Les Nordistes adeptes de la ge?ne?rosite? de proximite

Dans la continuite? de notre enque?te sur l'essor impressionnant de la philanthropie re?gionale (n°70), Eco 121 a souhaite? e?valuer la ge?ne?rosite? des habitants des Hauts-de-France en partenariat avec Market Audit. Le cabinet roubaisien a re?alise? un sondage aupre?s d'un panel repre?sentatif de 600 personnes. Premier constat : la majorite? des re?pondants juge clairement insuffisantes les politiques publiques mene?es contre la pauvrete? et l'exclusion. A la question "Pensez-vous que le montant des impo?ts suffise pour prendre en charge les personnes en difficulte? ? " 53% re?pondent peu ou pas du tout. 49% du panel indique donner du temps (14%) ou de l'argent (25%) voire les deux (10%), quand 51% de?clarent ne pas donner actuellement a? des causes caritatives. Une tendance dans l'ensemble plus affirme?e chez les re?pondants issus des professions et cate?gories socioprofessionnelles infe?rieures (PCS-) ou moyennes, et davantage dans le prive? (58%) que dans le public (49%). En revanche, les personnes a?ge?es (plus de 65 ans) se montrent plus dispose?es a? donner de l'argent : un tiers seulement de?clare ne pas donner actuellement.

 

Une constante apparai?t fortement dans toutes les cate?gories : l'exigence d'information sur ce que devient l'argent des dons. Une grande proportion des donateurs interroge?s (88%) souhaite e?tre informe?e sur l'usage des dons consentis. Plus de la moitie? des re?pondants y attache une grande importance tandis que 12% seulement s'en de?sinte?ressent ou y accordent une importance mineure.
Autre enseignement tre?s fort de cette enque?te : l'acte de donner est beaucoup plus naturel en direction de sa proximite? la plus imme?diate.Pre?s des deux tiers des Nordistes se de?clarent susceptibles d'aider des actions locales. On rele?vera que l'e?chelon re?gional est de?ja? lointain pour la majorite? des re?pondants, qui ne sont que 13% a? envisager de donner a? cet e?chelon. Ils sont 16% pour le niveau national et seulement 9% a? l'international. La tranche d'a?ge des 18-24 ans apparai?t un peu moins marque?e par l'enjeu de la proximite? imme?diate, mais ils sont tout de me?me 48% a? privile?gier l'e?chelon local a? celui de la re?gion (22%) ou du national (13%). Seuls les plus de 75 ans se montrent plus favorables a? encourager des initiatives mene?es au niveau national (33%) ou international ( 17%).

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/05/2017 Eco121

Edito n°71- Mai 2017

Publié le 01/05/2017 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Verbatims

Les phrases glanées au mois d'avril.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Portraits express

Publié le 01/05/2017 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Fiscalité locale: 3,5 mds€ prélevés sur les entreprises en 2015

Le Medef Hauts-de-France vient de publier son barome?tre de la fiscalite? locale. Constat inquie?tant : la contribution des entreprises aux collectivite?s a grimpe? de 13,3 % entre 2011 et 2015.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Antonio Molina: "Innover, c'est pour tout le monde !"

Le fondateur du groupe Ma?der, devenu leader mondial des peintures ferroviaires, est aussi pre?sident du po?les de compe?titivite? des mate?riaux Matikem, de l'institut d'excellence IFMAS, du nouvel Institut Ceebios sur la biomime?tique a? Senlis, et membre du think tank « La Fabrique de l'industrie ». Il vient aussi de faire l'objet d'un livre, “la saga de l'innovation”. Cet ardent de?fenseur de la troisie?me re?volution industrielle de?plore le manque de moyens pour de?velopper le chai?non manquant dela preuve de concept entre la recherche et l'industrie.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Hauts-de-France: La résilience au coeur

Lille et le désert des Hauts-de-France? Oui et non. Derrière la dynamique métropolitaine, qu'on rencontre ailleurs en France et en Europe, les territoires secondaires peuvent trouver leur voie. La Région a montré dans le passé une incroyable capacité de rebond. Entre les contrats territoriaux signés par l'Etat, une stratégie régionale qui se met en place, le volontarisme d'élus locaux et l'expérimentation, le rebond est possible. La preuve par l'exemple.

Publié le 01/05/2017 Eco121

“Il faut de l'inge?nierie, des moyens, et une vision strate?gique”

Vale?rie Le?tard, premie?re vice pre?sidente du Conseil re?gional, de?le?gue?e aux solidarite?s avec les territoires, se?natrice du Nord, ancienne pre?sidente de Valenciennes me?tropole.