Maintenance biomédicale : S-Inter à plein régime

" C'est un calvaire de trouver des bac + 2, bac + 3 en électronique dans le Nord de la France » déplore Marc Weill (à droite) " C'est un calvaire de trouver des bac + 2, bac + 3 en électronique dans le Nord de la France » déplore Marc Weill (à droite)

Vendin-Le-Vieil. Le spécialiste en maintenance externalisée d'équipements médicaux s'apprête à une forte croissance, avec au moins 10 embauches prévues cette année.

 

Depuis 2012, la discrète entreprise de Vendin-le-Vieil, en périphérie de Lens, a cessé son activité de maintenance des équipements photo pour le compte de Canon. Un flux qui pesait alors 50% de son chiffre d'affaires. Depuis lors, l'entreprise n'a cessé de se focaliser sur le secteur médical au point de devenir aujourd'hui leader français en externalisation de prestations de services en équipements médicaux. En clair, la sous-traitance pour le compte d'une vingtaine de grands constructeurs, parmi lesquels Abbott, Roche ou Biomérieux. En 2015, S-Inter rachète une petite entreprise parisienne, GST, plus spécialisée dans l'imagerie, puis lance en 2017 une activité de maintenance de scanners pour Canon Medical. Etape importante en 2019, après deux ans de préparation et d'investissement, avec l'obtention de la certification Iso 13845, qui évalue les risques en continu. « C'est un énorme avantage concurrentiel pour nous car pour les gens de l'imagerie médicale et du diagnostic, c'est fondamental », explicite Marc Weill, pdg de la société (à droite sur la photo) qu'il a reprise en 2007 au côté de plusieurs associés dont Jean-Claude Charles (à gauche), et l'IRD (qui a revendu en 2017).

Ingénierie de terrain

L'an dernier, malgré la crise sanitaire, S-Inter a encore élargi son spectre en lançant une activité d'ingénieur d'application en biologie médicale : des équipes dédiées à la mise en place de machines, du paramétrage aux tests en passant par la formation des utilisateurs. « Nous étions une boîte d'atelier, nous sommes devenus une boîte d'ingénierie de terrain », résume Marc Weill.

Si le coronavirus a ralenti le plan de croissance, avec un chiffre d'affaires de 5,5 M€ en 2020, seulement stable, le dirigeant parie sur une croissance à deux chiffres les prochaines années. Sous l'effet du rattrapage bien sûr et de la pression économique pesant sur les constructeurs, mais pas seulement : l'entreprise va bénéficier à plein de l'entrée en vigueur d'un règlement européen sur la maintenance (le 745/746 pour les puristes). Ce dernier devrait limiter très fortement l'externalisation en « tierce maintenance » au profit des centres techniques internes des constructeurs et de la sous-traitance des constructeurs, dans laquelle s'inscrit S-Inter.
Le développement pourrait aussi passer par des acquisitions. Actuellement essentiellement française (à l'exception d'une activité en Belgique), S-Inter envisage la phase d'après.
« Aujourd'hui il y aurait une logique d'acquisition de sociétés équivalentes dans les pays européens, hormis la Suisse », relève Marc Weill, qui observe qu'il n'existe pas à ce jour de société paneuropéenne dans son domaine. « C'est l'étape d'après, probablement 2022, il faudra faire rentrer un investisseur ».
En attendant, la société est confrontée à un vrai goulot d'étranglement, les embauches. S-Inter a déjà recruté 7 personnes l'an dernier et vise une dizaine de recrutements cette année, pour un effectif d'actuellement 75 salariés.
« Mais c'est un calvaire de trouver des bac + 2, bac + 3 en électronique dans le Nord de la France », déplore le dirigeant, qui joue le capitalisme de proximité et le bien-être au travail pour tenter de faire la différence.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

GSK est le N°1 mondial des vaccins  Effectifs : 98000 salariés dans le monde  dont 900 à Saint-Amand
Publié le 27/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

GSK inocule 100 emplois de plus à Saint-Amand

Saint-Amand. GSK collabore avec plusieurs big pharma pour développer des vaccins anti-covid. Son usine nordiste va produire des centaines de millions d'adjuvants.

Publié le 27/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

Bridgestone : PSE en platine, revitalisation en question

Béthune. Les salariés du fabricant nippon ont obtenu un accord très favorable sur leurs indemnités. Bridgestone évoque par ailleurs 9 projets de revitalisation.

Publié le 27/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

Enedis appuie sur l'accélérateur du durable

Lille. Le distributeur d'électricité a investi 210 M€ en 2020. Il achève son déploiement de compteurs intelligents Linky

Publié le 27/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

Boulangerie : Menissez investit 100 M€ à Maubeuge

Feignies. Le groupe familial de boulangerie industrielle lance un programme majeur pour produire 100 000 tonnes de plus d'ici 3 ans. 150 à 250 emplois à la clé.

Publié le 27/01/2021 Guillaume Roussange Actualités

Saint-Quentin lance une plateforme pour aider ses commerces indépendants

Face à la crise qui affaiblit un peu plus le commerce de centre-ville, Saint-Quentin a lancé une plateforme de commerce en ligne. Plus de 160 boutiques déjà référencées.

Les associés de the Ring. A droite, Arnaud Trzybylski
Publié le 27/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

The Ring dopé par la crise sanitaire

Lille. Entre ville intelligente et e-commerce, la toute jeune start up cartonne pour créer des écosystèmes connectés au bénéfice du commerce de proximité.

Publié le 27/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

Hubert Tondeur est le nouveau président du conseil de l'ordre des experts comptables de la grande région, au moment où se prépare une crise économique sévère. L'occasion de comprendre les enjeux de la profession dans ce contexte très particulier.

Publié le 26/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

Covid : surmortalité de 11% dans les Hauts-de-France en 2020

La région a enregistré 5810 morts de plus en 2020 que l'année précédente. L'effet direct du coronavirus.

Publié le 15/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

Nxtfood lève 10 M€ auprès de Creadev et Roquette

La jeune start up agro-alimentaire spécialisée dans le steak végétal a séduit le fonds d'investissement de l'AFM et le family office des Roquette, sur un marché particulièrement prometteur.

Priscilla Rossi a délibérément choisi de quitter la région parisienne pour rejoindre une des régions les plus emblématiques en terme d'emploi
Publié le 08/01/2021 Olivier Ducuing Actualités

RH : La plate-forme Leihia lève plus d'1 M€

A peine installée dans notre région, la plateforme RH Leihia annonce une levée de 1,065 M€. Portée par Priscilla Rossi, cette jeune entreprise née en région parisienne vise à conjuguer intelligence artificielle et expertise humaine au service du marché de l'emploi et du recrutement.