« LME embauche et offre des perspectives de carrière ! »

La crise de 2008 a fortement impacté LME, qui a perdu 100 M€ sur cinq ans. Comment avez-vous riposté ?

Une somme énorme pour un site comme le nôtre ! En mars 2015 nous avons redéfini la stratégie de la société. Avec l'objectif de revenir à l'équilibre financier et redevenir une entreprise rentable, malgré la crise. On s'est bien rendu compte que nous ne reverrions plus les volumes d'avant crise. Désormais, nous devrons nous adapter au marché. Nous avons également redéployé les compétences nouvelles, redéfini notre stratégie commerciale et notre stratégie industrielle.

Avec quels résultats ?

En 2016, LME est redevenue rentable, ainsi qu'en 2017. Et l'année 2018 s'annonce correcte. Nous affichons une croissance de 15% du chiffre d'affaires par rapport à l'an dernier (300 M€). Nous avons oublié la crise ! Bien que nous soyons encore en période de sous-activité, nous sommes revenus aujourd'hui à des ratios financiers acceptables qui permettent à LME de voir le futur de manière différente, plus stable et avec de gros investissements prévus.

Quels seront-ils ?

Tout d'abord, nous avons un budget de formation interne et externe aux alentours de 500 K€ par an. Nous ne sommes pas adeptes des activités partielles donc en période de sous-activité, nous formons nos équipes. Pour nos installations, nous investirons 14,5 M€ cette année, contre 10 M€ l'an dernier. L'enveloppe pour 2019 sera similaire à 2018. En parallèle, nous continuerons d'améliorer les conditions de travail des salariés. Pour la sécurité, nous faisons ce qui doit être fait. Nous n'avons pas de budget ! En deux ans, nous avons divisé par trois le nombre d'accidents, mais ce n'est pas assez. Il y en a toujours trop ! Notre objectif est zéro accident.

LME connaît donc enfin un bon cycle ?

Nous sommes dans un cycle de rentabilité mais le marché est encore difficile. Nous voyons les prémices d'une amélioration des marchés européens, un peu moins sur le marché français. L'activité n'est pas au ralenti mais il n'y a pas de réelle croissance, très clairement.

> A voir : Les coulisses de LME.

Vous renouez avec l'emploi également, mais semblez avoir des difficultés à embaucher...

Le métier de la sidérurgie est très particulier. Beaucoup de compétences ont disparu avec le temps. Nous avons de réels postes à pourvoir. Entre 2017 et fin 2018, nous passerons en CDI plus de 80 personnes. Ce qui veut dire que LME embauche et offre des perspectives de carrière dans la société. Dans notre secteur, la difficulté est surtout de fidéliser nos collaborateurs.

D'où l'ouverture de votre propre école ?

Exactement. En début d'année, nous avons lancé "Cap LME" pour former des jeunes en contrat d'apprentissage (en production ou en maintenance). Cette année, nous avons pris cinq jeunes sous notre aile. En fin de cursus, ils recevront un diplôme reconnu par l'Etat. Ils pourront soit nous rejoindre avec un emploi stable, soit chercher un emploi ailleurs. L'école est un investissement lourd mais nous continuerons ce projet... c'est très important pour l'avenir de LME. Que l'on peut d'ailleurs considérer comme un site très jeune : la moyenne d'âge en maintenance et en production est de 36 ans.

Recueilli par Julie Kiavué

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 26/09/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Dans les coulisses de LME

Comme chaque mois, Eco121 vous emmène à la découverte de nos belles entreprises régionales. Ce mois-ci, le sidérurgiste LME, à Trith-Saint-Léger, qui non seulement a échappé à la fermeture, mais qui retrouve aujourd'hui une forte phase d'expansion.

Publié le 24/08/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Kiloutou : nouvelle dimension, nouveau siège

Le quatrième loueur européen enchaîne les acquisitions à l'étranger et les investissements en France. De quoi lui donner une toute autre envergure, et nécessitant de nouveaux locaux en région.

Publié le 24/08/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Sièges sociaux : quand le bureau se réinvente

Les sièges sociaux se multiplient dans la métropole lilloise, contribuant fortement à la bonne santé du marché du bureau. Mais aussi au renouvellement de la conception des espaces de travail : open space, espaces collaboratifs, nouvelles technos, connectivité, multiservices... Suivez le guide !

Les locaux de Crédit du Nord aménagés par Spacing et le promoteur Arteprom à Arteparc à Lesquin.
Publié le 24/08/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Spacing : l'acteur régional aménage l'Hexagone

Basée à Fleurbaix depuis sa création en 2009, la société de Xavier Richard compte quatre agences hors région, emploie 250 personnes et entend bien poursuivre son développement.

Publié le 29/05/2018 Grand Angle

« Le plus gros des investissements fibres est porté par Orange »

Rencontre avec Olivier Mast, directeur régional Orange Nord de France.

Publié le 29/05/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Sur le parcours de la fibre optique

Nous avons choisi de vous dévoiler l'ambitieux programme de déploiement du réseau à très haut débit dans la région. Nous avons accompagné Orange à Wasquehal. Visite, sous l'objectif de notre photographe Sébastien Jarry.

Olivier Verley et Olivier Robardey.
Publié le 27/04/2018 Olivier Ducuing Grand Angle

« La proximité est un capital immatériel essentiel »

Olivier Verley et Olivier Robardey, dirigeants du fabricant de peinture Théolaur, se sont confiés à Eco121. Rencontre.

Publié le 27/04/2018 Olivier Ducuing Grand Angle

Dans les coulisses de Théolaur

Le fabricant de peintures Théolaur a ouvert les portes de son usine lilloise à l'objectif talentueux de notre photographe Sébastien Jarry. Visite.

Publié le 27/04/2018 Julie Kiavué Grand Angle

Femmes entrepreneuses : à quand la Remontada ?

Eco121 a choisi de mettre sous les sunlights une vingtaine de femmes emblématiques de l'entrepreneuriat au féminin dans la région. Par facilité, nous les avons classées en «industrielles», «start uppeuses», « engagées », «sociétales» et «self made women». Découverte.

Publié le 27/04/2018 Grand Angle

Alice Guilhon, DG de SKEMA : “On veut préparer des diplômés prêts à l' emploi partout dans le monde."

Celle qui a su mener à bien une fusion que beaucoup avaient jugée sévèrement défend le modèle à la fois multinational et très enraciné de ce qui est devenu la 6e business school française. L'occasion aussi pour Alice Guilhon d'évoquer l'entrepreneuriat au féminin, fil rouge de ce numéro d'Eco121. Rencontre.