de la politique de la ville. Et qui ont su faire preuve de leur motivation. Chaque e?cole doit re?pondre a? un cahier des charges tre?s pre?cis pour garder le label E2C. La dure?e de l’accompagne- ment varie de 5 a? 9 mois. Chaque jeune be?ne?ficie au rythme de 35 heures par semaine une remise a? niveau des connaissances de base par exemple en informatique, en franc?ais ou en mathe?matiques. Et surtout le savoir e?tre en entreprise. « Quand un jeune sort de l’E2C, il connai?t les codes de politesse et d’assiduite? en entreprise. Nous travaillons beaucoup sur le comportement », pre?cise Linda Gaffet, directrice de l’E2C Picardie Maritime. Les six e?coles emploient 122 formateurs expe?rimente?s souvent anciens salarie?s de cabinet de placement ou de coaching.

Des stages en entreprise ponctuent les sessions de formation. « C’est eux qui doivent trouver leur propre stage », pre?cise Miche?le Mathe?, directrice de l’E2C Grand Lille. Chaque territoire a sa spe?cificite? et ses re?- seaux. L’antenne de la me?tropole lilloise les me?tiers de la grande distribution et les me?tiers nume?riques. La direction travaille en ce moment a? un partenariat avec l’e?cole gratuite de codage informatique Simplon. Et s’efforce depuis un an d’inte?resser les jeunes aux me?tiers de l’industrie dans le cadre d’un partenariat avec l’UIMM. Dans le Grand Hainaut, l’automobile tient une place pre?ponde?rante. L’e?cole d’Artois, avec des poids lourds comme Amazon joue la carte de la logistique. Celle de Picardie Maritime davantage tourne?e vers des services a? la personne, agit sur un territoire plus rural gra?ce a? des partenariats avec des TPE-PME. En ou- tre, les jeunes doivent participer a? l’organisation d’un e?ve?nement culturel ou sportif.

A la sortie, beaucoup prolongent l’expe?rience par une formation diplo?mante, un contrat de professionnalisation voire une embauche en CDI ou en CDD. « Nous essayons tout pour leur fait comprendre qu’ils peuvent aller au-dela? du premier di- plo?me ou du BEP. Ils sont au de?part tre?s re?signe?s. A leur a?ge tout est possible s’ils sont motive?s. Il faut les mettre dans un cercle vertueux », explique Miche?le Mathe?.


Etienne Vergne

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Paul, Ge?rard, Francis, Christian, racontent

Bruno Bonduelle rapporte une conversation entre quatre entrepreneurs emblématiques du Nord entendue à l'hôtel Novotel de Lesquin.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets glanés au cours de l'été.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Top et Flop

Les hauts et les bas du mois.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Verbatims

Les petites phrases du mois.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Portraits express

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Mouvement

Les dernières nominations en région.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Photoreportage: Dans les coulisses de Clonor

Comme tous les mois, Eco 121 vous emme?ne a? la de?couverte des Entreprises de Taille interme?diaire de la re?gion dont la taille critique permet des ambitions fortes en matie?re d’innovation, d’international et in fine de de?veloppement. Focus ce mois-ci sur le groupe clo?tures Willoquaux fabricant de clo?tures et de portails, plus connu pour ses marques Clonor et Clowill. Il vient d’investir 5 M€ dans une nouvelle ligne de thermolaquage.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Ca s'est passé cet été

Vous e?tiez en conge?s cet e?te?? Eco 121 vous retrace l'essentiel de l'actu e?conomique re?gionale depuis juillet.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/08/2016 Eco121

Eurasport fusionne recherche et sport santé

Au coeur du parc Eurasante?, ce centre de recherche pluridisciplinaire abrite laboratoires et e?quipements sportifs. Cou?t de l'investissement : 6M€.