Maladie d'Alzheimer : Alzprotect lève 14 M€€

Philippe Verwaerde, président et directeur scientifique d'AlzProtect Philippe Verwaerde, président et directeur scientifique d'AlzProtect

"Le développement du produit est passé à un point d'inflexion important ». Philippe Verwaerde (photo), président et directeur scientifique d'Alzprotect, choisit ses mots. Dans le domaine des maladies dégénératives et notamment d'Alzheimer, sans traitement aujourd'hui pour 47 millions de patients dans le monde (132 millions attendus en 2050...), les espoirs peuvent être tellement grands qu'il faut savoir rester prudent. Néanmoins, les résultats scientifiques de la molécule AZP2006
développée par la jeune société lilloise sont particulièrement prometteurs déjà sur l'animal, et la parfaite tolérabilité chez l'homme est déjà prouvée. Sans rentrer dans la technique, Alzprotect attaque l'ensemble des causes de la neurodégénération (soit 3 marqueurs) et non pas seulement un seul marqueur, comme le fait aujourd'hui l'industrie pharmaceutique. La molécule est d'abord dédiée à une maladie dégénérative plutôt rare, la PSP (Paralysie Supranucléaire Progressive), qui concerne plus de 50 000 cas en Europe et aux Etats-Unis, un marché estimé quand même à 700 M$. L'AZP2006 a déjà obtenu le statut de médicament orphelin pour cette maladie sur les deux continents, avec un gros intérêt économique, à savoir dix ans d'exclusivité. Ce mécanisme d'action de la molécule s'adresse évidemment aussi à la maladie d'Alzheimer, car elle stimule la croissance des connexions entre neurones. Les souvenirs perdus ne reviendront pas, «mais on pourrait restaurer certaines capacités d'apprentissage», espère Philippe Verwaerde.

 

“Des résultats bluffants”

 

Pour passer la surmultipliée, Alzprotect va désormais lancer les phases cliniques 2A et 2B, jusqu'à la preuve de concept chez les patients, avec en perspective un partenariat avec un industriel de la pharmacie dans les trois ans. Mais cette étape gourmande en capitaux justifie la grosse levée de fonds de 14 M€€ qui vient d'être conclue mi-janvier. Les actionnaires historiques (Université Lille 2, Finovam et Nord France Amorçage) remettent 2 M€€ dans l'affaire, mais un nouveau venu, le fonds Xerys, apporte à lui seul 12 M€€ et devient ipso facto le premier investisseur financier de l'entreprise. « Nous avons choisi alzprotect parmi 400 opportunités d'investissement. on investit peu, mais dans des dossiers dans lesquels on croit beaucoup», explique Alexandre Héraud, directeur de participations, qui pointe les arguments de la biotech lilloise : la qualité de l'équipe, jugée « exceptionnelle », un réseau de compétences mondiales du meilleur niveau d'expertise, des résultats sur l'animal « bluffants, qu'on n'a pas vus ailleurs », et un enjeu de santé mondial majeur.

Pour autant, Alzprotect restera une structure très légère (8 salariés), préférant fonctionner en réseau. « Oui on est petits, mais costauds, et très bien entourés, notamment d'un réseau d'experts techniques et de key opinion leaders », sourit le Dr Verwaerde

O.D.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/03/2017 Olivier Ducuing Entreprises

Grain d'Or Gel et Airflux franchissent le cap d'ETI

Ces dernières semaines, deux groupes régionaux viennent d'’accéder au rang d’'ETI, au-delà des 50 M€ de chiffre d'affaires. Focus sur deux opérations de croissance ciselées, l'une dans l'agroalimentaire, l'autre dans l'industrie de l'air comprimé et du gaz.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 31/10/2016 Olivier Ducuing Entreprises

Synthexim vise l'équilibre en 2018

Calais. Le chimiste Axyntis remet peu à peu à flots le site de Calaire Chimie, rachetée en 2013

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 31/03/2016 Etienne Vergne Entreprises

Smart Module Concept Des maisons en kit montées en 48 heures

Avec ses préfabriqués biosourcés et recyclables, Smart Module Concept réussit un mariage audacieux entre industrie et architecture. Sept ans après sa création, la start up affiche 10M€€ de commandes.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 01/12/2015 Entreprises

Dans les coulisses de Beck Industries

Dans chacun de ses numéros, Eco121 braque ses projecteurs sur une entreprise de taille intermédiaire de la région, ces sociétés trop rares en France, dont la masse critique leur permet de porter de grandes ambitions de croissance. Focus ce mois-ci sur Beck-Crespel, site historique du groupe Beck Industries à Armentières qui vient d’'acquérir une société à Singapour.

Publié le 29/10/2015 Olivier Ducuing Entreprises

Cevino Glass veut refléter sa croissance en région parisienne

Villeneuve d’Ascq. Le groupe de miroiterie ouvre à nouveau son capital et vise un doublement dans les 5 à 7 ans

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 29/09/2015 Olivier Ducuing Entreprises

In'Tech Medical s'offre un gros fabricant américain

Rang-du-Fliers. Le spécialiste de l'instrumentation chirurgicale pour le rachis s'adjuge son concurrent Turner Medical. Et atteint les 500 salariés.

Publié le 27/04/2015 Entreprises

Enaco joue la formation professionnelle comme relais de croissance

La première business school française en e-learning, renforcée par sa dernière levée de fonds, affiche de fortes ambitions dans la formation professionnelle.

Publié le 02/07/2014 Entreprises

AlzProtect accélère avec une levée de 2 M€

Lille. La biotech lève 2 M€€ et passe en phase clinique sur l'’homme pour son médicament AZP 2006.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 01/10/2013 Entreprises

Omegalpha vise l’'aéronautique et la construction navale

Annezin. Avec sa marque issue du rapprochement entre NCIA et MTIP, le métallier s’attaque à deux nouveaux marchés.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 06/11/2012 Entreprises

LBO et nouvelles ambitions pour In'Tech Medical

Rang-du-Fliers. Créée en 1999 sur les restes de Sofamor Danek, l'entreprise d'instrumentation orthopédique est devenue un fleuron dans son domaine. Elle change de mains et prépare de nouvelles acquisitions. 50 recrutements en vue.