L’humilite? a-t-elle sa place en entreprise ?

florence crombez dalmarManager suppose d’avoir une hauteur de vue, une force de conviction et la capacite? d’entraîner et mobiliser une e?quipe... Cela incite donc tre?s souvent le cadre a? penser qu’il doit se montrer « fort » : tout connai?tre, tout mai?triser et a? reve?tir une armure.

Alors, humilite? et leadership sont-ils contradictoires ? Être humble ne?cessite d’abord d’e?couter ses collaborateurs, colle?gues ou responsables. Tenir compte de leur avis, c’est accepter que l’on peut apprendre des autres (voire me?me que l’on a be- soin d’aide !). Cela permet de s’enrichir de nouvelles ide?es, laisser place a? la cre?ativite? de l’autre et de?velopper, pour l’e?quipe, une intelligence collective. Manager avec humilite? demande aussi de faire confiance.
Plus le leader fait confiance a? ses collaborateurs et plus ils voudront e?tre dignes de sa confiance. Des experts en psychologie positive ont de?ja? de?montre? par des travaux applique?s au groupe que cette attitude permet de faire e?merger le meilleur de chacun. Être dans cette posture ame?ne aussi a? partager les succe?s pluto?t que de se les approprier. La re?ussite devient ainsi une affaire de coope?ration et donnera par conse?quence envie a? l’e?quipe de s’engager aux co?te?s de son manager !

Mais attention a? la fausse modestie ! Être humble ne s’improvise pas ... Cela ne?cessite d’avoir la juste connaissance de soi-me?me et de la place que l’on a, en e?tant bien enracine? dans le re?el. C’est s’accepter tel que l’on est, dans la fonction que l’on occupe, sans se gonfler d’orgueil, ni de?primer de ses « pas assez ». L’humilite? demande audace et courage !
En effet, il faut accepter ses limites. C’est-a?-dire savoir se laisser bousculer pour se remettre en question. Elle invite ainsi a? de?velopper une meilleure connaissance de soi-me?me. « Quel est mon fonctionnement naturel, avec mes atouts et mes imperfections ? Quel type de manager je veux e?tre?» Elle passe en fait par un ve?ritable apprentissage et un chemin de croissance personnelle. Pour e?tre dans une ve?ritable ouverture envers les autres, il est avant tout im- portant d’e?tre en conscience de soi- me?me. C’est en connaissant et en re- connaissant ses limites que l’on peut en- suite les de?passer ...
C’est une magnifique opportunite? de grandir soi-me?me pour ensuite faire encore davantage grandir ses e?quipes ! « L’humilite?, c’est se de?faire de l’illusion que l’on est parfait et que l’on peut tra- verser la vie sans faire d’erreur » disait Anselm Gru?n.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/05/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées au mois d'avril.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Portraits express

Publié le 01/05/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Fiscalité locale: 3,5 mds€ prélevés sur les entreprises en 2015

Le Medef Hauts-de-France vient de publier son barome?tre de la fiscalite? locale. Constat inquie?tant : la contribution des entreprises aux collectivite?s a grimpe? de 13,3 % entre 2011 et 2015.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Antonio Molina: "Innover, c'est pour tout le monde !"

Le fondateur du groupe Ma?der, devenu leader mondial des peintures ferroviaires, est aussi pre?sident du po?les de compe?titivite? des mate?riaux Matikem, de l'institut d'excellence IFMAS, du nouvel Institut Ceebios sur la biomime?tique a? Senlis, et membre du think tank « La Fabrique de l'industrie ». Il vient aussi de faire l'objet d'un livre, “la saga de l'innovation”. Cet ardent de?fenseur de la troisie?me re?volution industrielle de?plore le manque de moyens pour de?velopper le chai?non manquant dela preuve de concept entre la recherche et l'industrie.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Hauts-de-France: La résilience au coeur

Lille et le désert des Hauts-de-France? Oui et non. Derrière la dynamique métropolitaine, qu'on rencontre ailleurs en France et en Europe, les territoires secondaires peuvent trouver leur voie. La Région a montré dans le passé une incroyable capacité de rebond. Entre les contrats territoriaux signés par l'Etat, une stratégie régionale qui se met en place, le volontarisme d'élus locaux et l'expérimentation, le rebond est possible. La preuve par l'exemple.

Publié le 01/05/2017 Accueil

“Il faut de l'inge?nierie, des moyens, et une vision strate?gique”

Vale?rie Le?tard, premie?re vice pre?sidente du Conseil re?gional, de?le?gue?e aux solidarite?s avec les territoires, se?natrice du Nord, ancienne pre?sidente de Valenciennes me?tropole.