Meo augmente la production et ... réduit la voilure

Gérard Meauxsoone et Dominique Ruyant, les dirigeants du groupe Gérard Meauxsoone et Dominique Ruyant, les dirigeants du groupe

Le groupe des cafés Méo-Fichaux enregistre une très forte poussée des commandes de 30%. En revanche ses activités de réseau et de terrain sont à l'arrêt.

Il y a les pâtes, la farine, le papier toilette. Mais il y a aussi le café. Depuis quelques jours, les Français se ruent sur les paquets de café comme les capsules. C'est le fort mouvement qui a étonné Gérard Méauxsoone, codirigeant du groupe Méo-Fichaux, le premier torréfacteur à capitaux français en France. Basée à la Madeleine, l'entreprise emploie 240 salariés pour un chiffre d'affaires de 140 M€ et torréfie 35 000 tonnes par an, sous la marque Méo et en marques distributeurs. L'entreprise a vu la plus grande partie de ses clients distributeurs l'alerter sur d'importants surcroîts de commande, soit au moins 30 % de plus. Méo était déjà assez tendue dans l'activité capsules, mais « nous faisons le maximum », expose le dirigeant, avec succès jusqu'à présent car la chaîne n'est pas rompue : les pays producteurs continuent à approvisionner l'entreprise via Anvers, les entrepositaires ont pris des mesures d'hygiène et assurent aussi le fonctionnement, les transporteurs également. « il n'y a pas eu de rupture jusqu'à maintenant ». Même les sous-traitants en emballages, situés dans le nord de l'Italie, la plus touchée par l'épidémie, continuent à alimenter l'entreprise nordiste qui dispose en outre d'un important volume de stock.

Hygiène renforcée 

L'entreprise a donc accru sa production, mais aussi ses mesures d'hygiène. Lavage des mains toutes les deux heures, aucun croisement d'équipes dans les vestiaires, distances de sécurité...

Méo a par ailleurs fermé ses boutiques à Lille et Paris, et mis au chômage partiel une partie des équipes de restauration hors foyer, qui se concentrent désormais sur les hôpitaux, et ses équipes d'animation commerciale sur les points de vente, activité à l'arrêt.

L'ETI familiale a un atout par rapport à d'autres pays : le marché français se concentre à 75% chez les ménages, et seulement 25% en restauration hors domicile. Ce ratio est plus qu'inverse dans certains pays comme le Portugal (80% en RHD).

Le groupe fonctionne donc à plein régime désormais sur son usine de la Madeleine, en espérant que les pays producteurs, très peu impactés pour l'heure, ne soient pas contaminés, et qu'aucun salarié ne soit touché. Gérard Méauxsoone souligne et salue « le dévouement du personnel », avec un grand sens des responsabilités et l'intégralité des salariés à leur poste, avec un absentéisme quasi nul.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 17/03/2020 Olivier Ducuing Actualités

Le Pôle Santé Travail s'adapte à la situation

Alors que la plupart des entreprises sont désormais fermées ou en télétravail, le Pôle Santé Travail s'adapte à son tour et met en place quatre centres pour les situations d'urgences.

L'industrie automobile s'est mise en sommeil. Ici l'usine Toyota d'Onnaing
Publié le 17/03/2020 Olivier Ducuing et Julie Kiavué Actualités

L'économie nordiste met un genou à terre

La fermeture des activités commerciales non essentielles et les mesures de confinement placent l'économie régionale en catalepsie.

Le laboratoire de haute sécurité de l'Institut Pasteur de Lille.
Publié le 17/03/2020 Julie Kiavué Actualités

Covid-19 : L’Institut Pasteur de Lille sur le pied de guerre

Les chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille testent depuis plusieurs semaines des milliers de molécules existantes pour lutter contre le Coronavirus.

Philippe Lamblin, président du COS, et Laurent Roubin, président du directoire
Publié le 11/03/2020 Olivier Ducuing Actualités

La Caisse d'Epargne Hauts-de-France se lance à l'offensive commerciale

Malgré un léger repli du chiffre d'affaires, la banque régionale a dégagé 151 M€ de résultat net l'an dernier. De quoi soutenir une stratégie d'élargissement de ses activités et d'innovation.

Publié le 11/03/2020 Olivier Ducuing Actualités

Mobilisation générale contre le choc économique du virus

Au-delà des réponses sanitaires, c'est désormais sur le contrechoc économique que les acteurs publics et consulaires se concentrent. L'inquiétude est très palpable.

Publié le 10/03/2020 Olivier Ducuing Actualités

Virus: gros coup de tabac prévisible sur l'économie régionale

Le secteur événementiel est le premier à dévisser à cause du covid-19. Derrière la crise sanitaire, une crise économique d'ampleur pourrait frapper les entreprises régionales.

Publié le 10/03/2020 Guillaume Roussange Actualités

Covid-19 : la rémission sera longue dans l'Oise

Si aucun bilan officiel n'est établi, l'épidémie de covid-19 aura de lourdes conséquences sur l'économie de l'Oise, épicentre de la contagion.

Publié le 10/03/2020 Olivier Ducuing Actualités

La SocGen crée un centre d'affaires régional à Compiègne

La Société Générale se dote d'une équipe de 33 personnes dédiée aux grands clients entreprises, grandes associations et collectivités à Compiègne.

Publié le 06/03/2020 Olivier Ducuing Actualités

Le Medef s'alarme de l'impact économique de la chasse au virus

Le mouvement patronal en appelle à une action raisonnable contre le covid-19, sans alimenter un climat anxiogène, préjudiciable à de nombreuses entreprises.

L'année 2019 a finalement connu un marché soutenu que prévu en Hauts-de-France.
Publié le 06/03/2020 Julie Kiavué Actualités

Logements neufs : 2019 surprend mais 2020 inquiète

Le Cecim Nord a dévoilé les résultats annuels de son observatoire régional du logement neuf. Malgré sa croissance, le marché doit faire face à de nombreuses embûches.