Naissance de la banque des territoires à Lille

Vous venez d'inaugurer la délégation régionale de la « Banque des Territoires ». Est-ce juste le rhabillage des activités locales de la Caisse des dépôts ?

C'est bien plus. C'est une seule marque et une seule structure qui fédère les activités de conseil portées par la SCET, le logement social de CDC Habitat, ainsi qu'un certain nombre de directions, le réseau, les investissements, les prêts et la banque. Ce qui change est une plus grande proximité des territoires, avec un pouvoir d'engagement renforcé et plus simple. La directrice régionale a une délégation pour l'investissement jusqu'à 1 M€ dans l'immobilier, politique de la ville et tourisme. Pour le prêt c'est très élevé, jusqu'à plusieurs centaines de millions selon la situation financière des organismes. Il faut aussi souligner la forte dimension numérique de cette Banque des territoires, dotée d'une plateforme digitale qui a vocation à être plus rapide pour les clients.

Quels sont les changements concrets pour une collectivité ou un bailleur social ?

Dans une phase extrêmement critique pour les organismes de logements sociaux - car il y a beaucoup de changements en cours, ils voient que la Banque des Territoires est au rendez-vous, comme sur l'allongement de la dette de 5 à 10 ans, la mise en ligne du prêt de haut de bilan, et on vient de sortir un produit « Tonus » innovant, de démembrement de propriété. On est force de conseil, d'accompagnement, d'ingénierie territoriale. Pour les élus, beaucoup de maires sont très contents de voir davantage les équipes de la Banque des Territoires, à un stade de conseil, ils savent que derrière il y aura des financements, pas seulement réservés aux grandes métropoles.

Cette nouvelle organisation s'accompagne-t-elle de nouveaux moyens, de nouveaux programmes ?

On met l'effort sur deux endroits : le plan logement sur lequel la Banque des Territoires investit 10 milliards sur le
territoire national, avec des nouveaux prêts et des fonds propres, et le programme Action Cœur de ville où on accompagne dans toute la France, à hauteur de 5 milliards, 220 cœurs de ville, dont 23 villes en Hauts-de-France. On a aussi un focus important sur le digital avec 94 M€ de prêts pour les réseaux très haut débit dont 75 M€ de prêts sur le territoire picard et 19M€ sur le territoire du Nord-Pas-de-Calais.

Recueilli par O.D.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 03/07/2018 Olivier Ducuing Développement public

La Chambre des comptes éreinte l'agglo de Hénin-Carvin

Si la Chambre des comptes reconnaît des ratios financiers satisfaisants dans cette agglomération du bassin minier, c'est pour mieux pointer l'absence de stratégie, d'évaluation, et même un exercice limité de ses compétences.

La Fondation du Nord sera sous l'égide de FACE.
Publié le 06/04/2018 Julie Kiavué Développement public

Lancement d'une Fondation du Nord solidaire

Le Département du Nord et FACE ont officiellement lancé le 5 avril la Fondation du Nord. Première fondation départementale qui agira sur le terrain des solidarités.

Publié le 28/03/2018 Olivier Ducuing Développement public

Le Ceser veut mettre les pieds dans le plat

L'assemblée de la société civile entend affirmer davantage son rôle de réflexion stratégique sur l'avenir de la région.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 31/10/2016 Olivier Ducuing Développement public

La Caisse des Dépôts veut maximiser son effet levier

Région. Alors que les grands projets se bouclent à la hâte avant les prochaines présidentielles, la CDC se veut au rendez-vous de l'économie régionale.