Mobilisation générale sur nos coeurs de villes

Ci-contre la transformation du rez-de-chaussée de l'hôtel consulaire de Lille en cellules commerciales. Ci-contre la transformation du rez-de-chaussée de l'hôtel consulaire de Lille en cellules commerciales.

Fragilisés par les centres de périphérie et par l'essor fulgurant du e-commerce, les commerces de nos centres-villes asphyxient. Plan national, nouveaux dispositifs régional, locaux, la bataille est engagée pour régénérer nos villes.

«Il faut arrêter le massacre », lançait comme un cri d'alarme il y a quelques mois Patrick Vignal, président de l'association Centre-ville en mouvement. Les chiffres sont en effet implacables. La dégradation de la vitalité commerciale est continue dans les centres des villes moyennes. Elle commence à affecter aussi les grandes villes, sous l'effet des zones commerciales de périphérie, multipliées jusqu'à plus soif, la disparition de services publics intra-muros, ou l'implantation d'équipements publics en extérieur, et bien sûr l'explosion du e-commerce.

Depuis 2010, le taux de vacances des villes a augmenté d'un point par an, pour atteindre 11,3% en 2016 dans les zones urbaines de plus de 25000 habitants, selon l'institut pour la ville et le commerce. Certaines anciennes rues passantes se retrouvent jalonnées de dents creuses aux façades léproïdes, entraînant un mouve- ment délétère et irrépressible de chute d'attractivité. Depuis 1995, l'Etat avait déployé le Fisac, fonds d'intervention pour la sauvegarde de l'artisanat et du commerce. Utile mais insuffisant face à l'ampleur du phénomène. En mars dernier, le gouvernement a lancé un programme d'une tout autre ampleur, Action Coeur de ville, doté de 5 Mds€, pour revitaliser les villes moyennes. 222 précisément, dont 22 en Hauts-de-France. La Région a décidé d’accompagner cette démarche, mais aussi d'initier un dispositif complémentaire au profit d'autres pôles de centralité, non retenus à l'échelon national. Un appel à projet régional sera lancé début 2019 selon des modalités précisées à l'issue des Assises régionales du commerce et de l'artisanat de centre-ville, démarrées à Bapaume le 14 novembre. Xavier Bertrand y a annoncé une enveloppe très substantielle de 60 M€ pour cette nouvelle stratégie.

> A lire aussi : Commerce : Le Hainaut fait le pari du projet collectif et de l'ingénierie

La métropole lilloise n'échappe pas à la tendance nationale. Aussi la MEL a-t-elle décidé de créer un fonds de concours dédié de 500 K€ pour le financement d'études techniques préalables, l'acquisition de murs commerciaux, la construction ou la rénovation de locaux. Elle teste aussi un nouveau dispositif« Ma boutique à l'essai », porté par la Fédération des boutiques à l'essai. Les porteurs de projet pourront tester leur concept dans un local vacant pendant 6 mois, renouvelables une fois, à des conditions avantageuses (loyer modéré, prêt d'honneur à taux 0...) avec l'objectif de pérenniser le commerce dans le local identifié par les communes volontaires.

Vulnérabilité

Si la problématique touche d'abord les collectivités de taille moyenne ou petite, la capitale régionale est aussi impactée par ces bouleversements de fond. Ville commerçante depuis toujours, elle traverse depuis quelques années des temps compliqués, que confirment des pas-de-porte à céder ou à louer, les difficultés récurrentes du centre des Tanneurs (en cours de rachat), et un taux de vacance à la hausse. « Lille est une agglomération à l'architecture commerciale forte, mais dont le centre- ville reste un peu décevant, qui demeure difficile d'accès et est confrontée à une périphérie commerciale forte », analyse Emmanuel Le Roch, délégué général du cabinet spécialisé Procos.

« Difficile d'accès », le sujet fait polémique depuis deux ans, quand la mairie a décidé de transformer radicalement le plan de circulation de la ville. Après une courte phase de congestion intense, quelques adaptations ont été apportées et la situation s'est détendue. La ville a en outre élaboré un programme up commerce ! pour appuyer les commerçants, par l'aménagement urbain et la qualité de l'espace public, avec une vingtaine de places de stationnement Shop and Go, le déploiement annoncé d'une Market Place, la valorisation des commerçants dans les outils municipaux de communication...

> A lire aussi : Interview Hélène Natier, présidente de la Ficomel

> A lire aussi : Caroline Cayeux, maire de Beauvais : "Aider les commerçants à tenir leur place dans les cœurs de ville"

Accessibilité

Mais le lancement de travaux dans la foulée dans le Vieux-Lille notamment a à nouveau crispé les professionnels. D'autant que les chiffres de l'observatoire commercial de la Ficomel fait apparaître la vulnérabilité du tissu économique, dont le chiffre d'affaires décline depuis deux ans (encore - 8% en septembre). « Le taux de vacance à Lille reste acceptable, largement au-dessous des villes moyennes, et passe de 5% en 2011 à 7% aujourd'hui, mais au-dessus de Lyon, Nantes. c'est un vrai sujet de préoccupation qui nécessite de regarder les choses. L'attractivité mass market accrue d'euralille avec l'arrivée de Primark a nui à la rue de Béthune dont le chiffre d'affaires, avec l'épisode du 31, est nettement inférieur à ce que les acteurs du commerce pourraient espérer», décrypte Emmanuel Le Roch, qui insiste sur l'accessibilité. « Même si cela ne fait pas plaisir, la facilité d'accès est un sujet prioritaire. Sous-estimer ce problème et mettre de l'argent pour réaliser de beaux espaces publics pour exemple sans tenir compte de cet aspect en priorité est voué à l'échec. Si les gens rencontrent des difficultés pour s'y rendre, ils n'iront pas...» Or deux sondages coup sur coup réalisés l'un par la Ficomel (Fédération commerçante du cœur de ville), le second par la Voix du Nord le confirment : le plan de circulation a affecté les comportements des clients. 67 % des 1 246 sondés de la Voix disent avoir réduit leur activité shopping à Lille et indiquent consommer de la même façon mais ailleurs qu'à Lille.

«Arrêtez de savonner la planche sur laquelle vous êtes assis... Cela renvoie une mauvaise image de la ville et du commerce, » critique Franck Hanoh, adjoint en charge du commerce à la mairie de Lille. Romuald Catoire, président de la Fédération Lilloise du Commerce (14 unions commerciales), voit quant à lui dans le plan de circulation non un problème, « mais une opportunité pour faire venir dans le Vieux-Lille », car « le commerce ne se construit plus exclusivement autour de l'auto. »

> A lire aussi : Armentières : « le commerce : un enjeu, un défi, un combat »

> A lire aussi : La Bassée : bon élève des villes périphériques

Au demeurant, plusieurs événements importants devraient apporter une sérieuse bouffée d'oxygène au commerce lillois : l'arrivée du 5e Mama Shelter de France prévu en 2019, la reconversion de la friche Galeries Lafayette rue de Béthune (le « 31 ») en 10 000 m2 de commerces en façade par Redevco, l'avènement du plus grand Zara de France, la transformation du rez-de-chaussée de l'hôtel consulaire en pôle commercial haut de gamme, ou encore l'ouverture du Lillenium à Lille Sud. Ce dernier projet, associé au futur complexe Pathé, ne fait toutefois pas l'unanimité, certains redoutant un effet de pompe aspirante au détriment du quartier Gambetta en particulier. Lille est« devenue une destination économique crédible et donc attractive », tranchait Martine Aubry, le 24 septembre lors de la Soirée des Commerçants. Certes, mais le commerce connaît une telle mutation qu'il a besoin d’aide notamment pour se digitaliser.

« Les commerçants de grandes enseignes sont déjà accompagnés en interne. Nous voulons absolument accompagner les indépendants, qui sont les vrais commerçants qui permettent de faire vivre notre ville », souligne Yann Orpin, président de la CCI Grand Lille. Un dispositif élaboré avec la Région permet de financer à 80% l'ingénierie pour conseiller les commerçants en vue de créer un site Web, pour moins de 2000 € à leur charge. « Cela les incite ensuite à repenser l'intérieur de leur magasin », se réjouit l'élu consulaire, satisfait des tout premiers résultats. Au-delà, la perspective d'une «marketplace» lilloise réunissant les différents commerces est en gestation depuis trois ans. Mais elle ne réussira qu’en générant du flux en ligne. Pour regagner une attractivité collective face aux pure-players du web et aux complexes commerciaux de périphérie.

Luc Maréchal

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 26/09/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Le temps des mets : un miel de Provence ... nordiste

Le patron de Guy Demarle est un serial entrepreneur. Dans le Var, il développe une activité de produits gastronomiques dont un miel IGP de haut vol.

Publié le 24/08/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Dunkerque, le réveil

Mais que se passe-t-il donc à Dunkerque ? Record de production d’acier, implantations industrielles à répétition, ambition portuaire adossée à un hinterland régional en convergence, positionnement toujours plus limpide sur la transition énergétique et l'économie circulaire : le littoral nordiste affiche le beau fixe économique.

Publié le 24/08/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Transports en commun : Dunkerque en mode gratis

A partir de septembre 2018, l'agglomérat dunkerquoise joue la gratuité intégrale des transports en commun, pour sortir du tout voiture.

Publié le 30/03/2018 Sylvain Marcelli L'enquête

Une nouvelle génération très indépendante

omment la "génération Z", née après 1995, imagine-t-elle son avenir professionnel ? L'Edhec pose la question depuis quatre ans aux élèves de prépa. Même s'il s'agit d'un profil particulier, les résultats sont riches d'enseignement…

Publié le 30/03/2018 Sylvain Marcelli L'enquête

Le monde du travail fait sa révolution

Ils portent leur bureau sur leur dos, multiplient les projets et ne courent pas après un CDI : les indépendants explorent d'autres façons de travailler. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Publié le 01/03/2018 Olivier Ducuing L'enquête

L'AERONAUTIQUE REGIONALE EN PILOTE AUTOMATIQUE ?

Un marché plus que porteur, des investissements nombreux, des grands noms prestigieux comme Airbus, Dassault, Matra, demain Safran, et une kyrielle d'équipementiers. Qui sait que l'aéronautique régionale pèse près de 10000 salariés ? Mais la force d'entraînement de ce secteur d'excellence n'est mise à profit par aucune politique de filière, notamment pour inciter les Pme à se diversifier dans cette direction ou chasser en meute. Revue des troupes aéroportées de l'économie régionale

Publié le 01/03/2018 Guillaume Roussange L'enquête

La logistique, sur la terre comme au ciel

L'aéronautique régionale a suscité des experts de la logistique dans la région.

Publié le 29/08/2014 L'enquête

Qui sont nos start-up les plus prometteuses ?

Ils s'appellent Charles Smadja, Frédérique Grigolato ou Ludwig Czelecz. Seront-ils demain les futurs Steve Jobs ou Mark Zuckerberg français ? Qui sait ? Qui aurait imaginé l'ascension fulgurante d'OVH ou d’Ankama ? Eco121 a voulu pour cette rentre?e mettre en exergue la flamme entrepreneuriale nordiste. Avec l'aide de nos réseaux et notre regard transverse, nous avons choisi de mettre en lumière dix jeunes entreprises du Nord-Pas-de- Calais porteuses de grandes promesses. Rupture technologique, révolution dans notre quotidien, nouveaux modèles économiques, les dix portraits qui vous sont présentées affichent un potentiel magnifique. Comme toute sélection, celle-ci est arbitraire même si nous avons tenté d'être le plus honnête possible. Bien sûr, d'autres parcours exceptionnels mériteraient aussi d'être mis en lumière ici. Mais nous nous y employons déjaà dans chaque numéro. Découvrez avec nous un échantillon d'entrepreneurs hors pair qui portent en eux des avancées "disruptives" comme disent les experts. Baisser de 70% la consommation des véhicules avec un simple kit, pénétrer la pensée des consommateurs pour mieux adapter l'offre des marques, personnaliser le son pour chacun en s'affranchissant du casque, miniaturiser les micro-interrupteurs des téléphones pour avoir enfin des batteries qui durent, mais aussi soigner enfin la douleur des patients incapables de s'exprimer...Sans oublier un nouveau modèle de média professionnel qui trouve enfin la clé de la rentabilité de la presse sur le web... Focus sur les dix start-up les plus prometteuses de la région.