Numéro #118

Numéro #118 25/02/2022

Edito

Auto-gestion

Quand trois patrons majeurs de l'automobile mondiale partagent publiquement des interrogations existentielles pour leur activité en Europe, il faut écouter. Carlos Tavares dans les Echos, Jean-Dominique Senard devant l'Edhec, Didier Leroy dans nos colonnes : les trois hommes ne reflètent pas les mêmes choix stratégiques pour Stellantis, Renault ou Toyota, mais tous pointent, à leur façon, le rythme infernal des orientations normatives de Bruxelles. Un rythme qui contraint la filière automobile à des contorsions et des adaptations massives. Or le secteur vit en parallèle une période de pénuries et de recul commercial spectaculaires : janvier 2022 aura été le pire mois en terme d'immatriculations en France depuis... 1990 ! On le voit, le grand écart entre une activité ralentie et des échéances très délicates en matière d'émissions et d'arrêt du moteur thermique entraîne un haut risque de claquage industriel et surtout social.

Souveraineté industrielle

Pour autant, notre région est sans doute mieux lotie que d'autres face à ces défis : c'est chez nous que Renault bâtit son avenir électrique, Toyota réussit depuis 21 ans à Onnaing le pari de produire de façon compétitive en France une petite citadine, avec une grosse montée en puissance de l'hybride. Et surtout, c'est chez nous que s'implantent les trois premières gigafactories de batteries françaises, dont Verkor, la dernière en date, annoncée à Dunkerque (lire p.17). Cette activité émergente est source d'opportunités pour notre territoire, et déjà nombre d'équipementiers tentent de se positionner sur ce qui doit devenir la «vallée de la batterie» française. Un pari majeur (y compris à travers un très gros soutien financier) pour la région, qui sème ainsi les graines d'une nouvelle filière à haut enjeu de souveraineté industrielle. Réjouissons-nous donc bien sûr à l'unisson, mais sans oublier que la période de transition vers l'abandon du moteur thermique ne sera pas sans conséquences sur nombre d'entreprises, constructeurs, comme sous-traitants. Un vaste plan d'accompagnement de cette filière si importante pour notre territoire ne serait sans doute pas de trop au regard des enjeux, qui justifient notre numéro spécial, bonne lecture.

Olivier Ducuing

Directeur de la rédaction

Dernière édition :

Publié le 27/09/2022

Numéro #124

Télécharger