Les Hauts-de-France jouent la carte du Brexit « win-win »

Hourdain-Bertrand

 

 

 

Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France et Philippe Hourdain, président de la CCI de Région, ont formalisé à Londres la présence de la Région Hauts-de-France au sein d'un bureau commun, logé à la Chambre de commerce française de Grande Bretagne. Une réunion a suivi à l'ambassade de France, en présence de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, venue soutenir à Londres la candidature de Lille, au nom de la France, pour accueillir l'Agence Européenne du Médicament. Cette agence est appelée à quitter Londres en mars 2019 au profit du continent, du fait du départ du Royaume-Uni de l'Europe, avec ses 900 agents et autant de familles que se disputent 23 pays de l'Union. Xavier Bertrand a passé une partie de l'après midi avec la ministre à visiter l'Agence du médicament et son personnel. Même si le choix sera tranché par le conseil européen en novembre, « l'avis de l'Agence du médicament jouera », relève Xavier Bertrand, soucieux de rendre les Hauts-de-France attractifs pour le personnel et leurs familles. Ce dossier est le plus visible qui ouvre l'ère du « post-Brexit ».

 

[caption id="attachment_34386" align="alignleft" width="400"]Karine Charbonnier, et Natacha Bouchart, vice-présidentes du conseil régional, en visite à al Chambre de commerce française en Grande-Bretagne Karine Charbonnier, et Natacha Bouchart, vice-présidentes du conseil régional, en visite à al Chambre de commerce française en Grande-Bretagne[/caption]

Pas de démarche « prédatrice »

Le contexte précis du Brexit, hard ou soft, n'est toujours pas connu, mais la région Hauts-de-France veut prendre position et marquer les esprits avant les autres, et surtout, différemment, dans une logique d'équilibre dite "win-win". Il s'agit à la fois de faciliter des implantations en France mais aussi de favoriser les échanges vers la Grande-Bretagne, notamment dans le domaine touristique. « Ce n'est pas une démarche prédatrice », insiste un membre de la délégation française. « Nous formons ici une task force Brexit », expose Xavier Bertrand, qui poursuit en anglais devant 200 patrons anglais réunis à l'ambassade : « Quand un ami a des difficultés, c'est le moment où il faut le comprendre », souligne le président de Région, très à l'aise dans son rôle de VRP.

 

Les Hauts-de-France, géographiquement la zone la plus proche du Royaume-Uni dans l'Union, entendent bien jouer cette carte, en facilitant les échanges. A Londres avec la représentation régionale – qui sera pleinement opérationnelle en septembre, mais aussi à Lille, où la CCI de région va créer un espace dédié, sorte de lounge gratuite proposée juste en face de la gare Lille Europe.

 

XB

En parallèle, un club d'entreprises franco-britanniques doit être constitué, présenté comme un « channel hub », un « lieu de partage d'expériences et bonnes pratiques entre entreprises françaises qui exportent au Royaume-Uni et entreprises britanniques implantées en Hauts-de-France ». La base de ces entreprises est toutefois très étroite car on compte moins d'une centaine d'entreprises britanniques impantées en Hauts-de-France à ce jour. La CCI et la Région prévoient par ailleurs un plan d'actions sur 18 mois pour appuyer la présence régionale à Londres.

Xavier Bertrand, souligne que l'action régionale ne sera pas réservée à Lille. L'objectif de restaurer le duty-free à Calais avec toute la dynamique économique qu'il pourrait générer est un des dossiers sur la table. La recherche d'implantation d'entreprises britanniques se fera sur tout le sol régional : - des négociations ont lieu aujourd'hui même avec une entreprise britannique de e-commerce pour s'installer possiblement en Picardie. La prospection ne sera pas non plus réservée à la Grande-Bretagne, mais aussi à certains pays qui ont d'importants flux commerciaux avec le Royaume-Uni, à l'instar de l'Inde.

Olivier Ducuing

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 26/06/2017 Eco121

Hausse du chômage dans les Hauts-de-France

Fin mai 2017, la région comptait 385 410 demandeurs d'emploi soit une hausse de 1% en un mois.

Publié le 26/06/2017 Eco121

Eric Tregoat, nouveau DG pour l'IRT Railenium

L'arrivée d'un nouveau DG correspond à l'élection du nouveau président Yves Ramette et à une nouvelle feuille de route.

Publié le 22/06/2017 Eco121

Agence européenne des médicaments: Lille pousse sa candidature

La Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn rencontrait jeudi à Lille les élus pour constituer une "task force" chargée de boucler la candidature lilloise avant le 31 juillet.

Publié le 20/06/2017 Eco121

L'IRD achève un millésime 2016 record

Le groupe de capital investissement a injecté 21,5 M€ dans 69 entreprises l'an dernier et lancé 6 nouvelles opérations immobilières. Et s'attend à un très bon exercice 2017

Publié le 20/06/2017 Eco121

Aventim apporte 150 emplois à l'entrée de Marquette

Aventim inaugurait aujourd'hui un premier ensemble de 12 000 m2 de bâtiments. Avec plusieurs annonces dont l'implantation de l'enseigne Auchan Bio et des Meubles Gautier.

Publié le 16/06/2017 Eco121

Contrat stratégique avec Nissan pour DBT

DBT renoue avec le succès avec un contrat de grosse envergure signé avec Nissan.

Publié le 16/06/2017 Eco121

Jours Heureux s'offre un boutique dans le Vieux-Lille

L'entreprise roubaisienne d'épicerie fine, par ailleurs filiale du groupe Damart, inaugurait jeudi sa toute première vitrine rue Esquermoise.

Publié le 16/06/2017 Eco121

Village by CA accueille quatre projets sur l'alimentation humaine

Mercredi, lors du salon Nutrevent, la pépinière du Crédit Agricole a présenté les quatre start-up lauréates de son appel à projet autour de la protéine végétale.

Publié le 15/06/2017 Eco121

Incontinence : CM-CIC Investissement monte chez AMD

Le spécialiste de l'incontinence adulte espère passer de 60 M€ de chiffre d'affaires aujourd'hui, dont la moitié à l'export, à 100 M€ dans les trois ans.

Publié le 15/06/2017 Eco121

Tim attaque Caterpillar en justice pour sauver 500 emplois

Le fabricant de cabines d'engins, totalement déstabilisé par le désengagement massif de Caterpillar, a décidé de lui réclamer une contribution financière très lourde pour assurer le redressement de l'usine nordiste.