Photoreportage: Dans les coulisses de l'aéroport Lille-Lesquin

Photos: Sébastien Jarry

 

 

Eco 121 a choisi ce mois-ci de visiter l’ae?roport de Lille-Lesquin. En particulier les zones inaccessibles aux voyageurs ou? s’activent jour et nuit, pompiers, bagagistes, contro?leurs ae?riens...Tous les services qui assurent au quotidien la ponctualite? et la se?curite? de 17 000 vols commerciaux annuels.

 

La vocation ae?ronautique de Lesquin remonte au premier conflit mondial. L’arme?e allemande de?cide de cre?er un terrain de re?serve entre les hameaux d’Enchemont et de Gamand. La base militaire de « Seclin-Enchemont », ouverte en 1938, accueille la RAF pendant la Dro?le de guerre avant d’e?tre occupe?e par la Luftwaffe a? partir de 1940. Il faudra attendre 1963 pour que soit inaugure? le premier ae?rodrome civil. Sept ans plus tard, la CCI Lille-Roubaix-Tourcoing obtient la concession commerciale. Suivront quelques anne?es plus tard les
ba?timents de?die?s au fret ae?rien et au tourisme d’affaire. Le trafic des vols commerciaux monte vite en cadence et la surface de l’ae?roport passe de 300 m2 a? 4000 m2 en moins de 20 ans. En 1996, l’inauguration d’un nouveau ba?timent en forme de fle?che signe? par le cabinet Sloan donne a? l’ae?roport son aspect actuel. En 2008, son exploitation est confie?e a? la Sogarel, socie?te? de gestion cre?e?e par Veolia, la CCI de Lille et les socie?te?s d’autoroute du Nord et de l’Est, qui parvient a? franchir le cap des 1,5 million de passagers en 2013. Un trafic porte? a? 1,78 million de passagers cette anne?e.

 

Charge?e de l’assistance ae?roportuaire, Avia Partners emploie a? Lesquin 200 salarie?s en haute saison. Dans l’ae?rogare, ses agents enregistrent et ge?rent l’embarquement des passagers et des bagages. D’autres e?quipes s’activent sur le tarmac, pour, parmi d’autres services, guider le stationnement des avions, charger les bagages ou positionner les passerelles de de?barquement.

 

Des missions coordonne?es par l’e?quipe « ope?ration ». Ses superviseurs s’assurent que tout se de?roule dans le respect des normes de se?curite? et des de?lais exige?s par les compagnies. Certaines escales ne peuvent par exemple de?passer une demi-heure. Un syste?me de code barre assure le bon suivi des bagages.

 

L'AE?ROPORT LILLE-LESQUIN EN CHIFFRES

• Pdg de la Sogarel : Jean-Christophe Minot

• CA : 150 M€ ge?ne?re?s par les entreprises pre?sentes sur la plateforme

• Effectifs totaux : 1650 salarie?s

• Trafic: 1,78 M de passagers

 

 

Charge?e de l’assistance ae?roportuaire, Avia Partners emploie a? Lesquin 200 salarie?s en haute saison. Dans l’ae?rogare, ses agents enregistrent et ge?rent l’embarquement des passagers et des bagages. D’autres e?quipes s’activent sur le tarmac, pour, parmi d’autres services, guider le stationnement des avions, charger les bagages
ou positionner les passerelles de de?barquement.

 

Des missions coordonne?es par l’e?quipe « ope?ration ». Ses superviseurs s’assurent que tout se de?roule dans le respect des normes de se?curite? et des de?lais exige?s par les compagnies. Certaines escales ne peuvent par exemple de?passer une demi-heure.

 

Un syste?me de code barre assure le bon suivi des bagages.

 

Le poste de coordination centralise toute l’organisation de ce ballet incessant. De la gestion des affichages d’informations sur les vols au placement des avions sur les pistes en passant par la circulation des passagers au niveau des portes d’embarquement.

 

Les superviseurs ope?rations re?ceptionnent les informations envoye?es par Sita ou Telex par les autres ae?roports apre?s le de?collage des avions a? destination de Lille. Ce sont aussi eux qui pre?parent les dossiers de vol pour les personnels navigants.

 

40 000 tonnes de marchandises transitent chaque anne?e par la plateforme re?gionale de fret ae?rien a? l’ouest de l’ae?rogare. Elle loue espaces de stockage et infrastructures aux socie?te?s de manutention et aux commissionnaires de transport. A l’import, elle rec?oit beaucoup de textiles. A l’export, elle expe?die les marchandises des grandes entreprises exportatrices de la re?gion.

 

Achemine?es par camion, les marchandises sont charge?es sur des palettes universelles. Peu d’avions cargo transitent a? Lesquin. En bout de chai?ne, des camions re?cupe?rent celles destine?es a? l’export pour les acheminer vers Roissy, Zaventem ou l’ae?roport d’Amsterdam.

 

Toutes les marchandises passent dans un tunnel a? rayon X. Un chien renifleur recherche la pre?sence d’e?ventuels d’explosifs.

 

La cuisine centrale pre?pare tous les ans pre?s de 100 000 repas pour les compagnies ae?riennes. Une prestation sur mesure assure?e par l’entreprise Objectif Terre et Ciel et ses 17 salarie?s qui se relaient sept jours sur sept de 3 h a? 18 h. Chaque plateau repas re?pond scrupuleusement aux exigences techniques des compagnies. Apre?s remplissage, les plateaux sont charge?s dans des trolleys scelle?s avant chargement pour raisons de se?curite?.

 

Hop !, filiale d’Air France, dispose depuis 2008 d’un centre de maintenance sur Lesquin. 35 techniciens se chargent des menues re?parations et surtout de l’entretien pre?ventif des Embraer 145, 170 ou 190 ou de l’A319 qui transitent par l’ae?roport. Un contro?le obligatoire apre?s 650 heures de vol et souvent effectue? de nuit.

 

26 sapeurs-pompiers composent le service incendie fourni a? l’ae?roport par Securitas. Un chef de manœuvre et 4 pompiers ae?roport recrute?s parmi les pompiers volontaires y stationnent 24 heures sur 24. L’e?quipe doit e?tre capable d’intervenir en 3 minutes sur n’importe quel point de l’ae?rodrome et vider 50% de la capacite? hydraulique des camions.

 

Etourneaux, vanneaux et faucons cre?cerelles s’invitent re?gulie?rement aux abords des pistes. Pour se?curiser le trafic, la brigade effectue au moins 15 passages/jour avec son ve?hicule d’effarouchement dont les hauts parleurs diffusent des cris de de?tresse. Au besoin, les pompiers lancent des fuse?es.

 

Au sommet de la tour de contro?le inaugure?e en 1989, 44 contro?leurs ae?riens se relaient pour ge?rer et fluidifier le trafic de l’espace ae?rien. Trois postes tournants : La position « sol » pour le guidage des ae?ronefs au sol, la position « loc » pour ge?rer le de?collage et l’atterrissage et enfin l’approche de l’ae?roport.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 31/01/2017 Accueil

Bruno Bonduelle: "Lille inaudible"

Bruno Bonduelle exhorte les décideurs à valoriser les atouts de la métropole lilloise auprès des jeunes talents et des investisseurs.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Xavier BERTRAND : “J'ai une obligation de re?sultats"

Un an apre?s la fusion entre Nord-Pas-de- Calais et Picardie, l'hyperactif pre?sident des Hauts-de-France revient sur cette premie?re anne?e de mise en place, sur sa politique voulue la plus « pro-business » possible, et sur les perspectives de notre re?gion. Entretien.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Top et Flop

Le top et le flop du mois.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées en décembre-janvier.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Portraits express

Publié le 31/01/2017 Accueil

La Compagnie des Ve?te?rinaires va investir 26 M€ dans son de?veloppement

Villeneuve d’Ascq. Le groupe nordiste, spe?cialiste de la fin de vie animale, signe le tout premier pre?t obligataire du nouveau fonds Humanis Croissance

Publié le 31/01/2017 Accueil

Roquette se?me 300 M€ dans une une usine de prote?ines de pois au Canada

Lestrem. Le groupe familial lance la plus grosse usine de prote?ines de pois au monde. Un produit aux grandes vertus nutritionnelles et culturales appele? a? nourrir la croissance du groupe.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.