Minafin ouvre (encore) son capital et investit massivement

Beuvry-la-Forêt. C'est sur l'unité historique qui a lancé le groupe en 2004 que Minafin va investir massivement. Soit 70 à 80 M€ en dix ans pour remettre à neuf ce site de chimie fine.

 

" Au fil du temps, le groupe prend de la valeur, les montants à un chiffre sont devenus à deux puis à trois chiffres. Cela nécessite de faire entrer des actionnaires qui ont la surface financière ». Frédéric Gauchet, président fondateur du groupe de chimie fine Minafin, explique ainsi la dernière ouverture de capital menée en début d'été. Le fonds d'investissement américain Quilvest Capital Partners entre au tour de table du fabricant de principes actifs et d'intermédiaires pharmaceutiques pour un montant non précisé. Les autres actionnaires, à commencer par Crédit Mutuel Equity, entré dès 2004, mais aussi IRD Entrepreneurs, réinvestissent ou demeurent à bord, exception faite du fonds Andera Partners. A l'occasion, Frédéric Gauchet et sa famille confortent leur position majoritaire autour de 60% des parts. Le nombre de collaborateurs au capital est parallèlement accru, soit désormais une quarantaine de salariés actionnaires.

L'arrivée de Quilvest intervient dans une phase de croissance continue de l'industriel nordiste, de l'ordre de
10% l'an. Né en 2004 de la reprise d'une unité de chimie à Beuvry-la-Forêt (photo), le groupe s'est construit par acquisitions et par croissance organique. Il profite à plein du mouvement d'externalisation des laboratoires pharmaceutiques mais aussi de la multiplication des développements de médicaments innovants. Minafin a réalisé un chiffre d'affaires de 243 M€ l'an dernier, dont 58% pour sa seule division de chimie pharmaceutique Minakem (au côté de Minasolve et Minagro). Il compte plus de 900 salariés dont la moitié en France répartis entre Beuvry-la-Forêt et Dunkerque, le reste aux Etats-Unis, à Leuna (Allemagne), et Louvain-la-Neuve (Belgique).

Rénovation complète de Beuvry

L'arrivée de Quilvest doit permettre au groupe de mettre à profit l'importance de son réseau aux Etats-Unis pour accélérer. Mais en parallèle, Minafin poursuit un rythme d'investissement élevé, clé de sa croissance. Sur son site historique de Beuvry-la-Forêt, qui va d'ailleurs fêter prochainement son centième anniversaire, le groupe de Frédéric Gauchet entreprend une « cure de jouvence » pour le rénover intégralement sur une période de dix ans.

Il est prévu d'investir 70 à 80 M€ dont deux premières tranches totalisant 40 M€. Les installations de la première phase, de 26 M€, devraient être mises en service début 2023. Ce projet est candidat au programmed'appui à l'industrie France Relance. Il permettrait la création d'une vingtaine de postes sur ce site qui emploie déjà 160 personnes.

Objectifs annoncés : répondre aux demandes des clients en principes actifs, « dans le respect des règles de qualité les plus strictes », réduire les émissions, maîtriser l'empreinte carbone. Ce grand chantier est d'autant plus important que l'unité de Beuvry est devenue au fil du temps la plateforme de lancement de nouveaux produits pour les clients de Minafin.

A lire aussi : dans les coulisses de Minakem